|

Défiscalisation 2021 : les bonnes et les mauvaises solutions

De nombreux Français cherchent à défiscaliser, c’est-à-dire payer moins d’impôts et en particulier moins d’impôts sur le revenu. Et c’est naturellement possible vu le nombre de niches fiscales qui existent, tant pour les entreprises que pour les particuliers. Cependant, s’il est clair qu’il existe des solutions intéressantes, il existe aussi des solutions assez catastrophiques. Nous faisons un tour d’horizon dans cet article.

Table des matières masquer

Qu’est-ce que la défiscalisation ?

La défiscalisation permet de réduire tout type d’impôt

Les impôts ont clairement une utilité sociale étant donné qu’ils servent à alimenter le budget de l’État et donc les services rendus à la communauté. Ils ont aussi pour objectif de redistribuer une partie des richesses afin d’avoir une société plus équitable.

Les recettes de l’Etat sont composées à 90% des impôts, et la répartition parmi les impôts est celle-ci (3 premiers impôts en France) :

  • TVA (Taxe sur la Valeur Ajoutée) : 47%
  • Impôt sur le revenu des particuliers : 26%
  • Impôt sur les sociétés : 11%

Vous remarquerez que l’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI) n’est pas dans la Top 3 des impôts.

Si tous les citoyens français payent la TVA, seule la moitié des Français payent l’impôt sur le revenu. Ceci est dû au fait que l’imposition est calculée en fonction de tranches. Ces tranches d’imposition sont les suivantes (pour un célibataire sans enfant) :

Part du revenu imposableTaux d’imposition à appliquer sur la tranche
Jusqu’à 10 084 €0 %
De 10 085 € à 25 710 €11 %
De 25 711 € à 73 516 €30 %
De 73 517 € à 158 122 €41 %
À partir de 158 123 €45 %

Cet impôt est calculé sur la base du revenu net imposable qui est obtenu à partir de la somme des salaires et autres revenus, à laquelle il faut retrancher 10 % pour les frais professionnels ou les frais réels.

Par exemple, si vous gagnez 50 000 euros brut par an, votre revenu net sera de l’ordre de 40 000 euros et votre revenu net imposable de 36 000 euros. Ainsi, votre impôt sera de 4800 euros (10084*0% + (25710-10085)*11% + (36000-25711)*30%). Votre Tranche Marginale d’Impostion (TMI) sera alors de 30%, et votre imposition moyenne par rapport à votre revenu net fiscal de 13%.

Au final, moins de la moitié des 39 millions de foyers fiscaux français payent l’impôt sur le revenu. Le premier décile des foyers avec les meilleurs revenus (en approximation : les 10% les plus riches) contribue à 70% du montant total des recettes de l’impôt sur le revenu. Le revenu fiscal de référence minimum du premier décile est de 30 000 euros par part, et l’impôt moyen est de 14 000 euros.

L’objectif de la défiscalisation

La défiscalisation sert à réduire le montant de cet impôt sur le revenu tous les autres types d’impôt. Mais dans cet article nous allons nous focaliser sur la réduction de l’impôt sur le revenu.

Il paraît clair que l’Etat ne met pas en place ces mécanismes de réduction ou d’évitement de l’impôt afin d’avoir moins de recettes. L’idée est d’inciter certains ménages à dépenser de l’argent de façon utile pour la communauté. Par exemple, si vous employez une garde d’enfant à domicile, vous pouvez avoir une réduction de votre impôt, mais c’est bon pour l’emploi (de personnes peu qualifiées). S’il existe des lois de défiscalisation immobilière, c’est pour inciter les investisseurs contribuables à placer leur argent là dans la construction ou la rénovation d’un bien, qui ne serait pas complètement attractif sans cela.

On pourra naturellement argumenter que certaines niches fiscales n’atteignent pas cet objectif, mais l’idée est bien là.

