Blog gestion passive et ETF | Fiscalité

QUE FAIRE QUAND SON PEA EST PLEIN ?

Les avantages du PEA

Vous le savez certainement le PEA (Plan d’Epargne en Actions) présente de nombreux avantages :

  • vous n’avez plus d’imposition sur le revenu (plus-values et dividendes) au bout de cinq ans (mais des prélèvements sociaux).
  • vous pouvez y loger des ETF investissant en dehors d’Europe grâce à la mécanique des trackers à réplication synthétique (pour plus d’informations sur ce sujet assez technique vous pouvez lire l’article de ce blog « Les types de réplication des ETF et les risques associés »).
  • vous avez des frais assez faibles.

Les limites du PEA

Cependant, un PEA est limité à 150 000€ d’apport (vous pouvez donc avoir nettement plus sur votre PEA si vous faites des plus-values) et je vous souhaite d’avoir la chance d’atteindre ce plafond. Mais comment investir quand votre PEA est plein ?

Un PEA par adulte du foyer fiscal

La première possibilité est de vous arranger avec votre moitié, car vous pouvez avoir deux PEA par couple. Cela peut donc potentiellement porter le montant de l’apport à 300 000 € pour votre famille (il n’est pas possible d’ouvrir un PEA pour ses enfants encore dans son foyer fiscal).

L’assurance vie

L’assurance vie est un cadre intéressant, car la fiscalité devient assez faible au bout de 8 ans (7,5% plus les prélèvements sociaux). Cependant, les frais liés à l’assurance vie sont plus importants que ceux liés au PEA. Il faut compter sur du 0,6% par an pour les moins chères donnant accès à des ETF. Un des intérêts, à ne pas oublier, de l’assurance vie est d’être une enveloppe fiscale très intéressante pour la succession (bien plus que le PEA). Vous pouvez donc mettre des ETF sur votre assurance vie, le coût sera alors de 0,9% à 1% par an (0,6% pour l’assurance vie et 0,3% à 0,4% pour l’ETF).

L’épargne Salariale

Autre cadre intéressant, les plans d’Épargne Salariale. En effet, vous échappez à l’impôt sur le revenu. Seul problème, vous n’avez pas toujours accès à des fonds performants. De plus, le système est assez compliqué avec des fonds nourriciers et une transparence qui ne saute pas aux yeux. La première chose à regarder sont les coûts. Plongez-vous dans le DICI (Document d’Information Clé de l’Investisseur) et trouvez les frais courants. Afin de ne pas se compliquer la vie, le fonds peut valoir le coup si son coût annuel est inférieur au coût de détention totaux sur votre assurance vie, soit les 0,9% à 1% dont nous parlions dans le précédent paragraphe. Mais attention, même avec des coûts faibles certains fonds arrivent à nettement sous-performer un indice World. On ne sait pas toujours ce qu’il y a dans un fonds et le gérant peut changer d’avis et de style. Avec un ETF vous avez une réelle transparence. C’est un vrai plus !

Le PEA-PME

Le PEA-PME ? Un PEA réservé aux petites capitalisations paraît tentant au premier abord. Cependant, cette enveloppe fiscale a été construite avec beaucoup de défauts. De plus, le seul tracker éligible n’est pas vraiment intéressant, car il est cher et très axé sur les biotechnologies (car l’indice CAC PME est construit ainsi) et donc très risqué. Il faut ouvrir un PEA-PME pour prendre date. Cependant, aujourd’hui, ce n’est pas un cadre intéressant pour une réelle stratégie Lazy ! Il existe des stratégies potentiellement adaptées, mais qui prennent du temps. Ce n’est pas l’esprit de notre propos.

N’hésitez pas à lire le guide complet du PEA-PME.

Le CTO

Le CTO (Compte Titre Ordinaire) est finalement peut-être intéressant. En effet, vous avez une grande flexibilité avec beaucoup de trackers disponibles, parfois moins chers que ceux éligibles au PEA. Le problème est bien sûr la fiscalité. Cependant, il existe un abattement sur l’impôt (et non les prélèvements sociaux) pour durée de détention. Il s’élève à 50% au bout de 2 ans et 65% au bout de 8 ans. Cependant, la fiscalité évolue beaucoup, et beaucoup plus que sur l’assurance vie (grâce à son Lobby ?) et sur le PEA. Vous n’êtes pas du tout sûr que cet abattement existe dans quelques années. Par ailleurs, les déclarations fiscales sont, tout de même, bien plus complexes sur le CTO que sur une assurance vie ou un PEA. Cela étant, si vous pensez que l’abattement va continuer à exister cela peut valoir le coup. Pour le savoir, il faut faire des calculs détaillés, qui comme d’habitude dépendent des hypothèses en entrée, c’est-à-dire la performance des investissements, les frais de votre assurance vie et votre fiscalité. Mais prenons uniquement un exemple. Pour un investissement dans un ETF qui fait 6% par an, une assurance vie avec 0,6% de frais et un TMI de 30% vous arrivez à un rendement post impôt équivalent entre l’assurance vie de plus de 8 ans et un CTO avec l’abattement de 2 ans. Si votre investissement fait plus l’AV prend un peu l’avantage, et si votre investissement fait moins le CTO prend l’avantage.

