POINTS CLÉS

  • Le small value momentum est cohérent avec la théorie des marchés efficients.
  • Le site web payant Stockopedia permet de mettre en place assez facilement cette stratégie.
  • Si l’on part sur les scores fournis par Stockopedia la stratégie est facile à mettre en œuvre, mais un peu moins facile si on adapte les critères.
  • Cette stratégie n’est pas faîte pour tout le monde, mais elle peut être très performante.

J’avais dans un article précédent « Faire un ETF Small Value Momentum avec Stockopedia » expliqué les grands principes permettant la mise en œuvre d’une approche « Smart Beta Extrême ». Il s’agissait de sélectionner un panier d’actions sur des critères uniquement quantitatif (sans analyse des rapports de gestion). Dans cet article, nous allons approfondir certains éléments théoriques, mais aussi pratiques, pour une mise en œuvre opérationnelle. Cet article peut aussi bien intéresser les experts que des lecteurs moins avertis mais qui désirent augmenter leurs connaissances des marchés financiers et en particulier des trackers Smart Beta. Cette lecture est, cela étant, loin d’être indispensable pour la mise en œuvre de la stratégie expliquée dans le livre « Epargnant 3.0 ».

Quelle cohérence avec les théories présentées dans le livre ?

Tout d’abord, il faut préciser que la théorie des marchés efficients ne dit pas que les marchés sont toujours parfaits, mais que toute l’information est, pratiquement immédiatement, retransmise dans les marchés et donc qu’il est très difficile de faire mieux que le marché, a fortiori post frais.


Comprendre, sélectionner, acheter, vendre des ETF


GRATUIT ET IMMÉDIAT

À première vue, il peut paraître étonnant de dire qu’il est quasiment impossible de faire mieux que le marché autrement que par chance et d’autre part penser qu’une sélection d’actions peut (très) bien performer … pourtant il y a bien cohérence.

L’élément de réconciliation est le risque. Plus vous prenez de risque et plus vous devez être rémunéré pour ce risque. Les petites entreprises sont plus risquées que les grandes. Les entreprises « value » donc mal valorisées sont aussi plus risquées. Imaginez alors les small value …

La même théorie dit qu’il faut acheter un ETF Monde et/ou qu’il faut investir sur une sélection d’actions small value momentum. C’est un peu comme si la relativé générale et la mécanique quantique avaient pu être unifiées.

Évidemment, certains chercheurs et praticiens pensent que la surperformance de ces actifs ne vient pas uniquement d’une plus grande prise de risque, mais parce que les investisseurs (particuliers et professionnels) font des erreurs, les mêmes et de manière répétée.

Les deux approches ont des fondements scientifiques solides et j’ai tendance à penser que la vérité est dans les deux camps.

Pour mettre en œuvre ces théories, vous pouvez utiliser les ETF Smart Beta ou vous diriger vers  une approche encore plus puissante (tant en termes de risques que de performance), avec un portefeuille concentré d’actions suivant des critères spécifiques.

Cela peut devenir une approche rationnelle si l’on veut optimiser son PEA, qui est un produit assez fantastique, et sans commune mesure avec les autres enveloppes (Assurance Vie, PEE etc.). Sachant que ce qui c’est la maitrise du risque de son portefeuille global et le niveau de frais, pourquoi ne pas augmenter le risque au sein de son PEA avant d’aller sur des enveloppes moins performantes ?

Mise en place opérationnelle du PEA Stockopedia

Pour mettre en place cette stratégie, le plus simple est de s’appuyer sur un fournisseur de données qui vous permettra de sélectionner facilement les entreprises qui répondent à certains critères. Il en existe plusieurs, avec chacun des points forts et des points faibles. Dans cet article, je vais utiliser Stockopedia, qui est à la fois beau, simple d’usage et performant.

La première étape est de choisir le périmètre géographique. Cela dépendra des prix que vous fait votre courtier et des taxes des différents pays. Par exemple, chez Bourse Direct, un investissement de 3000€ va coûter 3,8€ pour un achat sur Euronext, 15€ en Allemagne, 32€en UK. À titre personnel, j’ai choisi d’investir sur ces différentes bourses, mais en privilégiant légèrement les sociétés sur Euronext. Mais il faut tout de même savoir que le marché UK est beaucoup plus profond que les autres marchés européens. Il y a 1800 entreprises cotées aux UK, et la moitié en France ou en Allemagne. Il y a trois fois plus d’entreprises avec une capitalisation entre 100 millions d’Euros et 2 Milliards d’Euros, en UK par rapport à la France.

