Objectif : limiter l’impact sur son capital des chutes de la bourse

Dans le livre « Épargnant 3.0 » et sur des articles sur ce blog, j’ai expliqué qu’il était relativement aisé de faire mieux que bon nombre de professionnels, en s’appuyant sur un tracker monde dans un PEA et sur un bon fonds Euros. Mais investir en actions est une stratégie qui a certes été rémunératrice sur le long terme, mais qui présente des risques. En effet, les actions ont des hauts et des bas. Elles sont hautement volatiles. La bourse peut chuter violemment, c’est ce que l’on appelle communément les Krachs Boursiers.

Cependant, pour réduire ce risque on peut réaliser des investissements progressifs et même programmés. On pourra, par exemple, investir mensuellement ou trimestriellement la même somme sur un tracker monde ou même sur un portefeuille d’ETF.

Pour tester l’avantage de cette méthode, je vous proposer de voir ce qu’elle aurait donné pendant la crise de 29, sur les 15 dernières années et enfin sur des exemples théoriques.

L’investissement programmé a grandement réduit l’impact du Krach de 29

Qu’on fait les actions américaines avant et après le krach de 1929 ?

En premier lieu, analysons l’évolution des actions américaines entre 1920 et 1955.

crise29

Une hausse très significative de 1920 à 1929

On peut observer qu’entre janvier 1920 et septembre 1929, la bourse a été multipliée par 4,25, soit 16% par an pendant 10 ans tout de même. Puis la bourse a perdu 84% de sa valeur en moins de 3 ans. Le sommet de 1929 n’a été atteint à nouveau qu’en août 1951 soit 30 ans plus tard.

Cela étant, il ne faut pas non plus être trop extrémiste. Les épargnants n’étaient pas obligés de tout investir en une fois en septembre 1929 ! Par exemple, en ayant tout investi en une fois en janvier 1928, on serait arrivé à un niveau équivalent à l’été 1936 soit « seulement » 7 ans après.

Par ailleurs, il faut regarder cette évolution en pouvoir d’achat. Et si la prise en compte de l’inflation fait en général baisser les rendements, ce n’est pas le cas ici. En effet, les États-Unis étaient dans une période de déflation. Par exemple, fin 1936 l’indice dividende réinvesti avait perdu 37% en valeur, mais la perte en pouvoir d’achat n’était « que de 20% ».

Un investissement mensuel pendant 10 ans

Mais que s’est-il passé pour les épargnants qui auraient investi 100$ (en monnaie constante) mensuellement pendant 10 ans, soit en tout 12 000$ ? Ils auraient donné 30 000 $. Et sur 1930 à 1939, tout de même pratiquement 15 000 $. Pas si mal alors que cet épargnant a subi la crise de 29 de plein fouet. En fait, il a acheté en pleine baisse, mais bas et a fini par avoir un résultat positif.

Regardons sur une période plus longue, soit 25 ans. On peut emprunter pour un appartement sur 25 ans, alors pourquoi pas investir en actions sur une telle période ? Les 30 000 $ investis sont devenus 42 255 $ entre 1920 et 1944, et 69 310 $ entre 1930 et 1954. Comme vous le voyez, il a mieux fallu commencer par une baisse que par une hausse. Cela permet d’acheter moins cher les actions. Par exemple, pendant la crise certes la bourse a dévissé de plus de 80%, mais les dividendes on seulement été divisés par deux. Vous avez donc acheté le même dividende nettement moins cher.

D’ailleurs, cet article aurait très bien pu s’intituler « Chouette ! Un krach boursier … ».

Quelques précautions, ce n’est pas si facile

Il y a tout de même un bémol. Pendant cette grave crise, il y a des chances que l’épargnant ait perdu son travail ou au moins que les revenus de son travail aient fortement baissé. L’épargnant aura donc eu du mail à investir mécaniquement la même somme tous les mois. En fait, quand la bourse chute, il y a souvent une crise économique et il n’est pas si évident d’investir. Mais si l’investissement en actions était facile, les actions américaines n’auraient pas eu une performance de 6,5% par an, net d’inflation, sur plus d’un siècle.