Les niches de défiscalisation les plus utilisées

Dans la liste suivante, vous trouverez les réductions d’impôt classées en fonction du montant total de réduction pour le premier décile de revenus fiscaux (source : DGFIP Impôts 2019) :

  1. Crédit d’impôts sur les revenus étrangers imposés en France (1,7 milliard d’euros)
  2. Dons : personnes en difficulté (837 millions d’euros)
  3. Investissement locatif Scellier (710 millions d’euros)
  4. Investissement locatif Pinel (593 millions d’euros)
  5. Investissement Outre Mer dans le cadre d’une entreprise (447 millions d’euros)
  6. Enfants scolarisés (94 millions d’euros)
  7. Dépenses d’accueil dans un établissement pour personnes dépendantes (96 millions d’euros)
  8. Location Meublée Non Professionnelle (88 millions d’euros)
  9. Investissement locatif Duflot (78 millions d’euros)
  10. Souscription capital des PME (49 millions d’euros)
  11. Fais d’adhésion comptable à un organisme agréé (43 millions d’euros)
  12. Presations compensatoires (41 millions d’euros)
  13. Investissement Outre Mer Logement et autres (38 millions d’euros)
  14. Investissement Outre Mer Logement Social (34 millions d’euros)
  15. FCP Innovation (26 millions d’euros)

Les différents types de défiscalisation

Il existe de nombreuses façons de payer moins d’impôts, je les classerais en 4 catégories :

  1. Les mécanismes qui permettent d’éviter l’impôt. Par exemple, si vous investissez sur votre PEA (Plan d’Epargne en Actions), vous n’allez pas réduire votre impôt, mais vous allez éviter d’en payer plus (vos dividendes et plus values ne sont pas imposés).
  2. Les mécanismes de réduction d’impôt. Le montant investit est directement déduit de votre imposition. Par exemple, vous pouvez bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu lorsque vous faites de l’immobilier PINEL (21% de l’investissement pour un engagement de plus de 12 ans – jusqu’à fin 2022).
  3. Les mécanismes de déduction fiscale. L’investissement est déduit de votre revenu imposable. Par exemple, si vous investissez 10 000 euros dans un PER (Plan Epargne Retraite) et que vous êtes dans une tranche marginale d’imposition à 30%, vous allez économiser 3000 euros d’impôt sur le revenu
  4. Le crédit d’impôt. Il permet d’avoir un remboursement d’impôt si le montant du crédit d’impôt est supérieur au montant de l’impôt. Par exemple, le crédit d’impôt travaux transition énergétique permet à tous les ménages effectuant des travaux de rénovation énergétique dans leur maison, de bénéficier d’un remboursement à hauteur de 30% des frais de rénovation.

Les pièges de certaines niches fiscales

La défiscalisation peut attirer bon nombre de Français. Cependant, il ne faut pas foncer tête baissée dans n’importe quel dispositif de défiscalisation.

Voilà quelques risques liés à la défiscalisation :

  • Si l’Etat fait une réduction d’impôt, c’est parce qu’il faut attirer des investisseurs pour investir dans quelque chose qui n’est pas intéressant à la base. Il faut vraiment être sélectif.
  • Les épargnants sont tellement intéressés par le fait de payer moins d’impôts, qu’ils ne font pas attention à la qualité de leur investissement. Les vendeurs de produits d’investissements le savent bien. Certains peuvent en profiter pour augmenter les prix. Par exemple, une réduction d’impôt de 20% a plus de chance d’aller dans la poche du vendeur que dans votre propre poche. Comparez bien les investissements sans réduction d’impôt. Ce n’est pas la réduction d’impôt qui fait l’intérêt d’un investissement, mais sa performance nette d’impôt. Il vaut mieux un bon investissement avec des impôts plutôt qu’un mauvais investissement sans impôts.
  • Le gain d’impôt lorsqu’il s’agit de déduction fiscale est lié à votre tranche marginale d’imposition (et non pas au taux moyen). Mais faîtes attention, l’économie d’impôt pourrait s’appliquer à deux tranches.
  • Les conditions de sorties peuvent être très désavantageuses, c’est vrai pour la défiscalisation immobilière et pour la défiscalisation financière.
  • Les simulations réalisées par les vendeurs peuvent être réellement trop optimistes, en particulier pour les achats immobiliers. Ce sont de gros achats, faîtes bien les calculs de votre côté.
  • Il existe des mécanismes de plafonnement. De manière générale, le total des avantages fiscaux ne peut pas procurer une diminution du montant de l’impôt dû supérieure à 10 000 €.

