Blog gestion passive et ETF | Bonnes pratiques investissement

FAIRE UN ETF SMALL VALUE MOMENTUM MAISON AVEC STOCKOPEDIA


POINTS CLÉS

  • Il est possible de construire une sélection de valeur fondée sur les facteurs small value momentum. Ce sont les facteurs les plus robustes, mais il n’existe pas réellement d’ETF adapté à ce jour, et a fortiori sur le PEA-PME.
  • Le site web payant Stockopedia permet de mettre en place assez facilement cette stratégie.

Rappels des principes du small value momentum : surperformance et risque

Dans de précédents articles nous avons montré que les actions de petites tailles mal valorisées et les actions ayant le plus augmenté récemment avaient de grandes chances de mieux performer que le reste du marché. Cela s’explique d’une part parce qu’elles supportent plus de risque et d’autre part parce que ces stratégies exploitent des biais psychologiques des investisseurs tant individuels que professionnels.

Pour en savoir plus vous pouvez lire les articles suivants :

Par ailleurs, dans l’article sur le PEA-PME nous avons vu qu’il n’y avait pas d’ETF intéressant éligible à cette enveloppe fiscale. Et dans l’article Quels ETF Smart Beta pour l’épargnant 3.0, on peut voir que les ETF smart beta ont des limites et qu’il n’y a pas d’ETF small value éligible au PEA.

Enfin, dans l’article Optimiser son épargne en utilisant des facteurs small beta peu corrélés, on s’aperçoit qu’il est bon de mixer plusieurs facteurs smart beta, notamment afin de réduire le risque.

Dans ces conditions, n’est-il pas possible de se créer un ETF smart beta maison, soit un portefeuille diversifié s’appuyant sur le small value et le momentum ? Oui !

Cette stratégie rentre dans le cadre de l’investisseur 3.0, car, une fois qu’elle est bien comprise et mise en place elle prend très peu de temps et parce qu’elle s’appuie sur des recherches scientifiques robustes.

Les règles de construction du portefeuille Small Value Momentum

La première partie de la démarche consiste à définir les règles de construction de son portefeuille et il y a de nombreuses façons de la faire.

  • Choisir les règles définissant ce qu’est une action value. On a notamment le choix entre les indicateurs suivants : le prix de l’action sur la valeur comptable, le prix sur les ventes, le prix sur les cash flow, le taux de dividende (et bien d’autres). On peut choisir d’en mixer plusieurs.
  • Choisir les règles définissant ce qu’est une action de petite taille. On se référera à la capitalisation boursière. Il ne pas les prendre non plus trop petites afin de garder une certaine liquidité.
  • Choisir les règles définissant ce qu’est une action momentum. On a le choix entre autres entre la hausse de l’action sur 6 mois par rapport au marché, sur 12 mois, sur 12 mois moins le dernier mois, le fait d’être proche de sur plus haut à 52 semaines.
  • Choisir le nombre d’actions que l’on veut en portefeuille et la fréquence de mise à jour de son portefeuille. Cela doit être un équilibre avec les frais de transaction (et le spread) induite par la rotation des actifs.
  • Choisir si on veut des actions momentum et des actions small value ou si on veut des actions small value momentum.

Cela peut paraître compliqué, mais une fois que l’on a compris c’est assez simple. Je vais vous donner un exemple, qui n’est pas le plus optimal, mais qui permet de comprendre relativement facilement :

Sélectionner les entreprises qui font entre 100 millions et 1 milliard d’Euros de capitalisation boursière. Parmi ces actions choisir les 20% qui ont le PER (revenu sur prix) le plus bas. Parmi ces actions, choisir les 20 actions qui ont le plus augmenté sur un an. Acheter ce portefeuille une fois par an et vendre l’ancien.

Mette en place la stratégie avec Stockopedia

Acheter 20 actions une fois par an ne prend pas beaucoup de temps, mais comment trouver les actions selon les règles que l’on a définies?

On peut par exemple faire une macro sous Excel pour aller chercher cette information sur les sites d’informations financiers tels que Boursorama, Yahoo Finance ou le Financial times. Cela étant, il faut des compétences en programmation, du temps et s’attendre à devoir faire de la maintenance, car l’organisation des différentes pages que l’on télécharge peut évoluer avec le temps.

Stockopedia : un excellent screener actions

On peut aussi choisir un site internet fait spécialement pour cela. C’est ce que l’on appelle un screener. Et Stockopedia est justement un excellent screener, spécialement conçu pour faire ce genre de choses.

Il a de nombreuses fonctionnalités, fiable, beau et facile à comprendre.

L’idée est ici de donner un avant-goût de ces fonctionnalités.