Avant de passer à la suite, il faut souligner qu’un épargnant averti aura certainement diversifié son patrimoine avec des obligations. Aujourd’hui, il peut même investir mondialement grâce à un ETF Monde en quelques clics. Tout cela permet de réduire son risque.

L’investissement programmé depuis 2000 a aussi très bien performé

Les performances des différentes bourse depuis le début du millénaire

Regardons maintenant ce qui s’est passé sur une période plus récente, depuis 2000. Sur cette période, la bourse n’a pas été florissante, c’est le moins que l’on puisse dire. Voilà pour quelques indices, dividendes nets réinvestis, donc assez proches du retour d’un tracker, les retours annualisés (bruts d’inflation) :

  • Europe : 2%
  • France : 1%
  • Allemagne : 2,4%
  • Japon : 0,6%
  • États-Unis : 3%
  • Monde développé : 2,6%
  • Brésil : 4,5%
  • Émergents : 7%

En voyant ces chiffres, il faut faire une première remarque. On entend souvent que les places financières sont hautement corrélées. C’est vrai si l’on regarde les corrélations selon la façon dont elles sont calculées en général, c’est-à-dire en regardant le court terme. C’est complètement faux si on regarde à moyen terme. C’est pourtant cela qui importe l’épargnant. J’ai écrit un article dédié à la corrélation entre les bourses mondiales, n’hésitez pas à y jeter un œil.

L’investissement programmé sur cette période

Mais revenons à l’investissement programmé. En investissant sur l’Europe, les 18 200 € investis sur la durée seraient devenus 27 300 €, soit un gain de 50%. Alors que l’indice n’a pris que 35%. Même chose pour le Japon, l’indice a augmenté de 10% (sur la totalité des 15 ans et non par an), mais l’investissement mensuel aurait fait +43% !

Cependant ça ne marche pas à tous les coups. Les émergents ont eu une belle performance et l’indice a été multiplié par 2,8 ; en revanche un investissement progressif n’aurait multiplié votre épargne « que » par 1,6.

L’investissement programmé fonctionne mieux quand les actions commencent par baisser et si possible fortement

La performance lorsque la bourse monte ou baisse d’abord

Pour bien comprendre, prenons des exemples théoriques, mais parlants. Tous les indices ci-dessous ont une performance de 4,4% annualisée sur 30 ans, soit X 3,6. Cependant, ils ont des différences :

  • Un investissement 1 qui commence par augmenter puis baisse
  • Un investissement 2 qui commence par baisser puis augmente
  • Un investissement 3 qui commence par augmenter puis baisse, mais de façon plus forte que l’investissement 1
  • Un investissement 2 qui commence par baisser puis augmente, mais de façon plus forte que l’investissement 2

4investissements

Les résultats de l’investissement programmé sont les suivants :

  • Investissement 1 : X1,47
  • Investissement 2 : X3,3
  • Investissement 3 : X1,13
  • Investissement 4 : X6,54

Le gain est plus élevé lorsque la bourse commence par chuter

On voit bien que l’investissement programmé est une réelle opportunité. Il limite de toutes les façons les risques et en plus il est un potentiel de gain énorme lorsque les bourses baissent drastiquement. Mais les bourses remontent par la suite, c’est ce que l’on appelle le principe de retour à la moyenne. L’investissement 4 correspond à une baisse d’à peu près 10% par an pendant 15 ans et une hausse de 20% par an les années suivantes. Le rendement moyen de votre épargne aura été de 5,7% contre 4,4% pour l’indice.

Conclusion sur l’investissement progressif

Au final, il est possible de diversifier ses actifs (actions, obligations), les zones d’investissements et lisser dans le temps (« time diversification »). Tout cela permet de réduire très drastiquement le risque de son investissement et d’être plus serein.

D’une manière générale, mon livre et mes articles s’appuient sur les recherches académiques et de grands auteurs américains sur l’investissement passif que sont par exemple Burton Malkiel, Larry Swedroe ou Rick Ferri. À mon avis, l’auteur qui a écrit le plus précisément sur le sujet traité dans cet article est William Bernstein. N’hésitez pas à lire ses livres si vous voulez aller plus loin.

Je vous souhaite le meilleur pour votre épargne … et surtout pour tout le reste.