Blog gestion passive et ETF | ETF, Trackers, Indices

QUELQUES OUTILS POUR OPTIMISER VOTRE PORTEFEUILLE D’ETF


POINTS CLÉS

  • La connaissance des classes d’actifs est très utile pour construire un portefeuille d’ETF.
  • Yahoo Finance et Google Spreadsheet donnent des informations utiles sur les ETF car on peut y télécharger l’historique des cours. Ils peuvent être complétés par le logiciel de statistique R.
  • Le site de MSCI permet de télécharger de nombreux indices en remontant jusqu’en 1970.
  • Le site Portofoliovisualizer est une boîte à outil incontournable qui permet notamment de simuler différentes allocations d’actifs.
  • Les backests ne sont qu’un entrant à la réflexion, il faut aller plus loin.

Afin d’optimiser un portefeuille d’ETF, il faut avoir une bonne connaissance des indices et classes d’actifs suivis par les ETF, et des ETF eux-mêmes. Cela étant, à mon sens, il y a bien plus à gagner à bien comprendre les indices suivis plutôt qu’à essayer d’optimiser son choix d’ETF. En effet, dans les articles Sélectionner un tracker » et Sélectionner un ETF émergent, on peut voir que le choix d’un ETF ou d’un autre n’a pas un impact si significatif. L’impact est, en tout cas, bien moins grand que le choix de n’importe quel ETF versus un OPVCM classique.

Pour un investisseur passif, avoir une bonne connaissance des classes d’actifs signifie étudier sa performance ses risques et si possible comprendre la façon dont elles évoluent dans différents contextes (hausse des tôt, crise économique majeure, etc.)…. À la fois historiquement et d’un point de vue théorique. Naturellement, les outils ne donnent pas toutes ces informations, mais ils sont des accélérateurs.

Yahoo Finance et Google Spreadsheet pour étudier le comportement des ETF, complété par le logiciel « R »

Yahoo Finance l’outil de référence pour télécharger les cours historiques des ETF (et des actions)

Sur Yahoo Finance vous pouvez avoir de nombreuses informations sur les produits côtés en bourse, que ce soit les actions ou les ETF. Vous pouvez même parfois avoir des informations sur quelques OPCVM classiques, non cotés en bourse.

Mais la fonction à mon sens la plus intéressante est le téléchargement des cours, ainsi que les dividendes associés. Ainsi, pour connaître la performance dividende compris, il faut s’appuyer sur la colonne intitulée : « Clôture ajustée ».

Vous avez ci-dessous, par exemple, l’affichage des cours mensuels pour le tracker MSCI Monde de Lyxor (la version non éligible au PEA mais que vous pourrez trouver sur les bonnes assurances vie) :

Cours d'un ETF sur Yahoo

Pour accéder à ces cours, il faut rentrer le code mnémonique du tracker suivi de l’extension liée à la place de cotation. Dans notre cas, il faut donc de rentrer « WLD.PA »

Télécharger les cours, vous permet de faire vos propres analyses (performances annualisées, volatilité, graphiques, etc.). Il faut alors utiliser Excel ou un tableur Open Source.

Google Spreadsheet est une alternative, mais uniquement pour les ETF capitalisants

Une solution alternative est de s’appuyer sur certaines fonctions de Google Spreadsheets et en particulier la fonction Googlefinance.

Par exemple, vous pouvez voir l’évolution journalière des cours de plusieurs ETF, en rentrant juste leur code. Je trouve cela très pratique. Mais attention avec la fonction utilisée, les dividendes ne sont pas pris en compte. Pour que les dividendes soient pris en compte, il y a des solutions de contournement, mais plus complexes. En revanche, avec les ETF capitalisant, il n’y pas de problème.

Google Spreadsheets ETF

Le logiciel R pour faire des statistiques avancées

Pour les plus matheux, aimant l’informatique, vous pouvez utiliser le logiciel de statistiques Open Source « R » afin d’optimiser certaines analyses. Par exemple, en 1 clic, je télécharge les cours de divers trackers et je peux comparer leurs performances, leurs risques et de nombreux autres indicateurs. Note depuis quelques temps : l’API de Yahoo limite cela et ce n’est donc plus possible. J’espère que cette possibilité reviendra.