On a d’abord une fiche qui rassemble de nombreuses données sur chacune des entreprises du marché.

stockopedia_fichevaleur

Les scores de Stockopedia

Mais dans notre cas où nous faisons une sélection automatique, ce n’est pas le principal. Stockopedia calcule automatiquement certains scores :

  • Un score value
  • Un score momentum
  • Un score quality
  • Des scores synthétisant les 3 précédents scores
  • De nombreux autres (risques de faillite, formule magique de Greenblatt, score de Priotroski etc.)

Voici par exemple le score d’Air Liquide sur les principaux score :

airliquide_stockopedia

On y voit que c’est une action assez peu value (donc plutôt chère), d’assez bonne qualité et avec un momentum légèrement au-dessus du marché (européen en l’occurrence).

Si on est un épargnant avancé, on ne sera pas nécessairement d’accord sur la façon de calculer ces scores, mais honnêtement en première approche ça simplifie beaucoup les choses.

À partir de ces informations (entre autres) vous pouvez créer votre propre liste de façon très simple grâce à des filtres. Il y a déjà des filtres prédéfinis fondés sur des écrits d’auteurs bien connus.

On a, par exemple, le screener Tiny Titan de James O’Shaughnessy (voir le livre What Works on Wall Street) ou la formule magique de Joe Greenblatt (voir le Petit livre qui bat le marché).

Cela vous permet d’aboutir à une liste très rapide de valeurs qui ont des chances de très bien performer.

Il permet aussi de suivre dans le temps votre portefeuille et voir s’il est toujours en ligne avec votre stratégie. Vous pouvez ainsi vous appuyer sur ce style de graphiques :

stockopedia_graphvaluemomentum

Conclusion pour l’Épargnant 3.0 sur l’utilisation de Stockopedia

Cette stratégie n’est pas sans risque, notamment parce qu’elle est très concentrée. Ici vous aurez probablement entre 10 et 30 valeurs, alors qu’un ETF Monde a plus de 1500 valeurs. La concentration permet d’être plus exposé aux facteurs, même qu’un ETF Smart Beta, mais le risque est aussi plus grand.

Par ailleurs, elle peut sous-performer pendant longtemps, même si on réduit ce problème en mixant plusieurs facteurs, censés être relativement décorrélés.

Enfin, elle coûte cher, car refaire votre portefeuille vous fait encourir des coûts de trading. Il s’agit d’une part des frais de votre courtier et d’autre part du spread. Ce dernier point est important. Le spread est l’écart entre le prix d’achat et le prix de vente dans le carnet d’ordre. Et cet écart peut devenir important sur les petites valeurs, parfois peu liquides.

Le prix de Stockopedia

Il y a aussi le prix de Stockopedia, légèrement supérieur à 500€ par an. La taille du portefeuille doit tout de même être relativement significative pour se permettre cet investissement. Mais rappelons qu’un fonds actions coûte 2% par an en France. Pour un investissement de 25000€ ce fonds vous facturera 500€ aussi (s’il n’a pas de frais d’entrée). Certes dans cette stratégie vous avez aussi les frais de transaction, mais cela permet d’avoir un ordre d’idée.

Cette stratégie est donc à réserver aux Épargnants qui savent où mettre les pieds, à la fois sur le plan technique et sur la maîtrise de sa psychologie. Mais à mon sens les gains peuvent être très significatifs. A titre personnel, je l’utilise sur mon PEA-PME, car il n’y a pas d’autre choix. Par ailleurs, je compte la déployer à plus grande échelle sur mon PEA.

Il faut aussi dire que ce style de stratégies, automatiques, a été recommandé par de très grands investisseurs, souvent plus connus pour être des investisseurs actifs. On pense notamment à Benjamin Graham, l’inventeur du value investing fondamental et auteur du classique « L’investisseur intelligent ».

Cela étant, encore une fois, et comme toujours, investir dans un ETF Monde de façon régulière est une façon assez optimale d’investir.

Pour aller plus loin vous pouvez lire les 2 autres articles que j’ai écrit sur le Value Momentum et Stockopedia :

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

27 Comments

  1. Frédéric dit :

    Bonjour Edouard,
    Merci pour votre réponse. Une petite rectification : contrairement à ce que j’ai écrit concernant les ETF Momentum Europe, MCEU d’Amundi et CEMR d’iShares ne sont pas éligibles au PEA (en revanche, EMOM de BNPP l’est).
    Il y avait un autre petit argument pour appliquer le facteur Momentum à des capitalisations plus grandes que celles du PEA-PME : le coût des transactions inférieur (liquidité supérieure des Mid/Large Caps limitant le spread achat/vente), sachant que lesdites transaction sont assez fréquentes avec le facteur Momentum de mémoire, vous citez un ordre de grandeur de 100% du portefeuille par an dans votre livre).
    Merci encore pour les travaux que vous partagez.