Au final, quand votre PEA est plein, dans une stratégie réellement passive et en y investissant qu’une minute par mois, vous avez le choix entre votre épargne salariale et l’assurance vie. Si vous avez un excellent fonds sur votre PEE (frais faibles, transparence, etc.), cette option est intéressante. En effet, le PEE est encore plus souple que et fiscalement intéressant que l’Assurance Vie. Mais c’est trop rarement le cas. Il faut alors miser sur une Assurance Vie à frais faible et proposant de bons ETF.

Le CTO peut se regarder si vous avez un TMI faible ou que vous croyez à la prolongation de l’abattement pour durée de détention. On peut peut-être miser sur celui avec un délai de 2 ans, mais je ne m’aventurerais pas sur celui de 8 ans.

Cependant, comme rien n’est sûr, surtout dans 10,20 ou 30 ans … peut-être faut-il mieux mixer et investir dans différentes enveloppes fiscales.

Augmenter le risque dans son PEA

Mais avant de clôturer cet article, je voudrais aborder une dernière stratégie. Elle est plus compliquée mais très intéressante. Comme vous le savez, un portefeuille financier doit être équilibré, avec une bonne gestion des risques. Imaginons que votre risque tolérable soit 50% obligations et 50% marché actions mondial. Votre PEA est plein, que faire ? Vous n’avez qu’à augmenter le risque actions au sein de votre PEA et abonder votre fonds en Euros ! Au final, vous aurez le même niveau de risque de portefeuille. La bonne solution n’est pas d’utiliser les trackers à effet de levier, ce n’est vraiment pas du tout adapté. Nous y reviendrons dans un autre article. La solution est d’utiliser le Smart Beta. Dans l’article « Surperfomer le marché grâce au smart beta », j’ai montré qu’il y avait des actions qui avaient une performance supérieure aux autres actions (au marché), mais souvent en échange d’un risque plus fort. Par exemple, prendre des actions value et/ou small va probablement augmenter votre performance, mais aussi votre risque. La question il faut alors répondre est « oui, mais de combien ?». La réponse n’est pas simple et mériterait que l’on s’y attarde. Cependant, il s’agit d’une réelle possibilité. A suivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

15 Comments

  1. Guillaume dit :

    Bonjour Edouard,

    Je vous suis depuis vos débuts sur ce blog et j’applique assidûment votre méthode décrite dans votre premier livre.
    Néanmoins les versements sur mon PEA vont atteindre leur maximum et je me pose une question essentielle.

    L’un des principes majeur est d’Investir progressivement, je vous cite : « on investit alors à la fois au plus haut et au plus bas, et on limite ainsi le risque ». Principe que je comprends tout à fait mais qui ne peut plus du tout s’appliquer une fois le PEA plein (100% actions ETF) car plus de versements possibles. Donc si crise majeure, je ne pourrais pas limiter la casse en achetant au plus bas.
    La gestion passive me semble alors ne plus fonctionner dans ce cas. Me manque-t-il une information dans mon raisonnement ?

    Merci

  2. Vous avez oublié d’actualiser la fiscalité du CTO
    Avec la flat taxe, le taux d’impôt est d’au maximum 17,2% à comparer au frais annuel des assurance vie 0,5% par an sur la totalité du capital.
    L’avie coûte 20% de plus que le CTO *

    CTO = 100€ placé à 5% rapporte 5€ ==> * 17,2% = 0,86€ d’impôts
    A vie : Frais 105€ * 0,6% = 0,63€ + l’impôt au bout de 8 ans 5€
    7,5%=0,375€ Total = 1,035 €

    1. Je ne mets pas 100% des articles à jour même si j’essaye de mettre à jour le maximum. C’est vrai qu’avec la nouvelle fiscalité le CTO est devenu plus intéressant lorsque l’on a pas d’enjeux de succession.