La défiscalisation immobilière

L’immobilier regorge de possibilités pour diminuer l’impôt. Chaque gouvernement semble vouloir imposer sa marque sur ce sujet sensible. Ainsi, on voit apparaître et disparaître régulièrement des lois de défiscalisation immobilières.

L’aspect défiscalisation est vraiment important pour l’immobilier, car la fiscalité des revenus fonciers n’est pas favorable si on ne fait pas d’optimisation. Ils sont imposés au barème progressif de l’impôt sur le revenu (donc votre tranche marginale d’imposition, puisqu’il s’agit d’un revenu additionnel) et aux prélèvements sociaux (17,2%). Vous pouvez opter pour le régime micro-foncier (abattement de 30% sur les revenus) ou le régime réel (on déduit les dépenses).

Pinel : la défiscalisation immobilière la plus utilisée

Le dispositif Pinel est une réduction d’impôt pour les logements neufs de certaines zones dites tendues et loués avec un plafond de loyer. C’est le dispositif de défiscalisation immobilière le plus utilisé, mais pas nécessairement le meilleur, et loin de là.

L’avantage fiscal est croissant en fonction de la durée d’engagement et réparti sur toute la durée d’engagement, dans la limite d’un plafond global de 300 000 euros et de 5 500 euros par mètre carré.

Jusqu’au 31 décembre 2022, le taux de réduction d’impôt est de :

  • 12 % pour un engagement de 6 ans
  • 18 % pour un engagement de 9 ans
  • 21 % pour un engagement de 12 ans.

En 2023, le taux de réduction sera de :

  • 10,5 % pour un engagement de location de 6 ans
  • 15 % pour un engagement de location de 9 ans
  • 17,5 % pour un engagement de location de 12 ans.

En 2024, le taux de réduction sera de :

  • 9 % pour un engagement de location de 6 ans,
  • 12 % pour un engagement de location de 9 ans
  • 14 % pour un engagement de location de 12 ans.

Cette carte donne un aperçu des différentes zones Pinel :

Les zone de la défiscalisation immobilière Pinel
Les zones de la défiscalisation Pinel

La zone détermine en particulier pour un bailleur (bail d’habitation), le droit à une réduction d’impôt et les plafonds des loyers.

Faîtes bien attention au calcul de la rentabilité Pinel, le neuf est beaucoup plus cher que l’ancien, et les immeubles PINEL sont parfois mal gérés par des investisseurs passifs à distance. La revente peut vraiment mal se passer. L’inspection générale des finances a fait spécifiquement un rapport sur ce sujet, et montre que peu de Pinel sont rentables.

Certains dispositifs de défiscalisation sont renforcés pour les investissements réalisés en outre-mer. C’est notamment le cas de la loi Pinel.

Denormandie : défiscaliser dans l’ancien

La loi Denormandie est une aide fiscale accordée dans le cadre d’un investissement locatif avec rénovation (au moins 25% du prix du bien). Le dispositif n’est disponible que dans certaines zones.

La réduction d’impôt va de 12% à 21% du prix du bien en fonction de l’engagement sur la durée de location avec loyer modéré.

La réduction d’impôt de la loi de défiscalisation immobilière Denormandie est plafonnée à un investissement maximum de 300 000 €.

Le déficit foncier : défiscaliser les travaux

Lorsque l’on est imposé selon le régime réel des revenus fonciers, on peut déduire les travaux. Cette déduction peut dépasser les revenus locatifs ! Non seulement vous améliorez votre appartement sans payer d’impôt, mais vous pouvez aussi déduire la somme qui dépasse de vos revenus non fonciers (salariaux), dans la limite de 10700 euros. Le bien rénové doit être loué nu pour une période minimale de trois ans à partir de la date de fin des travaux.

