Investir dans les 10 plus grandes capitalisations : quelle performance ?

J’explique régulièrement sur ce blog qu’il est beaucoup plus aisé d’investir en ETF actions plutôt que d’investir en direct dans des actions. Je partage dans cet article quelques éléments complémentaires. Il s’agit ici de comparer l’investissement dans un ETF indiciel S&P 500 avec l’investissement dans les 10 plus grosses capitalisations de l’indice S&P 500.

En mars 2022, les 10 plus grosses capitalisations du S&P 500 sont :

  1. Apple (7%)
  2. Microsoft (6%)
  3. Alphabet – Google (4,2%)
  4. Amazon (3,7%)
  5. Tesla (2,3%)
  6. Nvidia (1,8%)
  7. Berkshire Hattaway (1,7%)
  8. Meta Platforms – Facebook (1,3%)
  9. United Health (1,2%)
  10. Johnson & Johnson (1,2%)

Cela correspond à 30% de l’indice.

En 2000, le classement était nettement différent :

  1. General Electric
  2. Exxon Mobile
  3. Pfizer
  4. Citigroup
  5. Cisco Systems
  6. Wal Mart Stores
  7. Microsoft
  8. AIG
  9. Merck
  10. Intel

On peut voir que les stars d’hier ne sont pas nécessairement les stars d’aujourd’hui !

Si on avait investi dans ces actions à parts égales jusqu’en mars 2022, la performance annualisée (en dollars et dividendes compris) aurait été de 4,4% par an. L’investissement dans un ETF S&P 500 aurait ramené 7,1% par an. Par ailleurs, le risque d’un investissement en ETF a été moins élevé : la perte maximale de 50% contre 56%.

Un petit commentaire sur cette performance : il faudrait retrancher l’inflation pour connaître le vrai gain. On tomberait de 7,1% à 4,5% (avec l’inflation américaine). C’est loin d’être catastrophique, mais c’est une période où l’investissement en actions n’a pas été particulièrement favorable par rapport aux tendances de long terme.

Un investissement dans ces 10 valeurs pondéré en fonction de la capitalisation boursière aurait même fait moins bien, avec 4,1% par an !

Les performances totales (non annualisées et dividendes compris) ont été les suivantes :

  • General Electric : -58%
  • Exxon Mobile : +298%
  • Pfizer : +234%
  • Citigroup : -78%
  • Cisco Systems : +50%
  • Wal Mart Stores : +224%
  • Microsoft : +742%
  • AIG : -93%
  • Merck : +175%
  • Intel : +108%

L’ETF a eu une performance +382%. Seul Microsoft a fait mieux sur cette durée.

Et si on remonte à 1990 ? L’écart est encore plus grand, l’investissement en direct a eu une performance de l’ordre de 10% par an et l’ETF de l’ordre de 15% par an.

Et depuis 2010 ? Là c’est dans l’autre sens, un investissement dans les plus grandes valeurs a eu une performance de l’ordre de 18% par an, contre 14% pour un investissement dans un ETF. Les deux types d’investissements étaient au coude à coude jusqu’en 2019, puis il y a eu une forte différence avec l’envolée des actions de Microsoft, Apple, ou Google, qui étaient déjà dans le Top 10 en 2010.

Depuis 2010, nous avons vécu une période exceptionnelle pour les grandes valeurs de croissance. 

Au final, choisir les plus grandes valeurs en pensant couvrir l’indice n’est pas gagnant. Les plus belles entreprises d’aujourd’hui ne sont pas nécessairement les plus belles entreprises de demain. L’histoire l’a prouvé. En investissant dans un indice (grâce à un ETF) vous investissez constamment dans les meilleures entreprises, et les moins bonnes sont éliminées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

16 Commentaires

  1. Gwenn Rohart dit :

    Bonsoir !
    Merci pour votre article, où l’on voit très clairement, comme vous le dites, que les stars d’aujourd’hui ne sont pas forcément celles de demain. Entre 2000 et 2020, seul Microsoft est resté dans le TOP 10.
    Concernant d’autres sociétés comme Amazon, Google qui n’en étaient qu’à leurs débuts ou encore Tesla qui n’existait tout simplement pas en 20000, c’est fou de voir l’évolution aussi rapide des géants d’aujourd’hui.
    Dans ce sens, l’ETF s’adapte tout seul et on a moins de gestion à faire par rapport à si l’on investit par nous-mêmes et que nous devons vendre les géants d’hier pour acheter ceux d’aujourd’hui.

    En vous souhaitant une excellente soirée !

