Les Français s’intéressent en général à l’indice boursier qui suit les 40 plus grandes valeurs françaises, le célèbre CAC 40. Cependant, dès que l’on s’intéresse un peu à la bourse, on entend parler du S&P 500. Un indice qui suit les grandes valeurs américaines.

Je partage avec vous 7 choses à connaître absolument sur cet indice.

1 – Le S&P 500 ne s’écrit pas SP500

On a souvent tendance à écrire cet indice SP500 plutôt que S&P 500. Pourtant cet indice est édité par Standard & Poors sous la marque S&P Dow Jones Indices. Il faut donc bien écrire S&P et pas un simple “SP”. Lorsque vous allez sur le site de l’émetteur vous verrez qu’il l’appelle « S&P 500 Index »

S&P Dow Jones Indices, que l’on peut abréger en S&P DJI, est l’un des plus grands émetteurs d’indices avec MSCI et FTSE Russell.

Comme son nom l’indique, S&P DJI calcule aussi le très célèbre indice Dow Jones. D’ailleurs, il ne s’appelle pas vraiment le Dow Jones, mais le Dow Jones Industrial Averages.

J’en profite pour remercier Philippe Maupas qui a eu la gentillesse de relire mon livre Créer et Piloter un portefeuille d’ETF, et de détecter cette faute. Il a en plus écrit une superbe préface. Vous pouvez retrouver une interview très intéressante de Philippe sur mon blog ici.

2 – Le S&P 500 représente 50% de la capitalisation boursière mondiale, mais 1% des entreprises cotées dans le monde

Le S&P 500 pèse 25 000 milliards de dollars

La capitalisation boursière du S&P 500 est mi 2019 de 25 000 milliards de dollars. Cela correspond à 75% de la capitalisation boursière américaine et pratiquement 50% de la capitalisation boursière mondiale. A titre de comparaison, les pays émergents représentent 10% de la capitalisation boursière mondiale, et le CAC 40 uniquement 2%.

S&p 500 capitalisation boursière

Comme son nom l’indique, le S&P 500 suit l’évolution de 500 actions. En l’occurrence, les 500 actions les plus importantes, cotées aux États-Unis.

Il y a 40 000 entreprises cotées dans le monde

Cependant, il y a de très nombreuses entreprises cotées en bourse :

  • Plus de 4 000 aux États-Unis
  • Plus de 40 000 dans le monde entier

Il en résulte que le S&P 500 est très représentatif en termes de capitalisation boursière, mais pas en nombre de sociétés.

Lorsque l’on construira un portefeuille financier équilibré et diversifié, il sera donc raisonnable d’avoir une vue sur ce qui semble représentatif du marché.

3 – Il a eu une performance de 9,5% par an depuis 1927

Le S&P 500 a été publié pour la première fois le 4 mars 1957, mais on a calculé l’indice avec un démarrage tout début 1928.

La performance depuis 1928

Depuis 1928, la performance a été de 9,5% par an et 6,4% si l’on retranche l’inflation, c’est à dire réellement en pouvoir d’achat.

En comparaison les obligations américaines, c’est à dire les prêts à l’État américain ont eu une performance de 1,8% net d’inflation.

Cela veut dire que si vous aviez investi sur le S&P 500 sur 20 ans, vous auriez multiplié la valeur réelle de votre investissement par 3,5. Et seulement par 1,4 avec les obligations.

La performance depuis 1900 comparée aux autres pays

La performance des actions américaines a été de 6,4% par an entre 1900 et 2018. C’est bien plus que la performance des obligations américaines (1,9% par an) et encore plus que les livrets de court terme (moins de 1% par an).

Mais c’est aussi bien plus que de nombreux autres pays. La France et l’Italie sont autour de 3% et le monde en moyenne à 5%. Seule l’Australie dépasse de peu les États-Unis.

La performance des obligations des pays ayant eu une mauvaise performance sur les obligations est aussi en général peu élevée. Par exemple, la performance des obligations en France a été de l’ordre de 0%, et les livrets négatifs de pratiquement 3% par an. Vous voyez même en France il aurait été plus intéressant d’investir en actions plutôt que de ne rien faire !

La performance depuis 1988

Vous allez me dire que la performance depuis 1900 n’est que peu significative. Regardons donc depuis 1988 ! Pourquoi depuis 1988 ? Car il est facile de télécharger les cours dividendes compris. Or, les dividendes sont une composante essentielle de la performance des actions.

Il est possible de télécharger les cours du S&P 500 depuis 1950, cependant ils ne contiennent pas les dividendes. C’est nettement moins utile, car on a que la moitié de la performance !

