Actualités Épargnant 3.0 | Blog gestion passive et ETF | Interviews

INTERVIEW DE VLADIMIR – UN ÉPARGNANT 3.0 DÉBUTANT, DE 28 ANS, QUI NOUS PARLE AUSSI D’EVIDENCE BASED MEDECINE

Bonjour Vladimir, je te remercie pour cette interview. Je suis certain qu’elle va être très inspirante pour les autres Épargnants 3.0. Première question, peux-tu nous expliquer quelle est ta situation personnelle aujourd’hui ?

J’ai 28 ans depuis peu et je suis interne en 8ème année de médecine, spécialisé en anesthésie-réanimation. Je vis et étudie à Toulouse et je serai diplômé dans 3 ans. Mon salaire tourne autour du SMIC horaire, parfois un peu plus, parfois un peu moins, en fonction du nombre de gardes que je suis amené à effectuer dans le mois. Je ne suis pas propriétaire de mon appartement, je n’ai pas de voiture et j’ai la chance de n’avoir aucune dette. Mon patrimoine personnel est proche de zéro d’où mon intérêt depuis deux ans maintenant ; depuis que j’ai commencé à réellement gagner ma vie avec mon premier salaire ; envers toutes les formes d’investissement existantes et la construction d’un patrimoine durable et rentable

Et qu’est ce qui t’a fait prendre conscience qu’il fallait que tu te construises un patrimoine ?

Dès le départ je désirais utiliser mon argent, que je considère durement gagné, de la bonne façon. Je ne voulais pas simplement le dépenser (plus ou moins futilement) mais je souhaitais qu’il travaille pour moi en retour. Je savais que c’était possible mais j’ignorais comment procéder. Mon éducation financière dans le domaine était proche du néant car ni l’école, ni mes études, ne m’ont poussés à m’intéresser à l’investissement ou à l’argent de manière globale. Je ne pense pas avoir été le seul dans ce cas. Je pense également que malgré son omniprésence, l’argent est un sujet tabou dans notre société actuelle.

Ce qui m’a véritablement fait prendre conscience que je devais entreprendre la construction de mon patrimoine,  c’est un ensemble de facteurs : la politique gouvernementale des retraites, l’évolution du système de santé, l’état de l’économie mondiale entre autres. C’est la conjugaison de cet ensemble d’éléments qui me fait croire que si je ne me lance pas, si je n’apprends pas, personne ne le fera pour moi. Et comme je n’y comprenais rien en économie, au budget, en assurance-vie ou en bourse je me suis mis à lire. Je voulais comprendre le langage des banquiers, des assureurs et des gestionnaires de patrimoine pour pouvoir discuter d’égal à égal.

Ma carrière professionnelle s’annonce rude et je suis convaincu que ma retraite ne suffira pas pour maintenir mon niveau de vie. Les risques et les responsabilités liés à mon métier sont énormes et je devrai me battre pour obtenir une situation professionnelle confortable. Le système de santé est par ailleurs en difficulté ainsi que ses acteurs. Il est donc devenu évident pour moi que je devais assurer mon futur et trouver une façon efficace d’investir le plus tôt possible

Quelle est ton histoire en tant qu’épargnant-investisseur ? Avant d’avoir lu Épargnant 3.0, tu avais déjà investi en actions, en fonds en euros etc. ?

J’ai commencé́ donc à faire des recherches, à m’intéresser de près à la banque, aux frais, au budget, à l’épargne, à la bourse et à l’investissement et j’ai trouvé́ cela passionnant. L’un des premiers livres sur lequel je suis tombé était Épargnant 3.0 et, après plusieurs relectures, quelques doutes et hésitations, j’ai ouvert mon assurance-vie et un PEA en ligne. Quand on ne connait rien en la matière, ça fait peur de faire un premier pas dans le domaine de l’investissement : après tout, c’est notre argent qu’on risque. Il faut vraiment se lancer dès lors qu’on a saisi les règles du jeu, car la tolérance au risque augmente au fur et à mesure de sa compréhension. Il suffit de se poser, se renseigner et ne pas hésiter à poser des questions : internet et les librairies regorgent de ressources. Au début,  l’immobilier parait trop compliqué, la bourse trop risquée et réservée à une élite mais tout cela est faux. Par exemple j’ai vraiment des lacunes concernant la fiscalité des différents placements mais je compte bien les combler. En somme, mon histoire en tant qu’épargnant-investisseur ne fait que débuter.