Ainsi, pour répondre à la question d’un lecteur sur l’intérêt de prendre des ETF couverts en devise, j’ai comparé 4 ETF :

  • Un ETF S&P 500 en Euros côté sur Euronext (500.PA)
  • Un ETF S&P 500 en Dollar côté sur Euronext (500U.PA)
  • Un ETF S&P 500 en Dollar côté aux USA (SPY)
  • Un ETF S&P 500 couvert en Euros côté sur Euronext (500H.PA)

Le tableau ci-dessous présente les résultats :

R ETF

On peut voir plusieurs choses

  • L’ETF en Dollar sur Euronext fait un peu moins bien que l’ETF côté aux États-Unis : c’est d’abord dû à l’imposition à la source et ensuite aux frais de l’ETF, un peu plus élevé en Europe.
  • L’ETF couvert en Euro est moins performant de 0,7 point par an que l’ETF en Dollar sur Euronext : c’est dû au fait qu’un ETF couvert en devise a plus de frais et au fait que la couverture a tout de même un coût non négligeable.
  • Le fait de se couvrir en devise fait donc perdre de la performance à cause des frais plus élevés, mais fait un peu baisser la volatilité (de 15,5% à 13,15%) et bien baisser la perte maximale – worst drawdown (de 20% à 15%).

Le site web de MSCI pour télécharger l’historique des indices

Cependant, les ETF n’ont pas nécessairement un grand historique. En effet, le plus vieil ETF a un peu plus de 10 ans, mais la plupart ont moins de cinq ans, je pense. Pourtant, s’appuyer sur de longues séries est absolument nécessaire pour se faire une idée juste de la performance et des risques des classes d’actifs. Il faut alors se procurer les données des indices. MSCI fournit cela sur son site web à cette adresse.

Avant de se lancer, il est important de bien comprendre les indices. Ces deux articles peuvent vous aider : « comprendre les indices » et « les indices MSCI ».

Pensez bien à prendre les indices en « net return », c’est l’indice qui vous donnera le résultat le plus proche d’un ETF. Pour plus d’informations sur le sujet, vous pouvez lire l’article sur « l’impôt à la source ».

Après avoir produit les graphiques ci-dessous, vous pourrez télécharger les cours. Certains indices en dollars remontent jusqu’en 1969. Si vous voulez la version en monnaie locale (franc puis euros), il faudra faire ce calcul « à la main », dans Excel

MSCI Indices

Sur ce graphique, on voit par exemple, que les marchés émergents et les mi-caps ont très nettement surperformé les autres indices depuis 1999.

Évidemment, si vous voulez faire des analyses ou des simulations d’un portefeuille d’ETF, il faudra faire cela sur un tableur.

Une boîte à outils extraordinaire : Portofoliovizualizer

La boîte à outil pour optimiser son portefeuille d’ETF

Cependant, il existe un site web dédié aux investisseurs passifs et avec de nombreux outils particulièrement intéressants, qui automatisent ces analyses. Il s’agit de Portfofoliovizualizer. Le site a été conçu pour les Américains uniquement. Cela signifie notamment que tout est en anglais, avec les ETF américains et avec tout en $ en non en €. Il est tout de même très intéressant de s’y attarder. Il faut dire qu’il est rapide, facile à utiliser, complet et gratuit.

Il a de très nombreuses fonctionnalités dont : simulation d’allocations d’actifs, simulation de portefeuille d’ETF, analyse de corrélations, simulation de Monte-Carlo, analyse d’ETF et de fonds en fonction des facteurs de Fama et French, etc.

Comme vous le voyez, certaines fonctions sont conçues pour les investisseurs avancés, mais beaucoup sont très facilement compréhensibles.

Je vous montre comment faire un backtest, pas à pas

Prenons comme exemple, la simulation de portefeuille financier (en anglais « Backtest asset allocation »).

Portofolio Vizualiazer

La première étape est de définir le montant investi initialement, la date de départ et de fin de l’analyse (les données remontent jusqu’à 1972), si on veut rééquilibrer le portefeuille, et surtout son allocation d’actif. Il existe même des allocations d’actifs préconfigurées en fonction des recommandations de célèbres auteurs financiers américains.

