Dans cet article, je partage avec vous les différentes façons d’investir en bourse. Et je vous montre pourquoi les ETF sont particulièrement utiles. Cela étant, si je trouve que les ETF présentent de nombreux avantages, les autres formes d’investissements présentent aussi des avantages. Passons cela en revue. Car il y a trois grandes possibilités pour investir en bourse:

  1. Investir en autonomie avec des actions en direct
  2. Investir grâce à des fonds actifs
  3. Investir grâce aux ETF (Exchange Trade Funds) et Trackers

Pourquoi investir en bourse ?

L’investissement en bourse a été particulièrement performant

Mais la première question à se poser est finalement de savoir pourquoi investir en bourse alors que si peu de gens le font, en tout cas en France !


Comprendre, sélectionner, acheter, vendre des ETF


GRATUIT ET IMMÉDIAT

La réponse est assez simple : investir en bourse, c’est à dire dans les actions, c’est à dire dans des parts d’entreprises, a été particulièrement rémunérateur sur le long terme. Les actions ont fait en moyenne dans le monde un peu plus de 5% par an net d’inflation depuis le tout début du XXe siècle. Dès lors que l’on investit sur le long terme, grâce au jeu des intérêts composés, l’effet multiplicateur est énorme. Par exemple, sur vingt ans, on a multiplié son pouvoir d’achat par 2,6 ! Et comme je le montre dans cet article, même si on ne peut être sûr de rien, les probabilités que cela continue sont loin d’être négligeables. Regardez cet article sur ce blog pour en savoir plus sur ce dernier sujet.

L’investissement en bourse présente des risques … comme les autres formes d’investissement … et surtout ne rien faire.

Naturellement, l’investissement en bourse ne va pas sans risque. Les actions prises individuellement peuvent rapidement perdre 50% de leur valeur, et même le marché pris dans son ensemble peut perdre plus de 50% de sa valeur.

Mais il ne faut pas oublier que ne pas investir en bourse est aussi une forme de risque. Un investissement sur des produits soit disant peu risqués tel que le Livret A ou même les fonds en euros peuvent vous faire perdre beaucoup d’argent si on prend en compte l’inflation. D’ailleurs, historiquement le Livret A a eu une performance nettement inférieure à celle de l’inflation. En 2018, la performance de très nombreux fonds en euros ont été inférieures à celle de l’inflation (voir cet article notamment).

Première possibilité: investir par soi-même dans les actions en direct

Les différentes façons d’investir en bourse en direct

Il existe de très nombreuses façons d’investir en bourse en direct : le trading journalier, le trading sur base de “figures”, l’investissement de long terme en épluchant les rapports annuels, l’investissement de moyen/long terme grâce à des algorithmes, etc. Le sujet est infini.

A mon sens, le trading journalier ne fait pas sens, en revanche, on peut regarder d’autres formes d’investissements :

  • L’investissement dans des sociétés qui sont réellement déconnectées de leur valeur fondamentale. On appelle ça l’investissement “value” ou encore “deep value”. Mais pour que cela fonctionne, il faut, à mon sens, choisir des actions qui sont pas étudiées par les professionnels qui font cela toute la journée … et que l’on peut comprendre (pouvoir lire un reporting financier en vietnamien n’est pas donné à tout le monde). Cela veut dire qu’il faudra se focaliser sur les petites entreprises françaises ou les très petites entreprises américaines.
  • L’investissement dans des sociétés de qualité sur le long terme, et si possible pour un prix correct. Pour simplifier, disons que c’est l’investissement à la Warren Buffett. C’est moins risqué que la précédente méthode, mais cela demande un minimum de compétences.
  • L’investissement dans les entreprises avec les dividendes croissants. C’est une variante de la stratégie de Warren Buffett. C’est adapté à ceux qui aiment les dividendes, pour des raisons psychologiques, que je peux tout à fait comprendre.
  • L’investissement grâce à des algorithmes, selon des règles qui ont été identifiées académiquement. Lorsque je fais de l’investissement en direct, c’est la technique que j’utilise (je parle de cette technique dans cet article de mon blog).
  • L’investissement au hasard. Cela peut paraître bizarre, mais oui cela fonctionne. En 1973, le célèbre Burton Malkiel, expliquait dans son livre une marche au hasard à travers la bourse, qu’un singe choisissant des actions en lançant des fléchettes ferait aussi bien que les experts.

Les avantages de l’investissement en direct pour placer son argent en bourse

Il y a de nombreux avantages à investir dans des actions en direct :

  • On est vraiment copropriétaire de l’entreprise. On sent que l’on fait partie de l’aventure. C’est agréable de recevoir son rapport annuel chez soi avec le mot du président.
  • On s’intéresse à la vie des entreprises, et donc à l’économie, et donc à la société.
  • On peut sélectionner des sociétés que l’on apprécie, parce que l’on aime leurs produits ou pour des raisons éthiques (en tout cas on peut en exclure selon ces critères).
  • En somme, c’est passionnant !