Les travaux et le CITE (Crédit d’Impôt transition Energétique)

Le crédit d’impôt transition énergétique (CITE) a été annulé. Il y a désormais MaPrimeRénov/ MaPrimeRénov’ est destinée à encourager les ménages à réaliser des travaux de rénovation énergétique de leur logement. Le montant de l’aide est calculé en fonction des revenus des bénéficiaires

LMNP (Location Meublée Non Professionnelle) pour amortir le prix du bien

La fiscalité de la location meublée (contrairement à la location nue) permet d’amortir le prix du bien que vous avez acheté. En quelque sorte vous passez cet achat en dépense et vous les soustrayez à vos revenus locatifs. Il est même possible de gommer complètement votre imposition pendant très longtemps !

C’est un dispositif assez souple car il n’y a pas de contraintes sur la localisation, sur le montant du loyer, etc..

Les recettes locatives ne doivent pas excéder 23 000 euros par an ou 50 % des revenus du foyer fiscal pour rester non professionnel.

Cependant, il faut tout de même faire attention à un certain nombre de choses :

  • Il faut s’assurer qu’il y a de la demande pour de la location meublée dans la zone où vous investissez,
  • La location meublée peut être bien plus chronophage pour le bailleur,
  • La mécanique comptable liée aux frais réels et à l’amortissement peut être assez complexe, il faudra certainement vous faire aider par un expert-comptable (et payer sa prestation).

Le démembrement de propriété

Le démembrement de propriété consiste à séparer la nue-propriété de l’usufruit (l’usage du bien). La nue-propriété est achetée avec une décote, qui dépend de la durée de démembrement. Lorsque vous investissez dans la nue-propriété vous ne percevez pas de revenus sur ce bien, et vous ne payez donc pas d’impôt.

Vous pouvez vous simplifier la vie en choisissant d’investisseur dans une SCPI (Société Civile de Placement Immobilier) en nue propriété. Vous pouvez par exemple acheter de la nue-propriété sur 10 ans si vous prévoyez de partir à la retraite dans 10 ans, et avez besoin d’un complément de revenu.

Il faut naturellement trouver quelqu’un qui va acheter l’usufruit de son côté. Vous pouvez contacter Linxea sur ce sujet ou me contacter directement ….

Les SCI IS (Sociétés Civiles à l’Impôt sur les Sociétés) et les Holding

On voit sur internet beaucoup de “recommandations” pour créer des sociétés civiles immobilières à l’IS (Impôt sur les Sociétés) et des holdings. Cela peut avoir un intérêt patrimonial, successoral et fiscal dans un certain nombre de cas. Mais cela peut être très défavorable dans bon nombre de cas aussi (en particulier si vous avez des plus-values sur votre bien) !

La défiscalisation pour l’investissement financier

Il est possible d’optimiser la fiscalité de votre patrimoine financier. De très nombreuses solutions s’offrent à vous.

Le PEA (Plan d’Epargne en Actions), pour éviter l’impôt sur le revenu

Le PEA est probablement la meilleure enveloppe fiscale pour vos produits financiers. Après 5 ans, vous ne payez plus d’impôt sur le revenu (mais les PS de 17,2%). De plus, avec les ETF (Exchange Traded Funds) vous pouvez diversifier géographiquement dans le monde entier vos investissements.

La limite d’apport est de 150 000 euros par adulte d’un foyer fiscal, soit 300 000 euros pour un couple. Cette limite ne concerne que les apports et non les dividendes et plus values. Les PEA d’un foyer peuvent donc largement dépasser 300 000 euros.

Les frais peuvent être extrêmement attractifs si vous choisissez un bon courtier. J’ai fait un comparatif des meilleurs PEA sur ce blog. N’hésitez pas à le lire, car n’y allons pas par 4 chemins, il est indispensable d’ouvrir un PEA (et au plus vite).