À titre d’exemple, j’ai conçu trois portefeuilles :

Portefeuille 1 :

  • Actions américaines Small Cap Value: 25%
  • Actions monde développé hors US : 25%
  • Marchés émergents : 25%
  • Obligations américaines : 25%

Portefeuille 2 :

  • Actions américaines (marché total, y compris les small caps) : 20%
  • REIT américaines : 15%
  • Actions monde développé hors US : 40%
  • Obligations américaines : 25%

Portefeuille 3 :

  • Actions américaines de grande taille (SP 500) : 75%
  • Obligations américaines : 25%

Portofoliovizualizer donne le résultat suivant :

Portofolio Vizualiazer Résulats

On peut observer différentes choses :

  • Le premier portefeuille surperforme largement les autres. Il fait plus de 13% par an, alors que les deux autres sont proches de 10%. Ce n’est pas une surprise, les « small cap value » ont très largement surperformé le reste du marché depuis un siècle. C’est un portefeuille « smart beta ». Pour plus d’information sur ce sujet, les articles « Surperformer le marché avec le smart beta ? » et « Est-ce que les ETF smart beta ont performé depuis que c’est à la mode ?» peuvent vous aider.
  • La puissance des intérêts composés fait que les 10 000 $ sont devenus 2,3 Millions $ dans le portefeuille 1 et 0,6 Million de $ pour le portefeuille 3 plus classique. Cela fait tout de même une différence de pratiquement 1 à 4 !
  • Cette surperformance est au prix d’une plus grande volatilité (standard deviation), d’ailleurs on voit que l’écart entre la meilleure et la moins bonne année est plus élevé. La perte maximale est aussi plus élevée (Max Drawdown). Cela signifie que le risque est plus élevé.

Aller plus loin que les outils est indispensable pour penser un portefeuille d’ETF

Mais un backtest ne signifie pas nécessairement que cette surperformance va continuer. Un backtest donne des éléments de réflexion intéressants pour l’investisseur passif. Il peut même améliorer son portefeuille d’ETF et probablement éviter certaines erreurs.

Par ailleurs, il faut comprendre que les principes de gestion de portefeuille sont plus importants que les backtests. Un backtest ne sera jamais aussi puissant que l’analyse faite par un scientifique de milliers de données. Et justement dans ma formation sur la gestion passive et les ETF, je partage avec vous des bonnes pratiques de gestion de portefeuille et d’allocation d’actifs. Je vous accompagne pas à pas pour construite un portefeuille d’ETF qui vous ressemble.

Il doit être complété par une connaissance de la théorie qui explique ces performances et ces risques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

17 Comments

  1. Michel First dit :

    Bonjour,
    Dans quel école enseignez vous?Hec,Essec Escla…Et ou?
    Cdlt.

  2. Bonjour
    Merci pour cet article très instructif.
    J’ai trouvé un site qui permet le back-test de nombreux ETFs et analyse la corrélation des fonds.
    https://backtest.curvo.eu/
    Il contient des ETFs européens, il est donc facile de tester les fonds que nous pouvons utiliser ici.
    Cheers Lars

  3. Bonjour,
    Merci pour cet article, très bon.
    Petite question concernant le site MSCI, comment faîtes vous pour effectuer la comparaison graphique de plusieurs indices ? Merci.
    J’ai beau fouiller sur le site, je ne vois pas comment faire….

    1. Je viens de trouver en débloquant les flash… ;)

  4. J’ai envoyé une demande à portfoliovizualizer, stockcharts et ils ne veulent pas introduire les marchés européens car czl coûterait trop cher. En revanche sur PV, on peut utiliser la fonction import de données mais ce n est pas pratique. Dommage qu il n y est pas d équivalent en Europe pour ce genre d outils !

    1. Ah, oui, j’avais fait les mêmes demandes, et même réponses … j’espère que cela changera un jour.

    2. Bonjour, je suis le développeur de Backtest (https://backtest.curvo.eu/), que quelqu’un a aussi mentionné dans un autre commentaire. J’ai développé Backtest exactement pour résoudre ce problème. Je voulais backtester mon portefeuille et faire des analyses sur les données historiques mais je ne trouvais pas d’outil qui le faisait. Étant développeur, j’ai développé ma propre solution que j’ai depuis ouvert à tout le monde. Il est encore loin d’être aussi complet que PV mais l’avantage est qu’il se concentre seulement sur les investisseurs européens. Actuellement, il contient les données historiques pour 79 indices et 312 ETFs. Ces nombres ne cessent de grandir à la suite de demandes d’utilisateurs. Donc si vous avez des fonds dans votre portefeuille que vous ne voyez pas sur Backtest, n’hésitez pas à me le dire!