Il ne faut pas aussi oublier que ces pays pèsent à peine plus de 10% de la capitalisation mondiale. Il est donc plus que sage de garder une exposition à d’autres pays, soit au sein de son PEA soit au sein d’autres enveloppes. Et les ETF (Smart Beta ou non) restent l’option à privilégier.

La deuxième étape est de choisir précisément la règle de sélection utilisée par le screener. Vous pouvez partir d’un screener déjà existant ou créer directement le vôtre. Il y a des dizaines façon de faire qui fonctionnent, mais cela demande beaucoup de lecture.

L’outil est vraiment intuitif et complet. Ci-joint un exemple :

stockopedia_screener

On peut partir d’un ratio de base construit par Stockopedia et au fur et à mesure que l’on acquiert des connaissances faire un screener plus personnel.

Les scores Stockopedia sont calculés de la manière suivante (de manière journalière).

Le Value de Stockopedia est un mix de (données historique et non prévisions des analystes) :

  • Cours sur actifs nets
  • Cours sur Bénéfice
  • Cours sur flux de trésorerie
  • Dividendes %
  • Cours sur Vente
  • EBIT / Valeur de l’entreprise

Pour le Momentum, Stockopedia utilise à la fois l’évolution des prix et l’évolution des bénéfices.

* Momentum sur les prix :

  • Proximité avec le plus haut à 52 semaines
  • Comparaison des moyennes glissantes à 200 jours et 50 jours
  • Performance sur 1 an par rapport au marché
  • Performance sur 6 mois par rapport au marché

* Momentum sur les bénéfices :

  • Hausse du bénéfice de l’année suivante par actions dans le mois
  • Hausse du bénéfice de l’année en cours par actions dans les 3 derniers mois
  • Surprise sur le bénéfice par actions dans le dernier reporting financier
  • Surprise sur l’évolution du bénéfice par actions
  • Hausse la recommandation des brokers dans le dernier mois

Tous ces scores sont bien documentés sur Stockopedia. Par exemple, sur cette page vous avez le détail du calcul du Score Qualité et ici l’EV/EBITDA, un score que j’apprécie. Vous pouvez trouver sur ces pages des liens vers des études ou des livres qui expliquent pourquoi cet indicateur est intéressant. Cependant, la liste est loin d’être exhaustive.

Naturellement, il n’y a pas de règles de screening parfaite et qui fasse absolument consensus, à la fois au sein  des chercheurs et des praticiens. Par exemple, les indices value de MSCI sont multicritères sur les éléments suivants : le cours sur actif comptable, le PER des 12 mois suivants, le dividende. En revanche, l’ETF Smart Beta 2.0 d’Amundi s’appuie uniquement sur le cours sur actif comptable. Ni l’un ni l’autre ne me semblent parfait.

Comprendre tous ces critères peut-être long, mais au final vous aurez potentiellement plus de maitrise de votre portefeuille financier.

Par ailleurs, il est assez courant, lorsque l’on lit des études, que l’auteur élimine les Financières (dont les SIIC) et les utilities, car les critères de valorisation habituels ne fonctionnent pas bien. Mais cela est surtout vrai lorsque l’on utilise des uniques critères, assez simples (en particulier, le P/B ou cours sur actif comptable). Stockopedia limite ce problème en fournissant des indicateurs agrégés, qui peuvent fonctionner dans différentes industries. Pour ceux qui veulent aller plus loin, il y a un post sur le blog de Stockopedia spécifiquement sur ce sujet.

À titre personnel, j’utilise un screener de ce type :

  • Exclusion des grandes capitalisations et des nano capitalisations
  • Classement sur le score value-momentum de Stockopedia
  • Filtrage sur le critère Quality mais de façon moins prononcée que le score value-momentum
  • Filtrage sur les critères value et momentum qui me semblent les plus robustes, afin de les surpondérer (par exemple, la performance de l’action à 1 an pour la partie Momentum et l’EV/EBIT pour la partie Value)

Le résultat du screener exemple en photo ci-dessus est le suivant (le résultat est quasi instantané).

stockopedia_screener_resultat

Il est, à mon avis, peu probable que vous ayez instinctivement acheté ces sociétés.

Maintenant, il suffit de passer ses ordres d’achat et de les ajouter dans son portefeuille PEA géré sur Stockopedia.

Maintenant, la question est « quand vendre » ? Et ça se complique un petit peu. Vous pouvez, par exemple, réétudier votre portefeuille tous les trois ou 6 mois. Mais à aujourd’hui il n’est pas possible de faire un screener sur une liste d’un portefeuille. Ce n’est pas trop gênant si vous vous en tenez aux scores Stockopedia. Il suffit de regarder de quelle couleur est votre ligne. Vous pouvez même imaginer regarder votre portefeuille toutes les semaines et sortir immédiatement les valeurs qui ne répondent plus aux critères (par exemple, avoir un score Value Momentum supérieur à 90).

