Il peut être attirant d’investir sur un ETF NASDAQ. En effet, on imagine pouvoir facilement investir dans les sociétés technologiques dont on entend si souvent parler : Amazon, Apple ou Google. Cependant est-ce une si bonne idée d’investir sur l’indice NASDAQ ? Et sur les ETF NASDAQ ?

Je partage avec vous une vidéo sur Youtube (n’hésitez pas à vous abonner à ma chaîne et à « liker » la vidéo, le petit pouce bleu vers le haut) ; ainsi qu’un texte de blog un peu plus détaillé (ici).


Comprendre, sélectionner, acheter, vendre des ETF


GRATUIT ET IMMÉDIAT

L’indice NASDAQ … et surtout la bourse NASDAQ

Comme je le rappelais dans mon article sur les ETF CAC 40, la première question à se poser lorsque que l’on désire acheter un ETF est : quel indice suit-il ? Quel indice suivent les trackers NASDAQ ? Le NASDAQ ? Pas, exactement.

Le NASDAQ (National Association of Securities Dealers Automated Quotations) n’est pas un indice, c’est une bourse. La bourse américaine principale aux États-Unis est le NYSE (New-York Stock Exchange). Elle a été créée au début des années 1970 et elle a été la première bourse électronique. Aujourd’hui, il s’agit d’un groupe, car le NASDAQ a racheté d’autres bourses, notamment dans le nord de l’Europe.

Cette bourse a attiré des entreprises technologiques telles que Microsoft, Apple ou Cisco. Elle est donc très connotée “sociétés de croissances”. Début 2019, il y avait pratiquement 3500 sociétés cotées au NASDAQ. Mais, il faut savoir que les entreprises de la technologie ne représentent que 50% de la capitalisation !

Mais parlons indice, il y a deux indices principaux :

  • Le NASDAQ Composite, qui recense la majorité des actions du NASDAQ. En l’occurrence, 2500 parmi les 3500 dont je viens de parler.
  • Le NASDAQ 100, qui inclut les 100 premières sociétés du NASDAQ hors financières. Là on a un peu plus de 50% de technologies. On a aussi du Starbucks ou du Marriott ! Cela étant on peut tout de même dire que ce sont des sociétés de croissance au global.

La performance du NASDAQ

Avant de parler de performance, il faut dire que le NASDAQ d’il y a 40 ans ou même 20 ans n’est pas vraiment comparable à celui d’aujourd’hui. En particulier, il y avait beaucoup de petites capitalisations ce qui est beaucoup moins le cas aujourd’hui.

Par ailleurs, les indices dividendes compris sont plus difficiles à trouver que sans les dividendes. En particulier sur le NASDAQ. Pas absurde, vu que ce sont des sociétés de croissance, il n’y a pas vraiment de dividendes ! Aujourd’hui, on est à moins de 1% de dividendes. Cependant, historiquement, nous étions pendant longtemps à pratiquement 0%.

Alors je suis remonté à 1971 :

  • Le NASDAQ hors dividendes a eu une performance annualisée de 9,1%, donc à peine plus avec dividendes.
  • La bourse américaine a eu une performance de 10,5% dividendes compris

Tiens cela a fait moins que les autres actions !

Et regardons quelques indicateurs de risque :

  • La volatilité : Plus de 20% pour le NASDAQ et 15% pour la bourse américaine dans son ensemble !
  • La perte maximale sur la période : -80% pour le Nasdaq et -50% pour la Bourse dans son ensemble !

Évidemment, si on part de 2009 ce n’est pas du tout ça ! Le NASDAQ a été multiplié par 4,2 et la bourse dans son ensemble “seulement” par 2,3 !

D’ailleurs, certains émetteurs d’ETF ne sont pas moins “malins” que les gestionnaires actifs dans leur communication. Si vous allez sur le site d’Invesco qui émet le plus gros ETF Nasdaq, qui s’appelle QQQ, vous allez trouver cela :

Cependant, regarder sur le court terme, et dix ans c’est du court terme ne donne pas toutes les informations loin de là !