L’assurance vie, en particulier pour la succession

L’assurance vie a une fiscalité attractive lorsque vous retirez vos avoirs après 8 ans (suite à l’ouverture du contrat). Le taux d’imposition est de 7,5% (+ prélèvements sociaux) et vous avez un abattement annuel sur les produits de 4 600 euros pour une personne seule et de 9 200 euros pour un couple marié ou pacsé soumis à imposition commune.

L’imposition lors de la succession est favorable aussi. Les contrats inférieurs à 152 500 euros dont les cotisations ont été versées avant le soixante-dixième anniversaire de l’assuré, sont exonérés de droits de succession.

C’est une enveloppe fiscale souple qui permet d’utiliser les fonds en euros et les unités de comptes (notamment les ETF actions).

De nombreux contrats d’assurance vie sont cependant de mauvaise qualité, j’ai donc sélectionné pour vous les meilleurs contrats d’assurance vie dans cet article.

Il est possible de cumuler autant de contrats assurance vie que vous voulez, pensez donc à ouvrir rapidement une assurance vie de qualité.

Le PER (Plan Epargne Retraite), économisez des impôts et préparez votre retraite

Si le PEA et l’assurance vie permettent d’éviter de payer un impôt supplémentaire (sur les gains), le PER permet de réduire votre impôt. L’économie d’impôt est directe : par exemple, si vous investissez 10 000 euros sur votre PER et que votre tranche marginale d’imposition est de 41% ; vous allez directement économiser 4100 euros d’impôt (que vous pouvez investir sur un autre produit financier).

Le PER remplace les anciens dispositifs d’épargne retraite tels que le PERP et le Madelin (pour les indépendants).

Le PER est une (très) bonne solution dès lors que vous être un contribuable avec un taux marginal d’imposition supérieur ou égal à 30%. Comme nous l’avons vu plus haut, cela correspond pour un célibataire à un revenu de 25711 euros.

Tout comme pour les assurances vie, il existe des très mauvais PER et des excellents PER. J’ai écrit un article sur les meilleurs PER et j’explique plus en détail le dispositif.

Le charme méconnu du CTO (Compte Titre Ordinaire)

Le CTO est le compte classique pour investir en produits financiers. Vos plus-values et dividendes sont imposés à la flat tax de 30%. C’est plus que le PEA et l’assurance vie dès lors où on a ouvert ces enveloppes fiscales depuis plusieurs années. Cependant, il est possible d’optimiser la fiscalité. Voici deux pistes :

  • Si vous êtes peu imposés vous pouvez choisir d’être imposé au barème progressif de l’impôt sur le revenu et non à la flat tax.
  • Vous pouvez choisir des produits financiers capitalisants (en particulier des ETF capitalisants). Comme cela vous payez des impôts qu’à la revente, et les dividendes réinvestis atomiquement ne sont pas imposés chaque année. Vous avez donc plus d’argent qui travaille pour vous !

À mon sens, la meilleure solution actuellement pour le CTO est d’utiliser le courtier Trade Republic. On peut y ouvrir un compte en moins de 8 minutes, et vous aurez accès à de nombreux trackers capitalisants.

L’Épargne Salariale

Le PEE (Plan d’Epagne Entreprise) peut être une enveloppe fiscale intéressante, car il n’y a pas d’imposition et bon nombre d’entreprises payent une partie des frais liés à cette gestion.

L’investissement PME

Si vous investissez dans une PME et conservez vos parts plus de 5 ans, vous avez le droit à une réduction d’impôt sur le revenu de 25%.

La PME doit naturellement respecter un certain nombre de critères

Les versements sont retenus dans la limite de 50 000 € pour une personne célibataire, veuve ou divorcée ou 100 000 € pour les personnes mariées ou pacsées.

Les FCPI (Fonds communs de Placements dans l’Innovation) et les FIP (Fonds d’Investissement de Proximité)

En investissant dans ces fonds, innovants ou de proximité, vous pouvez obtenir des réductions d’impôts sur le revenu de 25% (et même plus en Corse et dans les DOM TOM).