Les inconvénients de l’investissement en direct

Cependant, il ne faut pas sous-estimer les inconvénients :

  • L’investissement en direct empêche de diversifier dans de nombreuses actions. On entend parfois qu’il faut au moins vingt actions dans un portefeuille. En réalité, des études récentes (que je relate dans cet article), ont montré qu’il fallait beaucoup plus d’actions : des dizaines voir des centaines. Pas facile à gérer !
  • Le nombre d’actions à avoir dans son portefeuille est une chose. Mais combien d’entreprises faut-il étudier afin de pouvoir sélectionner les meilleures ? Probablement des milliers. Bon courage !
  • On ne peut pas optimiser sa fiscalité. En effet, seules les actions européennes sont éligibles au PEA. Et le compte titre ordinaire est nettement moins attrayant fiscalement. Soit on ne diversifie pas assez géographiquement soit on n’optimise pas sa fiscalité.

Investir en bourse grâce à un gérant, au travers d’un fonds

L’investissement grâce à la gestion active

On peut aussi investir dans un fonds piloté par un gérant, qui va faire tout le travail d’analyse. Il existe de très nombreux fonds avec chacun son style. Selon l’Association Française de la Gestion Financière il y a 630 sociétés de gestion en France et 11 000 fonds d’investissement. Il y a le choix !

Les fonds peuvent être trouvés sous plusieurs formes avec des noms un petit peu différents : FCP (Fonds Commun de Placement), OPCVM (Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières), SICAV (Sociétés d’Investissement à Capital Variable). On pourra considérer que c’est synonyme (bien que ce ne soit pas exactement le cas dans la réalité).

Je parle ici des fonds gérés activement, c’est à dire que le gérant sélectionne des valeurs pour faire mieux que le marché.

Les avantages des fonds « actifs » pour investir en bourse

Il y a plusieurs dizaines d’années les fonds n’existaient pas. L’invention des fonds a été un vrai plus pour les épargnants. Voici pourquoi :

  • Les fonds permettent de réellement diversifier, cela réduit grandement le risque. Un fonds est géré en général par plusieurs gérants, dont c’est le métier, qui ont été extrêmement bien formés. Ils peuvent passer en revue de très nombreuses sociétés dans le monde et piloter des portefeuilles avec des dizaines ou même des centaines d’actions.
  • L’investisseur individuel peut investir dans un fonds piloté par un gérant qu’il apprécie, en qui il a confiance.
  • L’investisseur individuel n’a rien à faire.
  • Cela donne l’opportunité de faire mieux que le marché … théoriquement.

Les inconvénients des fonds « actifs »

Il existe cependant un inconvénient majeur : souvent ce n’est pas donné. En France, les fonds actions ont des frais annuels de l’ordre de 2% par an. 2% de frais sur quelque chose qui fait entre 5 et 10% brut d’inflation ce n’est vraiment pas rien. Et ces frais sont un vrai handicap à la performance.

L’autre inconvénient est que trop de fonds ne sont pas si actifs que cela. Donc, ils sont très proches de l’indice qu’ils suivent, mais avec des frais. On est sûr d’avoir une mauvaise performance dans ce cas-là.

Investir dans des fonds passifs, aussi appelés fonds indiciels, trackers ou ETF (Exhange Traded Funds)

Certains cherchent non pas à surperformer le marché, mais à le suivre. Ce sont les fonds indiciels. Ces fonds peuvent être cotés en bourse, on les appelle alors des ETF (Exchange Traded Funds) ou encore trackers.

Les avantages d’investir en bourse avec des fonds indiciels et des ETF

Les avantages des trackers sont très nombreux, mais en voici quelques-uns :

  • Ils sont très performants pour deux raisons principales : ils sont très peu chers (on peut facilement construire un portefeuille d’ETF avec des frais de gestions inférieurs à 0,2% par an) et ils suivent l’intelligence collective du marché. Ils ont une performance supérieure à 80%-95% des fonds gérés activement. Par exemple, selon le site de comparaison de fonds Quantalys, l’ETF iShares core S&P 500 est arrivé 11e meilleur fonds sur 156 fonds “actions américaines” sur les huit dernières années. Et comme c’est une comparaison avec les 156 fonds qui existaient il y a 8 ans, et que certainement la moitié ont été éliminé pour cause de mauvaise performance, on peut considérer qu’il est en réalité 11e sur 350, soit dans les 5% les meilleurs.
  • On trouve facilement des ETF vraiment diversifiés internationalement, c’est à dire en dehors d’Europe, et éligible au PEA. J’en dis plus dans cet article Il s’agit d’une opportunité à ne pas manquer.
  • La diversification peut aussi être très forte en nombre de sociétés. A titre d’exemple, l’ETF SPDR MSCI ACWI IMI suit l’indice MSCI ACWI IMI qui lui-même suit les actions de plus de 8500 entreprises dans 23 pays développés et 24 pays émergents.
  • Ils sont très transparents, on sait clairement ce qu’il y a dans l’indice qu’il suit. Et le gérant de l’ETF ne peut pas changer de stratégie (alors que cela peut arriver pour les fonds classiques).
  • Il n’y a pas de frais d’entrée et ils sont facilement disponibles dans toutes les banques, car cotés en bourse.
  • Pas besoin d’être expert en finance, lorsque l’on se donne la peine d’investir un peu de temps au départ, il est tout à fait possible d’investir soi même, en autonomie et probablement avec un performance exceptionnelle.