  2. Frédéric dit :

    Bonjour Edouard,
    Après quelques lectures, je suis convaincu de l’intérêt du Smart Beta et de l’utilisation des facteurs Small/Value et Momentum (et éventuellement Quality, mais je n’en parlerai pas ici). J’ai bien compris qu’il valait mieux jour Small et Value ensemble. En revanche, puisque les facteurs Value et Momentum sont corrélés négativement, jouer simultanément Small/Value et Momentum n’est certes pas un handicap a priori mais ne me paraît pas non plus une nécessité. J’en déduis par conséquent ceci :
    – Il est parfaitement légitime d’appliquer les facteurs Small/Value et Momentum aux Small Caps dans le PEA/PME ; on « rentabilise » ainsi le travail fourni – et le coût de Stockopedia – en combinant un plus grand nombre de facteurs sur un nombre limité de valeurs ; c’est la stratégie que vous décrivez ;
    – Mais on peut aussi appliquer séparément : 1/ d’une part le facteur Small/Value en direct dans le PEA/PME, 2/ d’autre part le facteur Momentum aux plus grandes capitalisations dans le PEA ; soit également en direct, soit avec un ETF tel que MCEU d’Amundi, CEMR d’iShares ou EMOM de BNPP (ce dernier, certes noté 5* par Trackinsight, a un encours de 4 M€ seulement). Ce faisant, il me semble qu’on peut augmenter le vivier de valeurs répondant aux critères (puisque, encore une fois, il me semble pas que le facteur Momentum ait besoin d’être restreint aux petites valeurs pour être efficace).
    En supposant que mon PEA est déjà rempli avec 75 k€ d’un ETF Europe classique : avec la première stratégie (et), je peux gérer 150 k€ de titres Small/Value/Momentum sur le PEA-PME ; avec la seconde stratégie, l’équivalent serait de gérer par exemple 75 k€ en Small/Value sur le PEA-PME et 75 k€ sur le PEA en Momentum.
    Cette réflexion vous paraît-elle légitime, autrement dit, la seconde stratégie ci-dessus vous paraît-elle aussi efficace que la première ?
    Je suis conscient que ma question est un peu longue ! Félicitations pour vos travaux, je n’ai pas trouvé mieux sur la gestion passive et le Smart Beta (en anglais, il y a un « youtubeur » canadien que je trouve excellent aussi et il me semble que vous êtes d’accord à 90%).

    1. Bonjour Frédéric,
      si c’est une excellente question. Il y a plein de façons de faire du smart beta, dont celle que vous citez. Il y a des papiers sur le sujet.
      Il y a des avantages et inconvénients dans les deux cas (méthode intégrée ou non).
      Je pense que le small momentum est tout de même plus puissant que le small large.
      Aussi, en ne mettant pas les deux poches dans la même enveloppe vous n’allez probablement pas faire de rebalancing, et c’est une source non négligeable d’amélioration de sa performance.
      Cela étant, encore une fois, ça se regarde !

  3. Rodolphe Didion dit :

    Bonjour Edouard,

    J’ai essayé Stockopedia pendanrt 2 semaines et j’ avoue avoir été assez séduit.
    2 petites questions Avez vous déjà essayé le screener de Quant-Investing ( Tim du Toit) et si oui qu’en pensez vous ?

    Investissez vous aussi sur le marché italien bourse de Milan ?

    Lors de mes simulations, je sélectionnais Euronext Europe ( Bruxelles, Paris, Amsterdam, Lisbonne) ainsi que Francfort Xetra . Les frais sont identiques sur Binck en ce qui concerne la bourse de Milan mais est ce que cela apporte un plus ou pas?

    Merci beaucoup.
    Bien à vous.

    Rodolphe

  4. Edouard
    J’ai utilisé il y a 4 ans le screener de Tim du Toi (basé en Allemagne) le coût mensuel est autour de 40 € (avec une réduction de 21% sur un abonnement mensuel). on peut résilier quand on veut (donc s’abonner un mois par an est possible). Je l’utilisais sur une PEA avec une stratégie small, value et momentum. Mes résulats ont cependant été absorbé par le cout du spread (j’avais une trentaine de valeurs en portefeuille et je rebalancais trop souvent :tous les mois)

    https://www.quant-investing.com/screener

  5. Bonjour Edouard
    Avez vous essayé le screener gratuit de google finance? Il permet de faire un tri par pays, capitalisation, value et momentum. Je l’ai utilisé pour faire du small value momentum pendant quelques mois et trouvais qu’il était aussi satisfaisant que d’autres sites payants. J’ai notamment utilisé un site basé en europe qui faisait du screening europe pour un coût moitié moins que sotckopedia. je ne sais pas si vous le connaissez mais je pourrais vous donner son nom si vous voulez.
    Raphael