Depuis 1988, c’est à dire un peu plus de 30 ans, la performance du S&P 500 en dollars a été de 10,5% par an et 10,7% en euros. Comme l’inflation a été de l’ordre de 1,5% par an en France depuis 1900, on peut dire que la valeur réelle d’un investissement en actions américaines a été supérieure à 9% par an ! Qui a dit que la bourse ne pouvait pas être rémunératrice ?

En comparaison, la performance d’un investissement dans le CAC 40 a été de 7% net d’inflation. Mais c’est déjà excellent. Cela étant, comme je l’explique dans cet article sur les ETF CAC 40, je ne pense pas que ce soit la meilleure idée d’investissement qui soit !

4 – Un investissement sur le S&P 500 juste avant la crise de 1929 n’aura pas été si catastrophique que cela

Naturellement, lorsque l’on parle de performance il faut aussi parler de risque. Il existe de très nombreux indicateurs de risques, tels que la volatilité et la perte maximale.

L’histoire de la crise de 1929

Mais j’aimerais prendre un cas extrême, qui est resté dans toutes les mémoires … bien que nous ne l’avions pas vécu personnellement : la crise de 1929 !

La bourse a perdu ⅔ de sa valeur entre 1928 et 1932 ! Pas facile à vivre …

Cela étant, comme l’inflation a été négative sur cette période, en réalité le pouvoir d’achat d’un investissement dans le S&P 500 en 1928 n’a baissé “que de” 54% !

Par ailleurs, il faut savoir que la bourse a redépassé son niveau, en pouvoir d’achat, de 1928 dès 1936. Puis elle a fait des hauts et des bas, et est repassée définitivement au-dessus du niveau de 1928 en 1945. Cela fait 15 bonnes années de souffrance …

Cela étant, celui qui aura investi en une fois en bourse en 1928, aura à la fois :

  • joué de malchance, car ce type d’événement n’arrive pas si souvent que cela
  • n’aura pas appliqué les bonnes pratiques, car il est souvent prudent d’investir progressivement

Je parle plus spécifiquement de l’investissement programmé dans cet article : La Puissance de l’investissement programmé lorsque la bourse baisse !

D’ailleurs, celui qui aurait investi 10 000 $ tous les ans pendant 10 ans à partir de 1928 se serait retrouvé avec 111 000 $ (les mêmes dollars, puisque l’on prend en compte l’inflation), soit plus que sa mise de 100 000 $. Pas si mal pour passer la plus grande crise boursière de l’histoire non ?

Les plus fortes baisses annuelles depuis 1928 ?

Et quelles ont été les plus fortes baisses annuelles ? Depuis 1928, il n’y a eu que 6 années ou la bourse américaine, représentée par le S&P 500, a baissé de plus de 20% en dollars réels :

  • 1930 : -23%
  • 1931 : -38%
  • 1974 : -33%
  • 2002 : -23%
  • 2008 : -39%

Je suis pratiquement certain que vous vous attendiez à des baisses sévères plus fréquentes. Non ?

5 – L’indice de Standard & Poors de l’an 2000 ne ressemblait pas vraiment à celui d’aujourd’hui

Le taux de rotation de l’indice S&P 500 est de 2% par an

On n’a l’habitude de dire que l’investissement passif et l’investissement indiciel, cela correspond à ne rien faire. C’est vrai … car les indices travaillent pour vous. Un indice est en réalité très légèrement actif.

Un indice va rentrer et sortir des valeurs sur une base régulièrement. Ce niveau de changement est mesuré par le taux de rotation. Le taux de rotation sur un indice tel que le S&P 500 est de l’ordre de 2%. À titre de comparaison, le taux de rotation est de l’ordre de 10% pour un indice Small Caps France (pour en savoir plus sur les Small Caps, jetez un œil à cet article).

2% cela ne paraît pas beaucoup, mais sur le long terme cela joue. Prenons un exemple.

Que sont devenues les plus grosses capitalisations de 2000 ?

La composition du S&P 500 en 2000 (les 10 plus grosses capitalisations)

En 2000, les capitalisations les plus importantes du S&P 500 étaient dans l’ordre :

  1. General Electric (-66%)
  2. Exxon Mobil (228%)
  3. Pfizer (118%)
  4. Citigroup (-75%)
  5. Cisco Systems (35%)
  6. Wal-Mart Stores (105%)
  7. Microsoft (220%)
  8. AIG (-95%)
  9. Merck (113%)
  10. Intel (116%)

Le chiffre entre parenthèses représente la performance (dividendes compris) de l’action depuis fin 1999.