Les réductions d’impôt au titre des FIP entrent dans le plafonnement des niches fiscales (10 000 euros).

Mais faîtes attention à n’être pas uniquement attiré par cette économie fiscale, ces fonds ne sont que très rarement rentables !

Le Girardin industriel pour aider l’outre mer

Le Girardin est un placement défiscalisant pour l’outre mer. Il existe une version pour les logements sociaux et une version industrielle.

Le dispositif est étonnant, Au bout d’un an, le contribuable qui a utilisé la loi Girardin Industriel perçoit 110% à 120% de son investissement donc plus que sa mise initiale.

Comment est-ce possible ?

L’investissement participe au financement d’un matériel industriel mis en location auprès d’une entreprise en Outre-mer. L’État procure cet aide car les machines sont bien plus chères en Outre Mer qu’en métropole.

Cependant, il faut faire attention, le risque majeur est la requalification fiscale. Ce risque se matérialise lorsque les conditions d’éligibilité ne sont plus remplies. Par exemple, si un exploitant n’exploite plus la machine louée pendant la durée d’engagement de 5 ans … c’est vous qui en faîtes les frais.

Les opérateurs de Girardin Industriel mettent en avant des “garanties” contre ces risques. Cependant, il faut être vigilant.

Vous pouvez par exemple vous renseigner chez Linxea sur le Girardin.

La défiscalisation plaisir

La défiscalisation peut être associée à un investissement plaisir. Mais attention, il ne faut pas s’attendre à de très bons rendements, voire à des pertes dans de nombreux cas.

Je partage avec vous quelques exemples.

L’art et les monuments historiques

Si vous êtes passionné d’art, vous devez certainement savoir que les œuvres d’art n’étaient pas comptabilisées dans l’ISF (Impôt de Solidarité sur la Fortune). Les œuvres d’art ne sont pas comptabilisées dans l’IFI (Impôt sur le Fortune Immobilière). Il est aussi possible d’optimiser la fiscalité de succession grâce à l’art.

Si vous rénovez un monument historique, vous pouvez déduire de vos revenus 100% des travaux engagés en vue de la restauration ou de la réhabilitation du bâtiment (il n’y a pas de limites, contrairement au déficit foncier). Il y a cependant de nombreuses contraintes : il faut un monument historique, le conserver au moins quinze ans, et surtout, de le louer durant trois ans minimum.

Ce dispositif est complémentaire à la loi Malraux qui vise à la rénovation d’immeubles anciens de caractère (l’immeuble et le quartier doivent avoir un intérêt architectural et/ou patrimonial). L’économie d’impôt est de 30% du montant des travaux de rénovation des appartements dans lesquels vous investissez.

Les Sofica (SOciétés pour le Financement du Cinéma et de l’Audiovisuel)

Vous êtes passionné de cinéma ? Alors pourquoi ne pas investir dans les Sofica ? Elles constituent des sociétés d’investissement destinées à la collecte de fonds privés consacrés exclusivement au financement de la production cinématographique et audiovisuelle. Des Sofica sont agréées chaque année. Vous pouvez retrouver la liste sur le site du CNC (Centre National du Cinéma et de l’image animée).

La réduction d’impôt est de 30 % des investissements réalisés en 2020. Elle peut même monter à 48% dans certains cas assez restrictifs.

Les performances sont souvent désastreuses, mais l’intérêt est essentiellement d’aider l’industrie cinématographique.

Les groupements forestiers

L’investissement dans un groupement forestier permet de réduire votre impôt sur le revenu de 25% de l’investissement. Ils permettent aussi d’optimiser la fiscalité de succession. Cependant, les performances de l’investissement sont très faibles !

Mais c’est tout de même sympathique de posséder une forêt non ?

Les groupements viticoles

Si vous êtes passionné de vin, vous pouvez investir dans un Groupement Foncier Viticole

La fiscalité de succession est assez intéressante et le GFV ne compte pas entièrement dans l’IFI.

