La question la plus importante est le choix d’un fonds ou d’un tracker (aussi appelé ETF). Comme je l’explique dans le livre « Épargnant 3.0 », l’immense majorité des échanges en bourse est faite entre professionnels, on peut dire que le prix de marché est le résultat de l’intelligence collective des gestionnaires de fonds. Il en résulte que, et c’est mathématique, les fonds auront une performance, en moyenne, de celle du marché moins les frais. A titre d’exemple, en France les fonds en actions internationales ont des frais de 2% par an. Ainsi, ces fonds vont, en moyenne, faire 2% de moins par an qu’un indice monde.

Au final, plus de 80% des fonds font moins bien que leur indice de référence. Et les études académiques ont démontré qu’il n’était pas possible de prévoir quel fonds pourrait sur-perfomer à l’avenir … et surtout pas en étudiant les performances passées.

Les trackers ont des frais beaucoup plus contenus que les fonds. Ils seront donc beaucoup plus proches de l’indice. Et ce de façon beaucoup plus certaine.

Choisir un bon tracker n’apportera pas un gain aussi important qu’en choisissant un fonds plutôt qu’un ETF. Cependant, il peut être intéressant de se poser quelques questions critiques.

Le plus important est certainement de bien comprendre quel indice suit le tracker (ETF). Il peut y avoir des surprises. Par exemple, les trackers suivant l’indice « DJ Global Titans » sont souvent catégorisés dans les actions diversifiées internationales, ou plus communément appellées « Monde ». Pourtant, cet indice est composé à 75% d’entreprises américaines. Il n’est pas sûr que vous ayez envie de vous exposer à ce point-là au marché américain. Le mieux est de raisonner par rapport à votre portefeuille global et votre allocation cible.

Bien sûr, investir sur un « vrai » ETF monde est une excellente option. Il est très représentatif de l’ensemble des bourses des pays développés (donc pas des pays émergents).

Pour trouver ces trackers vous pouvez aller sur les portails de bourse classiques et faire une recherche. Il faut souvent aller dans la partie « tracker » ou « ETF » (des mots synonymes).

Par exemple, sur Boursorama allez dans « Bourse » puis « Tracker » et « Palmarès ». Vous pouvez alors faire une recherche en sélectionnant l’indice sous-jacent. Il s’agit du MSCI World. Une fois la liste affichée vous pouvez cliquer sur chacun des trackers pour avoir les informations.

Vous trouverez ci-dessous les informations importantes sur les différents trackers suivant les bourses des pays développés.

Trackers_world_2

Il peut y avoir des différences de performance mais elles ne sont pas majeures. Par exemple, le tracker d’Amundi a eu une performance de 11,3% en 2015, contre 11,1% pour le Lyxor non éligible au PEA et 10,9% pour le Lyxor éligible au PEA. Sur 5 ans, l’Amundi a fait 9,39% par an et le Lyxor non PEA 9,35%. Il n’est pas possible de comparer à la version PEA car ce tracker n’a qu’un an.

Comme vous le voyez les différences sur le long terme sont assez minimes. En tout cas bien différentes par rapport au fonds classiques, dits « actifs ». En effet, selon Morningstar ces trackers ont fait 2,5 points de mieux par an que les fonds « Monde ». Ce n’est pas une surprise.

Il est toujours possible d’optimiser mais, comme je pense que la simplicité est aussi très importante, on peut simplifier en disant que tous ces produits sont bons.

A mon sens, l’épargnant qui investit dans une logique de long terme aura intérêt à se focaliser sur des critères simples, compréhensibles, facilement accessibles. Les deux plus importants sont les frais de gestion et les encours du fonds. En effet, tout comme pour les fonds classiques, le niveau de frais est fortement corrélé à la performance. Par ailleurs, un encours important peut être corrélé à de plus forts volumes, mais surtout il limite le risque de fermeture d’un tracker. Certes on ne perd pas son argent, mais cela engendre des tracasseries et des frais de courtage.

D’une manière générale, il faut éviter les ETF avec des frais supérieurs à 0,4% et avec des encours inférieurs à 100 millions d’Euros.

Ainsi sur le PEA, je prendrais l’Amundi et sur le CTO soit l’iShares soit le Vanguard. Certes le produit Vanguard a aujourd’hui un faible encours, mais il s’agit d’un produit récent et son encours devrait rapidement augmenter. Par ailleurs, il suit l’indice monde de FTSE plutôt que celui de MSCI. C’est une bonne option. Il a un peu plus de sociétés en portefeuilles, il est donc légèrement plus diversifié. Un léger avantage.