    1. Bonjour Raphaël,
      – J’ai utilisé le screener de Google, et c’est bien sûr possible de s’en sortir avec ; en tout cas c’est un début. Il y a aussi celui du financial times qui est pas mal. Mais à titre personnel, j’aime bien avec des scores qui mixent value et momentum, ce qui n’est pas vraiment possible avec Google ou le FT. (J’ai aussi programmé à la main mon screener, mais ca me demandait trop de maintenance)
      – J’ai aussi utilisé https://www.valuesignals.com/ ; qui est pas mal, mais que je trouve moins abouti que Stockopedia. Mais c’est vrai que Stockopedia est deux fois plus cher. Il faudrait peut-être que je réessaye Value Signal. J’ai des lecteurs qui adorent https://www.unclestock.com/, mais, moi je n’ai pas accroché.
      – Je parle du Screener de Stockopedia, tout simplement parce que c’est celui que j’utilise et je parle des choses que je connais vraiment. Mais je suis ravi que l’on parle d’autres Screeners. Vous avez comparé ? N’hésitez pas à faire un retour.

      Bien à vous

  6. ça y est!

    Mon petit ETF perso fête ses 1 an au 1er Août 2017.
    La perf: +38,6% en étant investi à 100%, sauf Juillet, ou j’ai arbitrer 50% environ du portefeuille, et où j’ai environ 18% de cash. Je réinvestirai le solde en Septembre.

    Les évolutions à venir:
    – Rebalancing par tranches de 5 valeurs tous les 3 mois. L’avantage pour moi est surtout psychologique (4 fois dans l’année, c’est mieux qu’une fois; quel ennui d’attendre-)), et je veux m’affranchir d’un évènement macro au moment ou je dois le faire
    – J’introduis un momentum sectoriel: toujours une seule valeur parmi les 54 industries répertoriées dans les 10 secteurs, mais on peut en avoir 3 dans le même secteur (Consommation cyclique, Utilities…). Il y en aura donc potentiellement 3 d’éliminés.
    – Je suis en train d’assimiler la notion de RiskRating introduite sur les fiches valeurs, je pense que je vais équilibrer mon ptf aussi en respectant une règle 50/50 entre valeurs conservatives et spéculatives (Je suis de toute façon à 60 (spéculatives)/40 (conservatives) naturellement, uniquement en regardant ce facteur à postériori).
    – J’ouvre mon horizon de valeurs aux autres pays de la zone Euro (aujourd’hui concentré sur France, Hollande, et Belgique). Malgré le courtage plus élevé, cela me rassure, et me permet une meilleure diversification, surtout que je suis très exposé à la France ajd (J’ai une ligne conséquente de Indépendance et Expansion sur mon AV).
    Juste pour info à la date d’aujourd’hui, en cours de séance:
    TOP: Stradim (+109,8%). Mon premier bagger. Le spread devient important maintenant que la valeur a montée, sans en comprendre la raison (Je ne sais pas récupérer les infos d’achats d’insider, s’il y en a eu par exemple)
    FLOP: Air France KLM (-5,24%). Nouvelle valeur en portefeuille. Je ne l’aurais jamais acheté sans respecter mon process rigoureusement: Image sulfureuse (de mon point de vue, surtout au niveau relations sociales), cours qui a déjà fait un 100% en 6 mois, une des valeurs les plus shortées de la cote… Bref, acheter sur des bases quantitatives (et uniquement), ce n’est pas si facile. D’ailleurs, l’AK promise à China Airlines et Delta ne me rassure pas spécialement.

    Nous verrons bien.
    Bonnes vacances pour ceux qui en prennent.

  7. Bonjour à tous,

    Histoire de partager la méthode et le ranking Stockopedia, après 15,2% en 2016 (Sur 5 mois), je suis sur une performance de +10,3% à fin Mars, et + 11,8% à fin Avril. Le festival semble vouloir continuer…
    Bon, il ne faut pas être dupe non plus, j’ai comme l’impression que tout monte en ce moment, et particulièrement sur les smalls.
    J’ai eu un Mois d’Avril très mauvais, jusqu’au 1er tour de la présidentielle, et toutes les pertes se sont effacées en 3 jours de bourse: c’est peut-être le retour de la volatilité.
    D’un point de vue valorisation, mon portefeuille avait un P/E de 11 en Août-16, il est de 14 aujourd’hui. Il y a clairement eu un rattrapage sur les small ces derniers mois.
    Sur la stratégie: pas de changement, respect des 2 valeurs dans chacun des 10 secteurs MSCIs, mais je vais commencer à élargir:
    – Score QVM >= 90, donc je vais devoir sortir des 3 places Euronext où j’investi aujourd’hui, pour aller chercher des titres sur d’autres marchés européens
    – Rotation par 1/4 du portefeuille tous les 3 mois (Chaque titre est gardé un an)
    – Et je vais aussi introduire un peu de momentum sectoriel en ajoutant de 1 à 4 titres sur les 20 de base.
    – Mouvements depuis le début de l’année: aucun. J’étais tenté de largué TechnipFMC, qui se traine depuis le merge avec FMC (J’ai toujours l’impression que les décisions concernant ce genre d’opérations se fait dans des salons feutrés, avec des Powerpoint super vendeurs…). En tout cas, pour l’instant, ça ne fait pas rêver le marché. On verra.

