CALCULEZ LE COÛT ANNUEL DE VOS ERREURS DANS LA GESTION DE VOTRE PATRIMOINE

Les erreurs potentielles en bourse et dans le domaine de la gestion de son patrimoine sont nombreuses et peuvent coûter très cher, sans que l’on s’en rende toujours compte.

Ce calculateur permet d’y voir plus clair sur quelques erreurs majeures :

  1. Le coût des frais d’entrée et de gestion
  2. Le coût de mal investir et d’avoir une performance inférieure à ce que l’on pourrait avoir
  3. Le coût d’abandonner sa stratégie en cours de route

Vous pouvez comparer le scénario nominal avec 3 scénarios à erreur. Le simulateur déterminera le coût total de cette erreur et le coût annuel.

 

 

Les épargnants américains ont eu une performance de 2,6% par an sur les 20 dernières années alors que les actions américaines ont eu une performance de 7,2% par an sur la même période

La performance des investisseurs américains en fonds classiques aux États-Unis

L’étude Dalbar calcule chaque année la performance moyenne des investisseurs américains dans les fonds. Et les résultats sont déplorables !

Sur les 20 dernières années, les résultats sont les suivants :

  • Investisseur en fonds en actions : 5,3% par an
  • Actions américaines (S&P 500) : 7,2% par an
  • Investisseurs en fonds en obligations : 0,4% par an
  • Indice obligataire : 4,6% par an
  • Investisseurs en fonds mélangeant des actions et des obligations : 2,6% par an
  • Inflation : 2,1% par an

Les fonds mélangeant des actions et des obligations sont soit des fonds opportunistes cherchant à rentrer et sortir du marché actions au meilleur moment, soit ce que l’on appelle en France des fonds patrimoniaux.

Un investisseur avisé aurait pu gagner 2000 euros de plus par an avec un capital de départ de 10 000 euros et une épargne mensuelle de 150 euros

Je ne sais pas si d’ores et déjà ces différences vous paraissent élevées, mais faisons un petit calcul grâce à la calculette ci-dessus :

  • Pour tous les scénarios, on débute avec 10 000 euros et on investit 150 euros par mois pendant 20 ans.
  • Scénario 1 : un investisseur en fonds mélangeant des actions et des obligations -> La performance est de 0,5% par an net d’inflation. On arrive à 49 000 euros (net d’inflation) au bout de 20 ans.
  • Scénario 2 : un investisseur investissant à moitié dans un ETF actions et un ETF obligations (j’enlève 0,2% de frais annuels à la performance de l’indice) -> La performance est de 3,6% par an net d’inflation. On arrive à 72 000 euros (net d’inflation) au bout de 20 ans.
  • Scénario 3 : un investisseur « investissant » sur son compte courant -> La performance est de -2,1% par an net d’inflation. On arrive à 36 000 euros (net d’inflation) au bout de 20 ans.
  • Scénario 4 : un investisseur « investissant » dans un ETF actions à 100% -> La performance est de 4,9% par an net d’inflation.  On arrive à 85 000 euros (net d’inflation) au bout de 20 ans.

Cela veut dire que l’investisseur avisé qui aura investi en ETF actions et en ETF obligations aura gagné plus de 1000 euros par an que celui qui aura investi dans des fonds mélangeant des actions et des obligations…. et avec un capital de départ de seulement 10 000 euros et une épargne mensuelle de 150 euros.

L’investisseur qui n’aura pas investi aura perdu (en coût d’opportunité) pratiquement 2500 euros par an. Son capital final sera 2,4 fois inférieur à ce qu’il aurait pu faire !

Calculez pour vous en fonction de votre situation et de votre capacité d’épargne.

Les raisons de cette différence énorme

Les raisons de cette différence sont nombreuses, mais citons-en quelques-unes :

  1. Les frais viennent directement imputer la performance. Historiquement, les frais des fonds actifs aux États-Unis ont été de 1% à 2% par an. En France, ils sont souvent légèrement supérieurs à 2% par an.
  2. Les gestionnaires de fonds font en moyenne des sélections d’actions qui ne sont pas particulièrement performantes. Ils n’arrivent pas non plus à rentrer et sortir du marché au meilleur moment.
  3. Les investisseurs dans les fonds ont une performance inférieure à celle des fonds dans lesquels ils investissent, car ils rentrent et sortent du marché au mauvais moment. Cela leur coûte entre 1 et 3 points de performance par an !

L’impact d’abandonner sa stratégie au plus mauvais moment

Beaucoup d’investisseurs abandonnent leur stratégie et leurs bonnes habitudes pendant les krachs. Lors des chutes importantes de la bourse, on est stressé, on perd ses moyens et on fait des erreurs. C’est humain.

Souvent, lorsque la bourse fait une chute importante, par exemple -30%, on arrête d’investir, on sort son argent de la bourse et on met tout sur son compte courant en disant « on ne m’y reprendra plus ». C’est humain.

Seul problème, c’est en général le pire moment pour sortir de la bourse, car en général la bourse se reprend rapidement.

Le calculateur permet de simuler un abandon de la stratégie à la moitié du parcours, pour être investi pendant le reste du parcours en compte courant (on perd alors chaque année le niveau d’inflation).

Ici, si on simule une perte de 30% au bout de 10 ans avec un investissement qui ramène 4,9% par an, on arrive à 38 000 euros au bout de 20 ans. Alors que si on était resté investi on serait arrivé à 85 000 euros !

Plus de 2000 euros de perte par an !

En fait, cela arrive surtout lorsque l’épargnant a une part trop grande de son patrimoine en actions et parce qu’il n’a pas un plan d’action suffisamment clair et faisable en temps de crise.

Comment utiliser le simulateur ?

Les données en entrée

Pour utiliser le simulateur, veuillez entrer les données suivantes :

  • Votre capital de départ
  • Votre épargne mensuelle
  • La durée d’épargne
  • L’augmentation annuelle au-dessus de l’inflation de votre épargne mensuelle (par exemple, parce que vos revenus augmentent plus vite que vos dépenses)
  • La performance de l’épargne nette d’inflation, mais brute de frais
  • Les frais d’entrée
  • Les frais de gestion
  • Dans le dernier scénario le seuil de krach où vous risquez d’abandonner la stratégie

Vous pouvez choisir un scénario « classique », que l’on appellera nominal et 3 scénarios à erreurs.

Les résultats du simulateur

Le simulateur renvoie pour chaque scénario :

  • Le capital final
  • Le coût total de l’erreur c’est-à-dire le capital final du scénario à erreur, moins le capital final du scénario nominal, c’est-à-dire sans erreur
  • Le coût annuel des erreurs, égal au coût total des erreurs du scénario divisé par la durée de l’investissement

Comment éviter les erreurs ?

J’ai listé ici quelques erreurs. Cependant, un épargnant est sujet à de nombreuses autres erreurs, notamment propres à la psychologie.

Pour bien investir, il faut à mon sens a minima :

  • Énormément travailler sur sa psychologie.
  • S’assurer d’avoir une bonne répartition entre les classes d’actifs, et en particulier entre les actions et les obligations (ou les fonds en euros)
  • Bien comprendre les différents types de risques liés aux différentes classes d’actifs, en étudiant l’histoire des classes d’actifs sur le long terme et dans différentes zones géographiques.

Dans la formation Épargnant 3.0, je partage des clés pour travailler sur ces différents aspects, et donc limiter les erreurs, et donc investir avec plus de sérénité, et donc être plus performant, et donc avoir plus de chance de réussir vos objectifs de vie.

Sur ce je vous souhaite le meilleur pour votre épargne et surtout pour tout le reste.