Mais c’est beaucoup plus fastidieux, voire impossible si vous avez adapté vos scores. On pourrait aussi faire retourner un screener et sortir toutes les valeurs qui ne sont pas dans la liste du Top 20.

Pour ma part, je j’ai choisi sortir mes valeurs si elles passent sous un seuil de score Stockopedia.

Cependant, Stockopedia devrait fournir de nouvelles fonctionnalités de gestion de portefeuille en 2017. Pourquoi ne pas envoyer un mail dès qu’une action ne répond plus aux critères fournis dans son screener ?

Quelle performance ?

Si vous êtes prêts, cette stratégie peut être très payante. Stockopedia publie aussi la performance de sa sélection fondée sur son scoring. Les résultats sont assez intéressants :

stockopedia_perf

On voit que, depuis juin 2013 (le lancement du site), les entreprises avec une capitalisation boursière supérieure à 50 Millions GBP, et dans le décile avec le plus bas score « Value Momentum » ont fait -28% alors que le meilleur décile a fait 78%. Le décile avec le meilleur score « Value-Momentum-Quality » a lui fait 84%.

Vous pouvez jouer avec les différents paramètres en allant sur ce lien. Vous ne pourrez pas directement le voir sur le site, mais sachez que les entreprises avec une capitalisation entre 50 et 350 Millions GBP, dans le premier décile Value Momentum, ont eu une performance 106% ; celles avec une capitalisation entre 10 et 100 ont eu une performance de 113%. Pour les entreprises supérieures à 2 Milliards de capitalisation, le résultat est de 30% et le meilleur décile a moins bien performé que le 2e décile (47%). Sur cette période, cela a bien mieux fonctionné avec les small voire les micro-caps.

Dans le même temps, un ETF monde a fait 51% et un ETF Stoxx 600 a fait 26%.

Attention, toutes les performances annoncées par Stockopedia sont hors frais de transactions. Hors cette stratégie implique des frais de transactions non négligeables. Il y a par ailleurs de nombreuses autres raisons de ne pas atteindre ces résultats théoriques en situation réelle.

De plus, cette durée d’analyse ne permet pas de juger d’une stratégie. Mais les chercheurs et les praticiens ont démontré sa pertinence. Vous avez des éléments dans cet article du blog. De plus, je reproduis ici un tableau d’une étude de Fama & French « Size, Value, and Momentum in International Stock Returns », qui montre la surperformance mensuelle de portefeuille diversifiés, par géographie, mixant taille de la capitalisation et momentum. L’analyse a été faite entre 1990 et 2011.

performance_valuemomentum

Par exemple, les Small Momentum en Europe ont fait 1,75% par mois (au-delà du taux sans risque) tandis que les grandes capitalisations non momentum ont fait 0,22% par mois. Cela fait un écart de 20% par an ! On peut aussi voir que cette stratégie fonctionne sur tous les marchés. C’est un des critères qui rend cette stratégie robuste. Dans cet article vous verrez aussi un tableau avec la performance du « small value ». En Europe, l’écart par rapport au « large growth » est de 6% par an.

Les résultats sont très impressionnants, mais encore une fois, ne vous attendez pas à cette performance dans le futur. Ce sont des portefeuilles théoriques et plus de gens sont au courant, moins la stratégie a de de chance de performer.

En revanche, cette étude ne présente pas les résultats sur du small-value-momentum. Ce sera pour de prochains articles.

À qui cette stratégie est-elle destinée ? Tout le monde peut-il ou doit-il faire un PEA Stockopedia ?

Il s’agit d’une stratégie audacieuse. En effet, elle fait courir beaucoup plus de risque qu’une stratégie suivant le marché, ou avec des ETF Smart Beta. Mais elle peut être très payante sur le long terme.

A mon sens, il vous faudra remplir la plupart des critères suivants :

  • Un PEA au plafond ou au moins la surface financière pour diversifier avec d’autres actifs au sein ou en dehors du PEA.
  • Une vision de (très) long terme avec des apports réguliers.
  • Une forte volonté de comprendre la mécanique de cette stratégie, ce qui demande un investissement initial en temps non négligeable.
  • La capacité à endurer une forte volatilité, des baisses significatives et de la potentielle sous-performance sur le long terme.

Si vous vous intéressez aux stratégies small value momentum, l’article sur le PEA-PME Stockopedia vous intéressa certainement.

Si vous trouvez trop compliqué ou trop risqué de construire un PEA Stockopedia, l’approche classique de la gestion passive, visant à investir dans un ETF Monde régulièrement est faîte pour vous.