    Sinon, en se détachant des cours quotidiens, se constituer un « ETF » maison, c’est aussi l’opportunité de rentrer au capital de vraies boîtes, et c’est toujours un plaisir pour moi de pouvoir lire les rapports financier lorsque le management est confiant sur l’avenir, et que les chiffres sont là pour le montrer.

    Bons investissements,

    1. Edouard Petit dit :

      Merci, c’est très intéressant !
      Je ne suis pas directement les scores Stockopedia, mais j’ai vécu les mêmes phénomènes que vous.
      Je fais du 13,8% sur mon PEA avec des entreprises Européennes et 18% avec mon PEA-PME. Je ne fais pratiquement que du small, et j’arbitre plus souvent que vous.
      Mais votre performance est aussi excellente !
      Il faut noter que ce ne sont pas des performances théoriques mais net de frais. Ce qui est tout de même impressionnant.
      Je pense aussi que le momentum est sectoriel, donc en ajouter un peu peut faire du bien.

  8. Bonjour,

    Je me suis un peu mal exprimé, 500€/mois est uniquement une partie de mon épargne mensuelle, elle représentera certes une grosse partie de mon allocation action mais une très faible partie de mon épargne mensuelle.

    Pour vos réponses, je me suis encore mal exprimé, comme vous le dites, il y a plein d’indicateurs, comment peut-on savoir si nous choisissons de bons indicateurs sans backtester? Il n’y a en effet pas de livres sur le small-value-momentum. Et lors de mes recherches, je tombe sur du small-value ou encore sur votre blog (très bon référencement ;)). Comment avez-vous choisi vos indicateurs lorsque vous faisiez tourner votre propre screener?
    – Merci, je ne savais pas qu’on appelait ça scrapper. Je vais voir si c’est dans mes cordes… Pensez-vous que c’est faisable par une personne ayant des connaissances débutantes dans excel et VBA? Ce sera du boulot mais il n’y a pas vraiment de choix si on veut réduire les frais…

    encore une fois merci, j’ai offert votre livre à plusieurs connaissances, je ne sais pas si ça va les détourner du livret A+PEL+LDD mais c’est un cadeau parfait!

    1. Edouard Petit dit :

      J’ai sélectionné mes propres indicateurs en lisant beaucoup de livres (dont What Works on Wall Street) et d’études sur le sujet (Fama&French, AQR, Researh Affiliates etc.). Mais tout le monde a un avis différent sur le sujet. Ca mérite de nombreux articles, ou plutôt de nombreux livres. Il faudrait que j’écrire déjà un article sur les différentes sources.

      C’est possible de faire son screener maison si vous avez des bases en Vba. L’intérêt d’XL est la fonction « enregistrer macro » qui facilite la vie. Mais avoir une feuille dans le cloud (google sheets) facilite pas mal la vie par certains côtés. Et j’ai trouvé cela plus rapide (ma macro XL était vraiment lente – plusieurs heures).

  9. Bonjour Edouard,

    Je me suis mis à me former sur la bourse et plus particulièrement sur la stratégie lazy depuis plusieurs mois sans me lancer. Votre livre m’a été d’une grande aide et m’a évité de céder aux sirènes de la défiscalisations.

    Je souhaiterais me lancer dans une stratégie small-value-momentum. Ma capacité d’épargne pour mon allocation action est de 500€/mois, sans versement initial.
    J’ai compris les grands principes de la stratégie mais là où ça bloque, c’est:
    – quels facteurs choisir? avez-vous des livres à me conseiller? et un site pour backtester?
    – vu l’épargne disponible et mensuelle, il faut que je passe par un screener maison pour que la performance ne soit pas rognée par des frais externes, mais je ne sais absolument pas récupérer ces données? Pouvez-vous me dire quelles sources utilisiez-vous et avez-vous des liens qui pourraient me donner les bases pour récupérer les données?

    Merci,

    1. Edouard Petit dit :

      Bonjour,

      Je pense que pour la plupart des gens qui débutent une stratégie indicielle ETF est plus appropriée car moins risquée. En tout cas ne partez pas sur une stratégie small value momentum à 100%. Ca pourrait vraiment vous dégoûter lors d’un retournement de tendance. D’ailleurs, à titre personnel, malgré ma performance small-value-momentum vraiment élevée je ne suis pas investi à 100%, et loin de là.