  3. oubliez le message ci dessus : les frais de gestion des etfs existent bien …

  4. Bonjour Edouard, petite question sur la comparaison etf sur av et etf sur pea.
    Vous dites dans votre article que les frais av sont plus élevés : 0.3 à 0.4% pour pea contre 0.9 à 1% pour av.
    En appelant les courtiers qui proposent les av que vous plébiscitez dans un autre article, j’ai l’impression que le cout d’investir des etfs dans une av ne coute « seulement » que les frais de gestion de l ‘av (0.6% en moyenne) et aucun frais de gestion supplémentaire sur l’etf lui-même.
    La différence n’étant donc pour moi ,si je ne prends pas en compte les couts d’exécutions (0.1 à 0.2% à chaque transaction), »que » d’environ 20bps ( et non 60bps).
    Ou est mon erreur svp?

  5. Bonjour Edouard, même cause même effet que vous sur mon Perco … j’imagine que vous êtes comme moi passé de Amundi action monde ESR à Amundi conviction … qui devient un fond de fond …

    1. Edouard Petit dit :

      Oui c’est exactement ça.
      Je pense que les RH se sont laissés convaincre par le marketing, notamment autour des « assets réels ».

      C’est une situation vraiment peu agréable, car on ne peut rien faire.

      Ca montre qu’il faut essayer d’éviter les enveloppes qui engagent trop longtempts, PERCO et PERP !

  6. StephD650 dit :

    « Puissance Sélection est très sympa, avec un bon fonds en Euros et une sélection large d’ETF. Attention, c’est 0,1% à chaque achat/vente. »

    Quels sont pour vous les AV « pro tackers » et sans les 0,1 % ?

    Merci par avance.

  7. Edouard Petit dit :

    Le PEE/PERCO peuvent être des bons produits quand les fonds sont choisis avec attention (peu chers). C’est même plus souple que le PEA. Seul problème, ces choix ne sont pas à votre main et peuvent être modifiés sans crier gare ! Par exemple, sur mon épargne salariale, on vient de remplacer mon fonds actions monde à 0,8% de frais annuel par un nouveau fonds à 1,5% de frais annuels. Mon employeur s’est laissé bercé par les sirènes de la gestion actives. C’est sur mon PERCO … je suis bloqué jusqu’à la retraite avec ça !
    C’est donc très bien parfois, mais pas nécessairement dans la durée. Dommage …

  8. Bonjour Edouard,

    Chez le même assureur, nous avons également Linxea Vie. D’un côté, Puissance Sélection propose beaucoup de trackers mais j’ai l’impression que pour l’investisseur qui veut vraiment passer 1 min/mois avec quelque chose de simple, il n’y a que trois trackers intéressants : World + Emergent + Small cap zone euro.
    Tandis que chez Linxea Vie, il y a World + Emergents.
    Lorsque vous aviez rédigé l’article, qu’est ce qui vous a fait penché vers Puissance Selection ; parmi tous les trackers proposés, je n’ai pas l’impression d’en voir des intéressents (j’entends par là pour une stratégie simpliste et passive).
    quoiqu’il en soit, je vais immobiliser 1000€.

    Pour Yomoni, j’y réfléchis encore. ça m’embête d’immobiliser 1000€ dans une AV où les frais de gestion sont un peu opaques (notamment le CTO et le PEA). De plus, on s’éloigne du principe de votre livre : 0.6% de frais pour un robot-advisor qui va essayer de superformer le marché (est-ce qu’on peut considérer qu’il va sous-performer comme 98% des gérants).
    Pensez-vous que ces frais peuvent-encore être réduits?

    Merci en tout cas pour votre patience.

    J’ai acheté votre livre en version papier pour ma famille ;).

    Jean D

    1. Edouard Petit dit :

      Oui, World + Emerging, c’est déjà suffisant (même si j’aime bien les small). Mais parfois la liste d’ETF peut changer sans prévenir, donc autant avoir une AV qui se dit « officiellement » pro tracker.
      Je n’ai pas penché pour Puissance Sélection, j’ai pris date sur de nombreuses AV avec un bon fonds € et/ou des trackers intéressants (avec des frais de gestion peu élevés).

      Je n’ai pas encore trouvé complètement ce qui me plait le plus dans mon ère « post PEA ». Par exemple, mon fonds monde de mon épargne salariale vient d’être changé, je suis passé de 0,8% de frais de gestions à 1,45% … super. En plus, j’en ai sur mon PERCO que je ne peux sortir ! Il y a de quoi s’énerver !