Et qu’est ce qui a fait que tu aies envie de te mettre à l’investissement passif ?

La vie est compliquée par essence, le monde évolue très vite et devient de plus en plus complexe. Personnellement, j’ai tendance à croire que tout ce qui est ingénieux est simple. Mais cela dit, j’aime bien optimiser au maximum et rechercher le meilleur. Dans mes recherches, je n’arrivais pas à choisir dans quel actif investir pour commencer et je ne voulais pas m’éparpiller. L’immobilier c’était un peu trop gros, je ne voulais pas m’engager et mes études ne me permettent pas de m’impliquer et de gérer activement ce genre d’affaires pour le moment. Alors la bourse était une option intéressante, mais par où commencer ?

Après avoir lu pour la première fois ton livre, j’avoue ne pas avoir tout compris, mais la simplicité de l’idée était déconcertante. Au moment de la lecture j’avais déjà acquis quelques notions essentielles comme la diversification. J’ai découvert les frais bancaires et pris conscience qu’il était possible de les réduire presque à néant en négociant (et ça faisait du bien au portefeuille). En fait, au premier abord, on a du mal à saisir le concept du « lazy investment » tellement c’est simple. Et puis, une fois sa stratégie trouvée cela permet de ne pas y penser tout le temps et de presque oublier son portefeuille pendant qu’il travaille pour nous. Encore un plus pour quelqu’un qui a beaucoup de projets à gérer en parallèle.

Ce qui m’a convaincu, c’est l’approche méthodique et scientifique de ta démonstration. Pas de formules magiques de gourou ou de promesses alléchantes mais des chiffres, des graphiques et des statistiques. Des données digérées pour un public non spécialiste, pour ainsi dire « vulgarisées ». Il y avait également la synthèse sous forme des « commandements », qu’il suffisait d’appliquer. Par ailleurs, j’ai trouvé astucieux le concept du « tout en ligne » car je fais partie de la génération que le tout numérique n’effraie pas et je pense que les banques et les courtiers en ligne c’est l’avenir.

J’ai aussi cru comprendre qu’il y avait des liens avec les sciences médicales parce qu’il existe le concept d’ « evidence based medecine ». Peux-tu expliquer ce que c’est et les ponts qu’il y a avec l’investissement passif ?

Le concept de « l’evidence based medecine », c’est d’être sûr que les décisions que nous prenons dans la pratique médicale quotidienne pour nos patients concernant le traitement, le diagnostic et la prévention soient basées sur les données scientifiques les plus récentes, solides, fiables et validées par les pairs. C’est un concept qu’on nous inculque dès les premiers jours à la faculté et qui est gage de qualité. Une des idées derrière le concept est la transparence. On doit par conséquent s’efforcer à se former, à lire et à comparer les nouvelles données afin de les appliquer de manière efficace et utile dans la pratique courante. Ceci passe par la lecture d’articles scientifiques qu’on doit apprendre par ailleurs à critiquer et à en tirer des informations pertinentes.

Partant de là, le lien avec l’evidence based investement est facile à faire et c’est d’ailleurs ce qui m’a passionné dans ton approche de l’investissement. Tu nous présentes des arguments solides et méthodiques, applicables directement à la pratique. La transparence des frais des trackers inspire confiance. Et personnellement, j’ai envie de mettre mon argent dans des actifs dont les preuves ont été faites et dont l’efficience est démontrée scientifiquement (ma formation oblige).

Je ne pourrais bien évidemment pas relire les références des prix Nobel d’économie sur les travaux desquels tu te fondes car je n’ai pas le niveau nécessaire pour en comprendre l’essence, mais je suis impressionné par l’effort de vulgarisation de la science de l’investissement que tu apportes dans tes livres. Je suis conscient de la difficulté que représente la lecture des travaux fondamentaux et je sais également comme il est encore plus complexe de les traduire aux non-initiés

Après avoir lu Épargnant 3.0, tu t’es lancé. Qu’est-ce que tu as fait ? Est-ce que tu as trouvé ça difficile ?