      1. Tatiana Plotnikova dit :

        Bonjour Yoran, merci pour votre site! Je suis une formation sur les investissements en Europe et l’enseignant nous a recommandé votre site, tout en précisant qu’il y a des contraintes. Mais c’est déjà ça! Surtout l’analyse des ETFs est intéressant. Dommage que seulement 5 ETFs y peuvent être inclus. Je vous recontacte via votre mail concernant des ETFs manquant dans la liste également. Merci beaucoup encore une fois pour cet énorme travail!

    1. Edouard Petit dit :

      Bonjour Patrick,
      Merci pour ce partage, je ne suis pas sûr qu’il y ait beaucoup de programmeurs python ici … mais ne sait-on jamais. En tout cas, cet outil est fort bien pensé pour celui qui sait programmer.
      J’ai utilisé Quantopian par le passé, mais pour le « fun », car je ne suis pas du tout sûr que des backtests fait à la main, soient représentatifs.

  5. Francois dit :

    Bonjour Edouard,

    Je lis avec beaucoup d’intérêt ce billet.
    Comment suivez vous concrètement votre porte-feuille d’actions ? Suivre le cours des actions qui le composent ne pose pas de problème, mais comment tenir compte des versements plus ou moins réguliers qui l’alimentent ? J’ai bricolé un tableau Excel pour répondre à cette question, mais c’est encore très rudimentaire.
    Votre retour me serait très utile !
    Merci d’avance !

    1. Edouard Petit dit :

      Bonjour François,
      Il faut effectivement faire un tableau XL ou Google sheets pour suivre son portefeuille d’ETF. A titre personnel, j’en ai un peu dans tous les sens et de façon assez détaillée. Mais c’est une passion pour moi, un tableau très simple doit suffir.
      Google Sheets est pratique car il permet de charger les cours en temps réel sans macro. On voit tout de suite son allocation. J’en ai mis un à disposition pour gérer les apports dans l’article traitant du sujet. Il est même possible faire plus simple.

  6. Bonjour et merci pour votre travail,
    Connaissez-vous portfolio charts ? Je trouve le site très visuel et intuitif et très utile dans une réflexion sur la constitution ou l’optimisation d’un portefeuille lazy.
    J’apprécie particulièrement le fait qu’il adresse le problème du market timing, en permettant d’effectuer des analyses sur une multitude de périodes avec un horizon de temps variable (même si les données ne vont pas au delà de 1972).
    – yc

    1. Edouard Petit dit :

      Bonjour,

      Je n’y avais fait qu’un tour rapide. C’est sûr le côté graphique a l’air très sympa.
      En plus, on peut assez facilement exporter sous Excel certains graphique.

      Merci, à recommander : Portfolio Charts

      Vous pouvez mettre un lien vers votre allocation cible ? (je me débrouillerai pour insérer une image)

      Edouard

  7. Merci pour cet article fort intéressant (une nouvelle fois). J’apprécie aussi la nouvelle mise en forme des articles avec la partie « points clés ».
    Je suis allé voir et tester portfoliovizualizer qui est effectivement un site tout à fait recommandable.
    Je me demandais, sur ce site, quelle répartition d’actifs choisir pour la partie obligataire afin de représenter une sorte de fonds euro « générique ». Auriez-vous suggestion à ce sujet? Merci d’avance.

    1. Edouard Petit dit :

      Merci, les points clés aident vraiment à la lecture, j’ai eu pas mal de retours positifs.

      Oui, Portofoliovizualizer est vraiment un outil impressionnant. Par contre, ce n’est pas facile de simuler « l’effet cliquet » de l’assurance vie. Par ailleurs, les fonds en Euros sont de la gestion active (mais avec des frais acceptables), donc la composition est relativement différente entre les fonds ; et elle évolue dans le temps. Normalement, on devrait prendre des mixs de bons du trésor et d’obligations corporate (et un peu d’actions et d’immobilier), mais pour simplifier je pense qu’on peut prendre uniquement « 10-year Treasuries ». Il y a quand même eu des années en perte, dont une à -11%.
      Donc c’est quand même à destination des américains.

      1. Merci beaucoup de votre retour et de vos explications.
        Par simplicité, j’avais aussi retenu les « 10-year Treasuries » pour faire un backtest et un tracé de frontière efficiente.