OUVRIR UNE ASSURANCE VIE

OUVRIR UNE ASSURANCE VIE

Ouvrir une assurance vie demande un peu de temps et de concentration, car le nombre de documents à fournir et à remplir est assez important. Mais le jeu en vaut la chandelle.

Avant de commencer, n’oubliez pas que vous pouvez ouvrir plusieurs assurances vie.

Je ne vais pas lister ici l’ensemble de ces documents, mais me focaliser sur la méthode pour choisir vous-même votre portefeuille.

Lorsque vous ouvrez l’assurance vie, on vous posera un certain nombre de questions pour définir votre profil de risque :

  • revenus.
  • patrimoine.
  • expérience avec les produits financiers.
  • durée estimée de l’investissement.
  • etc.

En fonction de ces réponses, on vous proposera un profil de risque ; par exemple, prudent, équilibré, dynamique agressif. En fonction de chacun de ses profils vous aurez une répartition plus ou moins élevée en unité de comptes.

Mais l’immense majorité vous proposera une allocation en fonds dits actifs et non en trackers et donc avec des frais relativement élevés.

Si vous avez un profil un peu dynamique (par exemple, dès que vous y connaissez un minimum en finance ou que vous avez un horizon de temps pas trop court), le portefeuille de l’assurance vie inclura de actions, alors que vous aviez dans l’idée de le mettre dans votre PEA.

Si vous avez bien compris l’ensemble des tenants et aboutissants, il faut donc refuser le profil que l’on vous attribuera pour choisir votre propre allocation de portefeuille.

Vous devrez alors trouver vous-même dans la liste de fonds proposée :

  • le fonds Euros.
  • le ou les trackers que vous voulez utiliser.

Trouver le bon tracker n’est pas toujours une chose aisée. Il faut soit chercher par le nom (essayez différents bouts du nom) soit par le code dit ISIN.

Certaines assurance-vie vous font signer un papier supplémentaire lorsque vous investissez en trackers et non en fonds classiques.

Par | 2015-12-24T18:52:49+00:00 19/11/15|2 Commentaires

2 Commentaires

  1. Thomas 02/11/2017 à 20:10- Répondre

    Bonjour,
    En partant du principe que l’effort d’épargne que je fais actuellement a pour but de me constituer un capital pour ma retraite, pourquoi ne pas privilégier l’ouverture d’un PERP plutôt qu’une assurance vie ?
    J’ai bien compris que le capital constitué par le PERP est reversé durant la retraite sous forme de rente (sortie de 20% en capital possible selon les contrats) et ne peut pas être débloqué avant (sauf conditions exceptionnelles). Cela ne permet donc pas de procéder à du rebalancing dans une stratégie d’investissement passif.
    Cependant, mon imposition sur le revenu est relativement importante. Dans cette épargne, les sommes versées sont déductibles du revenu imposable et cela peut donc constituer un investissement intéressant.
    Quelle est votre opinion à ce sujet ? Avez-vous déjà réalisé une étude de marché sur ce support ?
    Dans l’attente de vous lire.
    Cordialement

    ps : votre dernier bouquin, bien que plus technique pour un investisseur amateur comme moi est encore une fois une vraie réussite et une mine d’information! merci!

    • Edouard Petit 02/11/2017 à 20:37- Répondre

      Bonsoir Thomas,

      Oui, l’explication est dans le livre épargnant 3.0.
      Mais en résumé : le PERP défiscalise à l’entrée et fiscalise à la sortie (la rente est fiscalisée) tandis que l’assurance vie ne défiscalise pas à l’entrée, mais défiscalise à la sortie. Et les assurances vie sont de bien meilleures qualité que les PERP.
      Donc le PERP n’a d’intérêt que si on a un très gros écart de taux marginal d’imposition ; ce qui est rare en fait.

      Et merci pour le commentaire sur le 2e livre (n’hésitez pas à mettre un commentaire sur Amazon)

Laisser un commentaire