      Sur vos questions :
      – Les facteurs c’est small/value/momentum ; après c’est comment on détermine les facteurs. Et là il y a plein de débats. Stockopedia aggrege de nombreux indicateurs différents.
      – Je ne vous conseille pas de backtester vous même mais de vous appuyer sur les études de gens dont c’est le métier. Je ne backteste que pour le plaisir ; mes avis ne se fondent que sur des études de gens réputés.
      – Pour les livres il y en a pas mal ; mais aucun ne répondra clairement à la question sur small value momentum sur un PEA. Il ne me reste plus qu’à l’écrire ;-)
      Mais vous pouvez commencer par What Works On Wall Street: The Classic Guide to the Best-Performing Investment Strategies of All Time
      – Pour le faire avec un screener maison il faut scrapper les pages de sites tels que le financial times, boursorama, yahoo, bloomberg (quand je le faisais moi même je mélangeais plusieurs sources pour arriver à mes fins). Je l’ai fait dans XL et google sheets. C’est du boulot…

  10. Je suis tout de même un peu surpris de la performance de ce genre de stratégies sur l’Europe, si on la compare aux US. Si l’on prend l’historique de Stockopedia (qui est faible, ils communiquent sur leur performance depuis 2013 uniquement), je n’arrive pas à comprendre pourquoi cette stratégie Value, Quality, Momentum, ou quelque soit le mix de 2 critères (au moins) sur les 3 surperforme (par rapport aux indices) sur les actions européennes, et sousperforme aux US.
    Je veux bien que l’information financière soit beaucoup plus standardisée (les rapports 10-Q, 10-K, etc…), qu’il y ait une proportion d’investisseurs « éduqués » (Je préfère dire curieux) plus importante que chez nous (et encore, je ne vois pas vraiment pourquoi), mais cela viendrait (pour moi) en totale contradiction avec les biais humains de l’investissement value, pour lequel le retour sur investissement est supérieur (sur le long terme), par rapport au marché; parce que, justement, les investisseurs préfèrent, en moyenne, se positionner sur des actions glamour (et chères), plutôt que sur des titres plus ennuyeux.
    Ces biais humains devraient être partout les mêmes.
    Pour le momentum, pareil.
    C’est pour moi une grosse énigme, je ne vois nulle part d’explication convaincante à ce phénomène, et cela rend ces stratégies fragiles pour moi. Rien ne dit que la performance actuelle puisse durer…
    Si vous avez des liens sur des articles ou des études, je suis preneur, car c’est pour moi très intrigant.

    1. Edouard Petit dit :

      Un des critères de robustesse est bien que cela fonctionne dans les différentes zones géographiques (et dans différents types de cycle économique).
      Cela étant les stratégies factorielles peuvent sous-performer pendant longtemeps et même très longtemps. Ca tomber bien sinon tout le monde le ferait.
      Par exemple, le value europe sous-performe depuis 10-15 ans en Europe tout comme aux USA (vous pouvez facilement vous référencer aux indices MSCI pour voir cela).

      Ces sous performances peuvent arriver à des moments très différents en fonction des zones géographiques.
      Les factor premiums sont dus à des risques supérieurs et à des biais psychologiques. Ils sont à peu près équivalent dans le monde entier (quoique) , mais ne se matérialise pas toujours de la même façon.

      3-4 ans est une durée d’analyse très faible. Et une sous-performance doit de manière générale être vue comme une opportunité … en tout cas si l’on croit au phénomène de retour à la moyenne.
      Il vaut mieux investir sur une stratégie qui a peu fonctionné et donc dont le sous jacent est peu cher. C’est une des raisons qui fait que je ne suis pas fan du « low volat ».
      Celà étant il y a un débat sur le factor timing (Rob Arnott vs Cliff Assness).

      Il y a beaucoup d’arguments pour dire que la prime va continuer ; mais on est pas obligé d’y croire. Heureusement, d’ailleurs sinon la prime serait nettement moins forte.

      La prime sera à mon avis inférieure à la prime historique, mais existera. Il y a vraiment plein d’études sur le sujet.

      Je pense que la baisse de la prime sera plus forte aux USA car l’information financière est meilleure et plus répandue. Là, en revanche, je n’ai rien lu sur une potentielle différence entre les USA et l’Europe.

  11. Bonjour,

    Après 5 mois de mise en place d’une stratégie QVM à l’aide du screener Stockopedia, j’arrive à une performance 2016 (5 mois) de 15,2%. Pour des valeurs uniquement choisies sur des critères quantitatifs, ça me va -).
    Bon, je crois qu’il y a aussi le facteur chance pour la zone euro en 2016: ceux qui étaient investi sur la zone UK n’ont pas enregistré la même performance. Je continue donc en 2017, avec tout de même des interrogations, et des probables changements:
    – Momentum sur les secteurs: vous avez certainement raison, être équi-réparti, ce n’est peut-être pas le plus optimum, même si les posts sur le site de Stockopedia militent pour cette diversification; je vais donc probablement continuer
    – Je vais effectuer à l’avenir un rebalancing par 1/4 du portefeuille tous les 3 mois: afin d’éviter d’avoir à gérer des situations de type Brexit en plein arbitrage sur les valeurs, ce sera plus reposant
    – Exit plan: je ne m’étais même pas posé la question au début lors de la mise en place de ce portefeuille: et si une ligne tourne mal, est-ce que je garde tout de même jusqu’au prochain rebalancing? J’avoue avoir été influencé par l’étude sortie par Stocko sur l’analyse des Profit warnings (grosso modo, pas possible de connaître à priori, et recovery du titre très lente, donc on perd du temps). Moralité, si j’ai une valeur en moins value de 20%, je vend, et la remplace. (ça fait une baisse de 1% du portefeuille). Une déconvenue de ce type en 5 mois: hf company.
    – Univers de sélection: je suis trop cloisonné (France + Belgique + Hollande). Il faut que j’intègre un peu d’UK lors des prochains changements, même si le courtage est plus cher.