La composition du S&P 500 en 2019 (les 10 plus grosses capitalisations)

Il en résulte, que mi 2019, les premières capitalisations du S&P 500 n’ont pas grand-chose à voir :

  1. Microsoft
  2. Apple
  3. Amazon
  4. Facebook
  5. Berkshire Hathaway
  6. Johnson & Johnson
  7. Alphabet (Google)
  8. Alphabet (deux types d’actions de Google sont cotés)
  9. Exxon Mobil
  10. JP Morgan Chase & Co

Les plus grosses capitalisations de l’an 2000 ont eu une performance nettement moins bonne que celle de l’indice

Entre fin 1999 et mi 2019, un portefeuille équipondéré (et non rééquilibré) des 10 premières lignes du S&P 500 aurait eu une performance de 4,3% par an. En revanche, un investissement dans le S&P 500 aurait eu une performance de 6,1% par an (avec des indicateurs de risques bien plus favorables).

Performance du S&P 500

Comme on le voit, investir dans un indice, c’est bien plus que d’investir dans un portefeuille de valeurs en direct et attendre !

6 – Pour les informations officielles, regardez la factsheet

Si vous voulez mieux connaître un indice, il faut absolument lire ce que l’on appelle la factsheet. Dans l’article “comprendre les indices boursiers”, je décris comment lire la factsheet des indices MSCI.

Pour cela il faut se rendre sur la page du S&P 500 sur le site web de S&P DJI .

On apprend notamment dans la factsheet que pratiquement 10 trilliards de dollars sont indexés ou benchmarqués sur le S&P 500 !

Voilà ce que dit S&P sur son indice :

Created in 1957, the S&P 500 was the first U.S. market-cap-weighted stock market index. Today, it’s the basis of many listed and over-the-counter investment instruments. This world-renowned index includes 500 of the top companies in leading industries of the U.S. economy.
The S&P 500 is part of a series of S&P Dow Jones U.S. equity indices that can be used as mutually exclusive building blocks; the index does not overlap holdings with the S&P MidCap 400® or S&P SmallCap 600®. Together, they constitute the S&P Composite 1500®.

On apprend donc aussi que Standard & Poors émet d’autres indices suivant la bourses américaines, dont le S&P MidCap pour les valeurs moyennes et le S&P SmalCap 600 pour les petites valeurs. L’indice qui suit toutes ces actions s’appelle le S&P Composite 1500.

7 – Pratiquement aucun fonds actif n’arrive à battre la gestion passive suivant cet indice

Moins de 5% des fonds classiques surperforment les ETF sur les grandes capitalisations américaines

J’écris régulièrement sur ce blog et dans mes livres qu’il est extrêmement difficile de battre les indices. C’est particulièrement vrai avec cet indice.

Selon une étude de Lyxor les fonds “grandes capitalisations américaines » ont eu une performance moyenne de 9,6% par an entre 2013 et 2018. Seuls 5% des fonds ont dépassé le S&P 500 qui lui a eu une performance de 11,7%.

En revanche les ETF ont eu une performance légèrement supérieure à celle du S&P 500 (Total Net Return). À titre d’exemple, l’ETF de Lyxor a eu une performance de 12,3% par an sur la période.

Il en résulte que largement moins de 5% des fonds actifs ont surperformé les ETF sur ce créneau.

Les ETF S&P 500, sur le PEA, sur le CTO et en assurance vie

Les ETF PEA (Plan d’Epargne en Actions)

Pour correctement investir sur le S&P vous avez accès aux ETF suivant sur le PEA :

  • Lyxor PEA S&P 500 UCITS ETF – Capi.
  • Amundi S&P 500 UCITS ETF – EUR (C)
  • BNP Paribas Easy S&P 500 UCITS ETF – EUR

Ces 2 ETF ont des frais de gestion de 0,15% par an.

Les ETF sur CTO (Compte Titre Ordinaire)

Sur le CTO le choix est extrêmement vaste, on peut citer deux ETF :

  • iShares Core S&P 500 UCITS
  • Vanguard S&P 500 UCITS ETF

Ces 3 trackers on des frais annuels de seulement 0,07% par an.

Les ETF en assurance vie

Sur les bonnes assurances vie, telles que Linxea Avenir ou Linxea Spirit, on trouve l’ETF suivant :

  • Amundi S&P 500 ETF pour Linxea Spirit
  • Lyxor S&P 500 UCITS ETF D-EUR pour Linxea Avenir

L’ETF de Lyxor a des frais de gestion de 0,15% par an. Sur les 8 dernières années, il est arrivé, selon Quantalys 5e sur 155 fonds investissant aux États-Unis. Étonnant non ?

Lyxor S&P 500 Performance

Conclusion

Le S&P 500 est un indice peut être moins connu que le CAC 40 et que le Dow Jones. Cependant, il est indispensable de bien le connaître. En effet à lui seul il représente la moitié du poids boursier mondial.

Comme souvent, les ETF sont des excellents véhicules d’investissements.

Je vous souhaite le meilleur pour votre épargne … et surtout pour tout le reste.