C’est tout simple. J’ai suivi les « commandements ». J’ai trouvé un courtier en ligne dont les frais correspondaient à ma situation et j’ai ouvert un compte PEA. J’ai longuement comparé les offres car il y en a une multitude sur internet et j’ai fait de même avec l’assurance-vie que j’ai ouverte chez un autre acteur en ligne, le tout bien sûr avec le moins de frais possibles. La première difficulté à laquelle je me suis heurté, c’est celle du choix de l’offre, autant pour le PEA que pour l’assurance-vie. Mais il fallait bien commencer quelque part, bien que je sache que ma situation personnelle évoluera et que je devrais changer probablement mes contrats dans le futur. Mais c’est un peu de travail administratif pas plus, il faut prendre date pour bénéficier d’une fiscalité avantageuse même si les enveloppes doivent vides momentanément.

La deuxième difficulté, c’est de définir l’allocation d’actifs. Il faut prendre le temps de trouver une répartition qui correspond à ses capacités d’épargne et aux objectifs qu’on se fixe. Encore une fois, rien n’est figé dans le marbre. Le monde évolue, et nos connaissances aussi, ainsi la répartition peut changer dans l’avenir. Il faudra prendre en compte son patrimoine personnel global (encore un de tes concepts que j’apprécie).

Enfin, il faut choisir un tracker pour débuter. Il y a plein de sources où se renseigner sur les produits existants et si on veut rester simple, suivre un indice MSCI au début, avoir le moins de frais possibles, un encours le plus large et être éligible au PEA, le choix n’est pas vaste. J’ai donc pris mon premier tracker qui suit l’indice MSCI avec un coût qui me permettait d’en acheter de manière régulière

Tu t’es aussi inscrit à la formation, qu’est-ce que tu y cherchais et qu’est-ce que tu y as trouvé ?

C’est la première formation existante en France pour le grand public que je connaisse sur le sujet et en plus tu venais de la mettre en place. J’ai donc été très enthousiaste à l’idée de pouvoir y participer, de conforter mes idées, d’apprendre de nouvelles choses et de combler mes lacunes. Je n’avais par ailleurs jamais participé à une formation de ce type. Je voulais également rencontrer d’autres investisseurs, écouter d’autres expériences.

Et je dois dire que je n’ai été déçu ni par la qualité de l’accueil ni par le contenu de la formation. C’était une expérience très ludique et enrichissante en petit comité autour d’une table. J’avoue ne pas avoir tout suivi par moment, car il y avait des passages techniques mais on pouvait poser des questions librement et discuter, c’était très naturel. Par ailleurs, les échanges avec d’autres participants, d’âges et d’horizons différents apportaient de nouvelles perspectives sur l’investissement. J’ai d’ailleurs gardé contact avec l’un d’eux avec qui j’ai sympathisé.

Bref, je n’ai pas vu passer la journée.  J’ai eu l’impression de faire partie de quelque chose de novateur et qui va exploser dans le futur. J’espère pouvoir dire dans quelques années « et oui à cette époque je me lançais, c’était les débuts et nous n’étions que quelques-uns à cette formation ». Pour résumer, c’était passionnant et j’ai adoré.

Les décisions liées à l’argent ne se prennent pas seul en général. Tu es en couple. Que pense ta moitié de cette démarche ?

Ma copine débute dans le domaine comme moi il y a deux ans, et je suis là pour l’aider à comprendre les enjeux et l’importance de l’acquisition d’une éducation financière. Elle fait aussi des études médicales qui sont très prenantes mais on essaie de prendre le temps d’en discuter pour être sur la même longueur d’onde quant à nos projets de vie futurs. D’ailleurs, elle saisit les concepts bien plus vite que moi et ce n’est qu’une question de temps pour qu’on puisse sereinement construire un patrimoine commun ensemble. J’aimerais la remercier de m’encourager dans cette démarche et de relire et corriger cet article.

Quels conseils souhaiterais tu donner à ceux qui n’ont pas encore pris leur épargne en main ?