    1. Edouard Petit dit :

      Bonjour,

      15% en 5 mois c’est plutôt pas mal c’est sûr !

      – Je ne suis pas equi réparti car comme vous le soulignez il y a un momentum sectoriel. Mais j’essaye de ne pas être trop déséquilibré. Je le suis quand même cela étant car je n’ai pas de bancaires (vu que je fais du small). Je n’ai pas encore pris de décision sur ce sujet.
      – Tous les 3 mois me parait être un juste milieu
      – Voir aussi l’autre commentaire sur les stop loss. Il y a du pour et du contre. Pas facile de se décider.
      – Oui, j’ai du UK et ce n’est pas donné (surtout avec le stamp duty). Mais la diversification est vraiment importante je pense. Il faut aussi voir pour l’Allemagne (même si c’est l’Euro)

      Tenez nous au courant

  12. Bonjour,

    Point d’étape sur la performance de mon portefeuille (enfin, la fraction de mon PEA investie en stratégie Quality, Value, Momentum) pour la période à fin Q3-2016.
    Performance YTD-2016 (Début Août-16): +4,9%
    C’est beaucoup trop peu en durée pour en tirer de quelconques conclusions. Mais ça me suffit amplement, surtout si je fais 5% tous les 2 mois -)!. Le mois d’août a été très positif (En particulier avec de gros volumes sur Barco), et le mois de Septembre assez volatil: j’ai beau avoir un biais global assez small cap, j’ai des pétrolières, dont les mouvements sont très corrélés à la macro. Mon portefeuille est donc impacté par ces titres (Total + Technip) à la moindre annonce de l’Opep ou autres. ça me fait un peu marrer tout ça.
    Je me suis fait « violence » début août pour acheter des titres qui avaient, ou qui étaient en train de monter (Barco NV par exemple); ou bien qui ne correspondent pas normalement à mes critères d’investissement (Notamment Total, car cette société est généreuse avec ses actionnaires sur sa politique de dividendes (un yield actuel de 5.8%), mais qui a du mal à générer des FCF récurrents, donc méfi!)
    Mais, et c’est là ou j’ai décidé d’investir de cette façon, j’essaye de ne pas mettre d’affect dans mes choix, qui ne sont basés que sur des critères quantitatifs. Le process, rien que le process.
    Côté valeurs:
    Biggest winner -> Jensen NV (+ 25%). Bonnes perspectives groupe.
    Biggest looser -> Quantel SA (- 2.5 %). Redressement en cours. Le résultat 2016 devrait s’améliorer.

    Avec un P/E de 10 (vs. > 14 pour le marché européen)
    Et un PEG de 0,8 pour mon portif. (Valeur P/E divisé par l’EPS attendu pour l’ensemble des sociétés), je suis confiant pour les prochains mois.

    Il y a très certainement aussi un facteur chance dans la valorisation globale, ou la moins bonne perf. est très largement compensée par la meilleure.

  13. Marcopolo dit :

    Content de vous voir passer au value momentum (ce que j’entrevoyais il y a quelques mois).
    Marcopolo

    1. Edouard Petit dit :

      Oui, j’y vais progressivement…
      J’ai commencé par le PEA-PME (d’autant plus que j’y étais obligé vu la médiocrité du seul tracker disponible) ; mais je passe à la vitesse supérieure sur mon PEA, dès qu’il est transféré vers Bourse Direct.

      Mais même si c’est une excellente stratégie, elle n’est quand même pas adoptée à tout le monde.

  14. Bonjour,
    Je suis en train de me documenter sur ce type d’investissement, j’ai déja un PEA constitué de 3 trackers pour du buy&hold, mais tenter une stratégie value momentum m’intérésse également. Seulement comme bon nombre de vos lecteurs souscrire à Stockopédia sur un an reviendrait à des frais beaucoup trop élevés ! Je pense que dans ce genre de stratégie l’idéal est de revoir tout cela tous les deux mois, voir mensuellement. Du coup j’aimerais bien me faire un petit fichier Excel mais comment procédiez vous ? Qu’est ce que le FT ?
    Cordialement

    1. Edouard Petit dit :

      Bonjour,
      Je suis d’accord que c’est assez cher, même si les résultats peuvent être très intéressants.
      En revanche, je pense qu’un rebalancing annuel ou semi annuel est déjà une bonne stratégie ; en effet, ca limite les frais, surtout sur les small caps (où le spread est important)
      Le FT est le Financial T imes, ils ont un screener actions. L’idée c’est de télécharger page par page les données de leur site au travers d’Excel. Ca peut tenir en une centaine de ligne de programmation, mais c’est quand même un peu de boulot ; et il faut quand même avoir des bases de programmation. Ca met aussi quelques heures à tourner pour absorber les valeurs et faire les calculs.
      Passer par Stockopedia est quand même plus simple.