Une performance impressionnante depuis 1999, ah bon ?

Si je pars de janvier 2000, un chiffre « rond », ce n’est pas nécessairement impressionnant.

En fait, l’ETF a été créé en mars 1999. Partons de là !

Certes, la performance pure est un peu meilleure. L’ETF NASDAQ a eu une performance de 6,3% par an, tandis que l’ETF S&P 500 a eu une performance de 5,4% par an.

Si l’on regarde la performance sur risque de l’ETF Nasdaq, qui a donc chuté de 80%, ce n’est clairement pas une performance impressionnante !

D’ailleurs, il a été prouvé que les sociétés de croissance avaient une moins bonne performance que les sociétés que l’on appelle “value”. Les raisons sont multiples.

On ne se sait pas de quoi l’avenir sera fait, mais historiquement sur le long terme, cela a été le cas !

Les ETF NASDAQ

Alors ces ETF ?

Il n’y a que des ETF NASDAQ 100. Ce sont des très grosses entreprises, plus grosses que celles du S&P 500.

Sur le PEA il y a :

  • Celui d’Amundi avec des frais de 0,23% et un encours correct, autour de 300 millions d’euros (Amundi ETF NASDAQ-100 UCITS ETF EUR – FR0010892216)
  • Celui de Lyxor avec des frais de 0,3% ; mais un petit encours de 30 millions d’euros (Lyxor PEA NASDAQ-100 UCITS ETF – Capi. – FR0011871110)

Sur le CTO, il y a aussi :

  • La version non PEA de Lyxor qui a un encours un peu supérieur à 500 millions d’euros (Lyxor NASDAQ-100 UCITS ETF – FR0007063177)
  • Celui d’iShares qui a un encours de 2 milliards, mais des frais de 0,33% (iShares NASDAQ 100 ETF Acc – IE00B53SZB19)
  • Celui d’Invesco avec un encours légèrement inférieur à 2 milliards (Invesco EQQQ NASDAQ-100 UCITS – IE0032077012)

Il y a de petites différences entre ces ETF. Mais pour donner un exemple, l’ETF d’Invesco a eu une performance de 21% par an depuis dix ans, tandis que les fonds actifs de la catégorie ont eu une performance inférieure à 14% sur la même période.

Quantalys le classe comme le meilleur fonds sur 10 ans sur tous les fonds qui investissent en actions de croissance américaines.

Conclusion pour l’Épargnant 3.0 sur les ETF  et Trackers NASDAQ

L’indice NASDAQ 100 est globalement sur une thématique assez particulière, les sociétés de croissance. Si les sociétés de croissances ont eu une performance exceptionnelle sur dix ans, la performance sur risque n’a pas été exceptionnelle sur le moyen – long terme.

Par ailleurs, c’est un indice assez concentré, donc par nature plus risqué qu’un indice large. Il est concentré sur un secteur et sur quelques entreprises. Par exemple, les dix premières positions représentent un peu plus de 50% de l’encours total. Pour le S&P 500, les dix premières lignes représentent « seulement » 20%.

Aussi, il faut savoir que 95% de la capitalisation boursière de l’indice NASDAQ 100 est comprise dans le S&P 500. Si vous avez un ETF S&P 500, vous avez donc du NASDAQ. En fait 30%, du S&P 500 c’est du NASDAQ !

Et un ETF S&P 500 est souvent bien mien cher qu’un ETF Nasdaq. Par exemple, l’iShares Core S&P 500 a des frais de gestion de seulement 0,07% par an.

Moralité, il me semble possible d’avoir un ETF NASDAQ au sein d’un portefeuille plus diversifié, si l’on croit  très fermement aux technologies. Et quand je dis croire aux technologies, je ne dis pas d’un point de vue économique ou sociétal, mais d’un point de vue boursier ; ce qui est très différent !

Cependant, cela ne me semble pas être saint d’avoir des positions très significatives sur de tels ETF.

Sur ce, je vous souhaite le meilleur pour votre épargne … et surtout pour tout le reste !