Certains investissements viticoles vous permettent de bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu de 25% dans la limite de 100 000 euros pour un couple. Il faut alors conserver ses parts 5 ans.

Faîtes bien attention aux frais d’entrée, et il ne faut pas attendre de miracles sur le plan de la performance financière. Mais vous pourrez même être payé en bouteilles de vin, valorisées au prix de production ! Ça peut être assez sympathique pour les passionnés.

La défiscalisation pour la gestion familiale

L’État favorise le développement familial et la natalité, notamment grâce aux niches fiscales.

Le mariage

Le mariage avec une personne ayant des revenus inférieurs permet de réduire la note de l’impôt sur le revenu, car cela permet parfois de changer de tranche marginale d’imposition.

Cependant, c’est plus qu’une conséquence d’un choix personnel, qu’un choix fiscal …

Les enfants

Plus vous avez d’enfants et plus vous avez de parts, ce qui permet de réduire l’impôt sur le revenu :

  • 1 demi-part pour chacun des 2 premiers enfants à charge
  • 1 part entière à partir du 3e

Cependant, il y a un plafonnement à 1570 euros par demi-part. Il n’est pas impossible que votre enfant vous coûte plus de 1570 euros par an …

L’aide aux proches

Lorsque vous aidez financièrement un parent ou un enfant, les pensions que vous versez sont retirées de votre revenu, et ajoutées aux revenus de vos proches.

Il peut être intéressant dans certains cas de “sortir” un enfant de votre foyer fiscal pour lui verser une rente (temporaire).

L’emploi à domicile

Lorsque vous avez une aide à domicile (ménage, garde des enfants, soutien scolaire, etc.) vous avez un crédit d’impôt est égal à 50% des dépenses effectivement supportées, retenues dans une limite annuelle de 12000 euros (majorées de 1 500 € par enfant à charge).

Les dons aux associations

Les versements aux organismes d’intérêts généraux donnent droit à une réduction d’impôt égale à 66% du total des versements dans la limite de 20% du revenu imposable de votre foyer. La réduction d’impôt peut même monter à 75% pour des organismes tels que les restos du cœur ou le Secours Catholique (dans la limite de 1000 euros).

Conclusion : comment défiscaliser en 2021 ?

La défiscalisation n’est pas un objectif en soi. Ce doit être la cerise sur le gâteau d’un projet de vie ou d’un investissement financier déjà profitable sans cette aide.

Il existe malgré tout un certain nombre d’options qui vous permettront d’optimiser votre fiscalité, soit en évitant une fiscalité additionnelle, soit en réduisant votre fiscalité. Elle est possible dans de nombreux domaines d’investissement que ce soit l’immobilier ou la finance. Il ne faut pas non plus oublier la défiscalisation plaisir.

J’ai créé un module dans la formation Epargnant 3.0 qui passe en revue 34 dispositifs de défiscalisations, et je partage mon avis sur les meilleurs dispositifs de défiscalisation et ceux qui sont réellement à éviter. Je partage aussi des astuces à bien connaître afin de profiter correctement de ces niches fiscales.

Cette formation traite en profondeur du sujet des ETF, mais comme vous le voyez, elle va nettement plus loin et traite de nombreux aspects de l’investissement patrimonial. Elle vous aide à créer votre propre politiquement d’investissement patrimonial (et pas seulement un plan générique).

Je vous souhaite le meilleur pour votre épargne et pour tout le reste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

11 Commentaires

  1. Bonjour Mr Petit,

    Vraiment complet comme sujet. J’aurais juste une petit precision sur le LMNP:
    « Les recettes doivent être supérieures au montant total des autres revenus d’activité du foyer fiscal (salaires, autres BIC) » et non 50%.
    En vous remerciant pour toute vos recherches et informations.