      1. Vous m’avez convaincu, je vais prendre date sur ces deux AV en plus! Je ne sais pas si j’ai un train de retard de 7 ans; j’ai l’impression qu’on va nous pousser vers l’euro-croissance et que dans 8 ans, tous mes contrats assurance-vie vont être délaissés…

        Nous pouvons toujours espérer voir une ère post PEA se dessiner en France et qui sait peut-etre grâce à votre livre?
        Je vous avouerai que je ne me suis pas encore intéressé au PEE/PERCO mais je devrais je pense lorsque mes premiers intéressements seront versés.
        D’ailleurs, allez-vous faire un article plus poussé sur le PEE/PERCO et notamment sur comment choisir le fonds? Je ne sais pas si y a de la matière mais vous semblez aborder le PEE/PERCO comme une enveloppe à privilégier après le PEA. Or de ce que j’en sais, il est intéressent de s’y intéresser dès qu’on y a droit, notamment si l’abondement est intéressant. Je pense que c’est un produit totalement inconnu des français et « donné » à énormément de français. Il y a une loi qui est passée récemment pour informer les épargnants français en entreprise. Mais la vérité est que ce produit est toujours aussi inconnu. Je pense notamment à ma mère qui a droit à des fonds à faibles frais, performants avec un très bon abondement (8 ans d’abondement perdu facilement). Et ce n’est qu’avec votre livre que je me suis intéressé un tant soit peu au PEE.

        Jean D

  9. Bonjour,

    J’ai lu votre article « CHOISIR UNE ASSURANCE VIE? » et je me demandais s’il était pertinent de prendre date sur certaines AV, notamment Puissance Selection et Yomoni Vie.
    Au vu de la stratégie que je veux adopter sur PEA, je ne pourrais pas la reproduire sur AV étant donné qu’il n’y a pas la même offre de trackers.
    Cependant, Puissance Selection propose quand même le tracker World, Emerging Markets et Small Euro Zone. La question c’est de savoir si ça vaut le coup de prendre déjà date. D’après votre article, je pense que c’est la plus adéquate.

    Concernant Yomoni Vie, mon avis est assez mitigé. Je trouve leur interface très user-friendly mais je trouve leurs frais un peu élevés. Corrigez-moi si je me trompe mais c’est une gestion plutôt active dans le sens où il y a beaucoup d’arbitrages. Et je ne comprends pas le rendement ciblé : est-ce qu’ils cherchent à reproduire le marché ou à le superformer? en réalité, on payerait donc 0.6% de fdg (par rapport à des trackers pris dans une bonne AV en ligne) pour avoir une gestion sous mandat qui va nous permettre d’éviter un combat contre soit. Pensez-vous que cela vaut le coup de prendre date? Ou attendre et voir s’il va y avoir d’autres fintech qui vont proposer quelque chose de moins cher.
    En effet, actuellement, leur contrat est cher et pas cher à la fois car c’est le seul qui propose ça (Marie Quantier propose quelque chose de plus cher à mes yeux). Mais je pense que les frais peuvent encore être réduits. D’autant plus que les nouveaux produits de Yomoni : PEA et CTO qui proposent exactement les mêmes taux et me poussent à penser que derrière ce 1.6% de fdg, il y a une opacité des frais réellement engagés.
    C’est donc surtout sur ce contrat que je suis sceptique. est-ce que ça peut valoir le coup de prendre date?

    Jean D

    1. Edouard Petit dit :

      Bonjour Jean,

      Ça ne coûte pas grand chose de prendre date, de l’argent immobilisé, alors oui il faut le faire.
      Puissance Sélection est très sympa, avec un bon fonds en Euros et une sélection large d’ETF. Attention, c’est 0,1% à chaque achat/vente. Mais pour l’investisseur passif, ce n’est pas très grave.

      Concernant Yomoni, vous vous posez les bonnes questions. Il faudra que j’écrive un article sur les robo advisor. L’intérêt majeur, je trouve aussi, est effectivement de vous aider à combattre votre pire ennemi, donc vous même. Il y a d’autres avantages, comme une très bonne interface et des fonds indiciels non accessibles à l’épargnant lambda. En France, c’est vrai cela a un coût élevé.
      Sinon, oui, ils cherchent à faire mieux que le marché grâce à leur allocation stratégique (en mettant de l’or et du pétrole par exemple) et leur allocation tactique. Moi je ne suis pas fan de cette partie de Yomoni, mais bon !

      Bien à vous
      Edouard