  15. Bonjour,
    Merci pour cet article, qui m’a fait découvrir plus en profondeur le site Stockopedia.
    Celà correspond à mon style d’investissement, car utiliser une méthodologie systématique et quantitative permet de réduire les biais émotionnels et humains. Dans ce cas précis, je ne me fait nullement confiance, et n’est pas W. Buffett qui veut (Il y a beaucoup de blogs qui vantent la concentration des investissements, mais je n’adhère pas)
    Après quelques mois d’auto-formation en finances pour reprendre le contrôle de mes investissements, j’utilise une méthode assez proche de ce que vous décrivez dans l’article.
    Je suis assez conquis par la triple approche value-Momentum-Quality avec le scoring maison de Stockopedia.
    Je l’ai donc mis à profits pour construire mon propre portefeuille (20 titres) equi-répartis en secteur d’activités (Sauf Les utilities, trop peu de valeurs éligibles en ce moment).
    On verra les premiers résultats dans un an.
    Par contre, il faut définitivement arrêter de regarder son portif tous les jours, très mauvais pour l’aspect psychologique.
    Le plus dur est de ne rien faire!
    Je n’ai aucune part dans cet outil, mais j’ai eu quelques échanges avec le support sur des données qui me paraissaient fausses sur des small françaises, et j’ai reçu à chaque fois des réponses précises qui justifiaient les valeurs.
    ça me parait un bon outil.
    Par contre, je n’ai jamais utilisé les screeners gratuit.

    1. Edouard Petit dit :

      Bonjour,
      Je pense que votre méthode, très proche de la mienne, est excellente. Pour ma part je ne suis pas équi réparti en termes de secteurs, car les secteurs ont du momentum. Mais cette équi répartition fait du sens. (Je fais quand même en sorte d’avoir une diversification sectorielle).
      Je vais continuer à écrire des articles sur le sujets, et n’hésitez pas à partager votre aventure dans le domaine ; car je pense que l’on est assez peu à faire cela. Effectivement, la plupart des gens préfèrent faire confiance à un humain, gérant ou soi-même, qu’à un ordinateur.

      Sinon, j’ai pris la mauvais habitude de regarder mon portefeuille tous les jours, mais ca ne me stresse pas du tout ; c’est juste que ca ne sert à rien. En revanche, mon portefeuille small-value-momentum sur mon PEA-PME est vraiment très peu volatile (malgré ses 20% de performance depuis le début de l’année), donc c’est très ennuyeux …

  16. Très bon article. Je suis convaincu par ce type d’approche, reste le côté psychologique à tenter de maitriser comme d’habitude… je sous performe actuellement alors que je vois des gens avec le même type surperformer grandement, dont vous il me semble.
    Personnellement je fais ma tambouille personnelle small value momentum en utilisant les données du FT, et en faisant le reste sur excel / google spreadsheet. Sauf que je me pose la question de la fraîcheur des données comparées à Stockopedia qui doit être bien plus à jour, sans parler de la facilité d’exécution et des multiples possibilités. Malheureusement la taille de mon portefeuille ne me permets pas d’investir 500e par an.
    Je vois que Stockopedia propose des abonnements mensuels au prix de 65e. S’il est possible d’arrêter / reprendre l’abonnement à notre convenance, sachant que ce type de portefeuille part normalement pour 1 an sans retouche, peut-on ne payer qu’un mois par an?
    Ça deviendra alors particulièrement intéressant pour ce type de stratégie… Qu’en pensez-vous ?

    1. Edouard Petit dit :

      Normalement, cela doit être possible de s’en sortir avec XL/GoogleSpreadsheet et le FT. J’ai fait cela pendant longtemps, avec réussite.
      Je pense que la qualité sur Stockopedia est meilleure/plus à jour que sur le FT ou autre source gratuite … mais peut-être est-ce surtout un problème avec les KPI que vous utilisez.

      Je crois qu’il est possible de vous abonner et désabonner facilement, mais je ne sais pas si on garde le paramétrage que l’on a fait à l’intérieur (screeners, etc.)
      Si on fait un update une ou deux fois par an cela devient déjà plus accessible. Surtout que c’est une fréquence de rebalancement de son portefeuille me parait bien (après on a des coûts de trading élevés).