Les inconvénients d’investir en ETF et Trackers

On entend parfois des choses étonnantes sur les ETF : qu’ils dénaturent le marché, qu’ils sont plus risqués que les fonds, qu’il y a une bulle des ETF, etc. Tout cela est complètement faux. J’ai d’ailleurs écrit un article sur les risques des ETF et certains mythes qui ont la vie dure. Cela étant, cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’inconvénients. En voici quelques-uns :

  • Il y a un choix très important, car il y a plus de 500 ETF cotés à la bourse de Paris (et 5000 dans le monde). Mais il y a tout de même moins de choix que les fonds actifs. Je ne suis pas sûr que tout ce choix apporte quelque chose, mais pourquoi pas ! Vous avez plus de chances de trouver un fonds en sociétés Biotech indiennes parmi les fonds actifs plutôt que parmi les ETF.
  • On ne peut pas exclure certaines sociétés que l’on n’aimerait pas.
  • On n’a pas le plaisir de posséder en direct des sociétés. Cela est psychologique, mais pratiquement cela veut aussi dire qu’on ne vote pas aux assemblées générales.
  • On n’a pas le plaisir d’étudier des centaines de sociétés.
  • Bref, oui c’est moins intéressant que l’investissement en direct, et en plus on n’a pas l’espérance d’avoir une performance folle ! C’est un peu ennuyeux.

Conclusion : comment bien investir en bourse ?

Investir en bourse grâce aux ETF : la solution la plus simple et la plus performante

Il y a évidemment de très nombreuses façons d’investir en bourse. Il me semble tout de même que l’investissement dans un portefeuille d’ETF est ce qui procure le meilleur rapport performance sur risque sur temps passé.

Investir en bourse en direct : la solution la plus intéressante sur le plan intellectuel

Cela étant la bourse et les entreprises sont des sujets particulièrement intéressants. Mais pour ne pas faire d’erreur cela demande un apprentissage plus important qu’avec les ETF. Cela demande aussi de passer plus de temps de manière régulière.

Il existe de très nombreux livres sur le sujet, mais je vous proposerais de commencer par l’Investisseur Intelligent de Benjamin Graham, un des mentors de Warren Buffett. Ce n’est pas le livre le plus facile, mais je pense que si quelqu’un n’est pas capable de le lire, il ne faut vraiment pas qu’il investisse en direct.

Investir au travers des fonds : pour faire confiance à un gérant ou pour aller sur des niches

Parfois on a envie de suivre un gérant, parce qu’on le trouve perspicace et que l’on aime ses points de vue. Cela peut se comprendre.

Aussi, parfois comme il y a beaucoup plus de fonds actifs que d’ETF, on doit passer par des fonds actifs. À titre d’exemple, il n’y pas (encore) d’ETF sur les petites capitalisations japonaises.

Cependant, choisir un bon fonds n’est pas chose aisée. Je parle bien des fonds qui surperformeront à l’avenir et non pas des fonds qui ont surperformé dans le passé.

Diversifier ses types d’investissements ? Les ETF et trackers pour le cœur de portefeuille

Il est donc tout à fait possible d’investir en direct ou avec des fonds. Cependant, pour moi cela doit se faire en complément des trackers. Les ETF sont l’allocation cœur. C’est d’ailleurs un secret bien gardé dans le monde de la finance.

Par ailleurs, il est important lorsque l’on décide d’investir en direct ou dans des fonds, de suivre des bonnes pratiques d’allocation du capital. Et ce sont celles que je décris dans le livre “Créer et piloter un portefeuille d’ETF” et dans mes formations.

Sur ce, je vous souhaite le meilleur pour votre épargne, et surtout pour toute le reste …

PS : sachez que j’ai récemment mis à jour les articles suivants :

  • Les meilleures assurances vie, à la fois pour les fonds en euros et pour les ETF.
  • Le PEA-PME (il est vraiment utile d’en ouvrir un au plus tôt).
  • Comment optimiser son épargne salariale ? Je parle du PEE, du PERCO, de l’abondement et nombreux autres sujets.
  • L’article sur les ETF éligibles au PEA : J’ai ajouté la liste des ETF éligibles au PEA d’Amundi et Lyxor.
  • L’article sur les SCPI. Il est désormais plus clair et j’ai mis à jour quelques données. Vous verrez la différence de performance et de risque avec les actions mais aussi avec les SIIC.

N’hésitez pas à aller voir ces articles. Toujours plus de contenu de qualité, et que l’on peut trouver nulle part ailleurs ! Parlez en autour de vous …