Les leviers pour optimiser ses investissements en assurance vie

L’assurance vie est un formidable outil patrimonial, pour développer son épargne et optimiser sa succession. Cependant, il est primordial de bien utiliser cette enveloppe fiscale :

  • Il faut choisir un excellent contrat, car il y a un écart très important de frais et de performance. J’ai écrit un article sur les meilleures assurances vie.
  • Il faut s’assurer d’ouvrir correctement son assurance vie. Si l’on applique les mauvais pratiques, il est possible de réellement perdre en performance, même si l’on a choisit un excellent contrat. C’est l’objet de cet article.

Ouvrir une assurance vie exige un petit peu de papiers à remplir

Ouvrir une assurance vie demande un peu de temps et de concentration, car le nombre de documents à fournir et à remplir est assez important. Mais le jeu en vaut la chandelle.


Comprendre, sélectionner, acheter, vendre des ETF


GRATUIT ET IMMÉDIAT

Avant de commencer, n’oubliez pas que vous pouvez ouvrir plusieurs assurances vie.

Je ne vais pas lister ici l’ensemble de ces documents, mais me focaliser sur la méthode pour choisir vous-même votre portefeuille. C’est ce que l’on appelle la gestion libre.

Définir son profil de risque

Lorsque vous ouvrez l’assurance vie, on vous posera un certain nombre de questions pour définir votre profil de risque :

  • revenus.
  • patrimoine.
  • expérience avec les produits financiers.
  • durée estimée de l’investissement.
  • etc.

En fonction de ces réponses, on vous proposera un profil de risque ; par exemple, prudent, équilibré, dynamique agressif. En fonction de chacun de ses profils vous aurez une répartition plus ou moins élevée en unité de comptes.

L’allocation proposée va vous proposer des fonds actifs plutôt que des trackers

Mais l’immense majorité vous proposera une allocation en fonds dits actifs et non en trackers et donc avec des frais relativement élevés. Cela limitera probablement votre performance sur le long terme. Pour rappel, plus de 80% des fonds classiques sous-performent les ETF, appelés aussi trackers.

Si vous avez un profil un peu dynamique (par exemple, dès que vous y connaissez un minimum en finance ou que vous avez un horizon de temps pas trop court), le portefeuille de l’assurance vie inclura de actions, alors que vous aviez dans l’idée de le mettre dans votre PEA (Plan d’Epargne en Actions). C’est souvent préférable, car il y a beaucoup moins de frais sur les PEA (surtout si vous choisissez un bon courtier en ligne).

Choisir la gestion libre

Si vous avez bien compris l’ensemble des tenants et aboutissants, il faut donc refuser le profil que l’on vous attribuera pour choisir votre propre allocation de portefeuille.

Vous devrez alors trouver vous-même dans la liste de fonds proposée :

  • le fonds en euros (sachant que les bonnes assurances vie proposent un fonds classique et un fonds plus dynamique, souvent avec de l’immobilier).
  • le ou les trackers que vous voulez utiliser.

Trouver le bon tracker n’est pas toujours une chose aisée. Il faut soit chercher par le nom (essayez différents bouts du nom), soit par le code dit ISIN, soit par le code mnemo.

Certaines assurance-vie vous font signer un papier supplémentaire lorsque vous investissez en trackers et non en fonds classiques.

Sachez que dans ma formation sur la gestion passive et les ETF, j’explique clairement comment ouvrir une assurance vie compatible avec la gestion passive et même comment passer un ordre. J’ai même filmé mon écran pour que vous puissiez faire cela en tout sérénité.

Aussi, cette formation vous aide à définir votre profil de risque, c’est à dire le pourcentage de fonds en euros et d’actions (d’ETF actions) qui vous correspond. C’est un élément absolument primordial.

Je vous souhaite le meilleure pour votre épargne … et surtout pour tout le reste.