Lancez-vous, vous êtes le seul qui puissiez prendre votre futur en main. Lisez, comparez, demandez des conseils et ayez un esprit critique pour comprendre les règles du jeu avant d’agir. La construction de son patrimoine personnel est quelque chose de très valorisant sur le plan intellectuel et financier.  Prenez votre temps, ne prenez pas de décisions hâtives ou irréversibles. Vous vous remercierez vous même d’ici dix à vingt ans et je pense qu’il n’est jamais trop tard pour commencer. Dire je n’ai pas le temps ou mon revenu n’est pas assez important ne sont pas des excuses recevables.

Et des conseils pour ceux qui se lancent dans l’investissement passif ?

Je pense que je ne peux que conseiller de lire en premier lieu tes ouvrages et ton blog :  l’essentiel est là et pour débuter, c’est largement suffisant. C’est à ma connaissance c’est l’essentielle ressource en français sur le sujet. Si l’anglais technique et financier ne vous effraie pas, lisez des ouvrages anglo-saxons (ce sont des pionniers dans le domaine). N’hésitez pas à compléter vos connaissances car il restera forcement des zones grises à mesure que vous avancerez dans vos recherches, surtout pour quelqu’un comme moi qui n’a à l’origine aucune formation financière ou en lien avec l’économie en général.

Que peut-on te souhaiter pour le futur ?

On peut bien entendu me souhaiter de la progression dans la maitrise du lazy investment. Je suis en train de lire ton deuxième livre « Construire et piloter un portefeuille d’ETF » que j’assimile petit à petit. Je suis très content d’avoir participé à ta formation grâce à laquelle je manie mieux les concepts présentés dans l’ouvrage. J’espère fortement qu’il y en aura d’autres (livres et formations). Et puis, j’attends également un krach boursier pour mieux connaître ma psychologie et mes réactions en tant qu’investisseur pour éventuellement adapter ma stratégie.

Depuis la formation j’ai ouvert un compte PEA-PME pour prendre date, même s’il n’y pas encore de trackers attractifs sur cette enveloppe. Je souhaiterais à terme pouvoir être capable de construire un portefeuille d’ETF qui s’adapte au mieux à mes objectifs. C’est une approche très enrichissante intellectuellement et je souhaiterais transmettre les connaissances que j’ai acquises aux personnes qui me sont chères. Je compte par ailleurs acquérir une maitrise des autres formes d’investissement pour pouvoir au mieux diversifier mon patrimoine.

Enfin, on peut me souhaiter de nouvelles rencontres passionnantes, de la richesse et du bonheur. Ça peut sonner cliché mais c’est important et c’est mon objectif.

Merci Édouard de m’avoir offert cette opportunité d’écrire un article sur le sujet et d’enrichir ton blog.

Merci à toi Vladimir. Je te souhaite le meilleure pour tes investissements et surtout pour tout le reste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

5 Comments

  1. retorique dit :

    Faut-il vraiment attendre le prochain krach boursier pour mieux connaître sa psychologie et adapter sa stratégie ?

    1. Il y a bien sûr d’autres moyens. Mais celui la va certainement donner des indications intéressantes. Après, il ne faudra pas prendre des décisions sous le coup du stress !

  2. En photo, je reconnais la place Saint-Pierre… Un lieu incontournable pour la jeunesse toulousaine qui souhaite allouer une partie de ses revenus à des placements liquides. Et en bas de marche, sur les berges, il y a une bourse aux matières premières mais les investissements qui y sont réalisé ont tendance à partir en fumée.

  3. Bonjour M.Petit,

    Petit article bien sympathique et motivant pour ceux qui se sont lancés récemment ou qui hésitent!

    Petit point négatif : assez déçu par le fait que vous vendez des formations et que cet interview sert également a promouvoir vos formations. Je suis très contente pour vous mais j’étais convaincue que vous étiez investi dans la démocratisation des etf par pure passion.

    Anone

    1. Bonjour Anone,

      Merci pour votre message.

      Pour moi, dans la vie, et pour tout le monde, passion et revenus ne s’opposent pas. Je souhaite à tout le monde d’avoir un travail qu’ils aiment vraiment et être correctement payé. Je souhaite à tous les artistes d’être réellement passionnés et d’avoir du succès. Etc.