    1. Bonjour,
      Merci pour votre lecture attentive.
      oui mais si les recettes doivent être inférieures aux autres activités, c’est qu’elles doivent bien représenter au maximum la moitié de la totalité des revenus. Non ?
      Bien à vous
      Edouard

  2. Bonjour Monsieur Petit,
    Conseiller en gestion de patrimoine, je cherchais un livre cet été pour étoffer mes connaissances. Sur Amazon, je suis tombé par hasard sur vos livres très bien rédigés avec bcp de pédagogie et de générosité. En effet, vous donnez sans compter dans vos livres et votre site internet le résultat de vos expériences et d’innombrables heures de travail.
    Votre capacité d’analyse et de synthèse est l’apanage des grands !
    Dans notre métier, nous avons une obligation de formation de 45 heures par an. Vous devriez essayer d’obtenir le label compatible DDA pour vos formations. En attendant, je dois financer mes heures de formation obligatoires. C’est pour cette raison que je n’ai pas suivi vos formations qui doivent être comme le reste, excellentes !

  3. JOURDAIN dit :

    Bonjour,
    Merci et bravo pour votre nouvel article (défiscalisation 2021) qui est très intéressant et instructif, comme vos publications et livres sur les ETF.
    J’ai juste une petite question sur le CTO : vous ne mentionnez pas l’abattement de 40% sur les revenus de capitaux mobiliers (comme les dividendes). J’ai lu en particulier sur le site du gouvernement :
    « Vos dividendes d’actions ou autres revenus distribués sont soumis au barème après déduction d’un abattement forfaitaire de 40%. Il est calculé automatiquement par l’administration sur le montant brut des revenus ».
    N’est-ce pas un abattement intéressant ? Pourriez-vous nous donner des précisions et votre avis à ce sujet ?
    Merci d’avance.
    Cordialement.
    Xavier

    1. Bonjour Xavier, oui ça peut être intéressant si vous êtes dans une tranche marginal d’imposition (strictement) inférieur à 30%. Cependant, je ne suis pas fan des dividendes (en tout cas sur le plan fiscal).
      Bien à vous

  4. Bonjour,

    je ne partage pas votre enthousiasme sur le PER, l’avantage fiscal à l’entrée étant balancé par une taxation à la sortie qui rend la carotte fiscale le plus souvent assez médiocrement intéressante… Ce point mériterait d’être plus détaillé dans l’article.

    Plus généralement j’ai bien aimé le début de l’article et sa mise en garde général sur la défiscalisation mais je reste un peu sur ma fin sur l’analyse produit par produit… Merci tout de même pour cet article.

    1. Bonjour Bernard,
      Il y a un article entier sur le PER, qui est naturellement un sujet en soi.
      Oui c’est taxé à la sortie, mais l’Etat vous fait un prêt à 0% pour faire travailler cet argent.

  5. Bonjour,

    Merci pour cet article résumant un sujet assez vaste et complexe.
    Je trouve l’investissement PME aussi intéressant car il permet d’investir aussi dans une entreprise, concrète, et hors secteur boursier comme habituellement.

    Comment par contre investir dans ce domaine ? Par quel moyen, support ?

    Merci

    1. Bonjour Jérome,
      Malheureusement je n’ai pas d’expérience dans ce domaine, donc je n’ai pas de moyen opérationnel simple à vous indiquer.

  6. Merci Edouard pour ce nouvel article assez chargé.
    Autour de moi, je vois beaucoup de gens qui se sont fait “Pineler”. Comme décrit dans l’article, le promoteur table sur des prévisions ultra optimistes, et ne mentionne pas les dépenses à droite à gauche, les frais…et la contrainte de durée de location (sinon, faites une croix sur la defisc !).
    A la revente, c’est la cata: acheté bien trop cher en neuf, le bien se revend au sein de la concurrence de l’ancien, en forte moins-value.
    Voilà comment une bonne partie de cet argent investi arrive finalement dans la poche des promoteurs, bien plus que dans celle des investisseurs (qui hélas, n’ont pas fait l’effort nécessaire de bien comprendre le sujet !).

    1. Bonjour David, merci pour votre retour, comme le montrent les statistiques le Pinel est souvent la seule stratégie patrimoniale d’un foyer … et le résultat n’est pas fameux. Il faut faire attention à la défiscalisation immobilière.