  2. Bonjour, je dois repartir en expat et me pose la question d’investir sur le broker IB une fois devenu non resident plutôt que Trade Republic/Bourse direct… Quels sont les avantages/inconvénients selon vous ?

  3. Bonjour, que pensez-vous de l’ETF all in one Vanguard LifeStrategy Equity UCITS ETF Accumulating qui a été crée récemment en 2020 ? Personne n’en parle et il a peu d’encours mais me semble être très interessant. Simple à gérer, qu’en pensez-vous sur un compte titres stratégie 80 et 20 en bonds ?

    1. Bonjour Yannick,
      J’ai justement prévu d’en parler bientôt.
      Quelles questions avez vous sur Vanguard et en particulier ces fonds ?

      1. Je voulais avoir votre avis général sur cet ETF (la conclusion de votre prochain article) ? Je suis fan d’Andrew Hallam qui recommande cet ETF dans son dernier livre Balance. L’encours est assez faible et l’historique date de 2020 seulement mais avec Vanguard est le gérant, la simplicité de n’avoir à gérer qu’un seul ETF très bien diversifié et 0,25% de frais je pense miser la très grande partie de mes investissements dessus et jusqu’à la fin de mes jours (repartition 80 actions / 20 bonds). Du coup je preneur de plusieurs avis…. Recommandez-vous d’acheter via EuroNext ou l’exchange Allemand ou peu importe ? Je pense prendre l’accumulating, mais une fois à la retraite recommenderiez-vous de revendre pour reinvestir le tout en distributing pour simplifier les retraits ? Merci Edouard !

  4. C’est toujours intéressant de lire ce que vous écrivez. Ceci étant, au niveau actions vous répétez inlassablement que les ETF c’est mieux.
    Je pense que c’est en partie vrai.
    Mais, si on investit via les ETF, alors le point essentiel c’est le timing ; autrement dit, le ou les points d’entré.
    Investir à tout va dans les ETF c’est valable quand tout va bien mais, dans une période de forts bouleversements (guerre, réchauffement climatique, resserrement monétaire…) je ne suis pas certain que ce soit la bonne méthode ; sauf à croire que la hausse globale des actions est inévitable. Pour qu’un ETF monte, il faut que l’indice monte.

    1. Oui, c’est mon point de vue (et ne nous sommes pas d’accord :-)). L’environnement (économique, géopolitique, etc.) ne devrait influencer notre stratégie d’investissement.

  5. Bonjour,
    Merci pour votre analyse.
    Mais je me demande à chaque fois pourquoi aller chercher des valeurs américaines alors qu’il y a de si belles valeurs françaises avec en plus des frais allégés (pas de taux de change qui peuvent être mortels) et en plus l’utilisation d’un PEA pour réduire les taxes.
    Amicalement

    1. Bonjour Patrick,
      parce que la Bourse américaine c’est plus de 50% de la capitalisation mondiale.
      Et avec les ETF, on peut investir dans le PEA sur un indice américain.
      Bien à vous.

  6. L’investissement passif, DCA prôné en détail par Edouard devrait quasiment être fait dans l’enseignement général de nos enfants. Nos amis Anglo saxons l’ont bien compris. Merci à Edouard d’essayer de disséminer cette connaissance indispensable à tout bon père de famille.

  7. Frederic dit :

    Bonjour,
    Tout d’abord, merci pour votre travail.
    Investir dans le top 10 du S&P 500, revient à suivre une stratégie momentum « big cap hard core ». Pour qu’elle soit vraiment efficace, elle ne peut pas être figée dans le temps. il faut rééquilibrer le portefeuille chaque année (trimestre?) avec 1/ les valeurs entrantes et sortantes du top 10 et 2/ garder 10% sur chaque ligne. Je n’ai jamais fait la simulation, mais mon intuition me dit que la performance sera forcément meilleure que la liste figée de 2010.

    1. Effectivement il me semble plus pertinent de comparer avec un portefeuille qui reprend les 10 valeurs de façon réévaluée régulièrement plutôt que de se contenter de miser sur 30 ans sur les mêmes valeurs surtout si elles ne sont plus dans le top 10. Peut être un léger biais en faveur des etfs ? (biais que je partage)

    2. Merci pour vos commentaires Frédéric & Mathieu. Ce serait aussi une comparaison intéressante. Les deux font sens. Ici je voulais souligner que les stars d’aujourd’hui ne sont pas les stars de demain. Aujourd’hui, ça paraît être une évidence d’investir dans Amazon ou Aplle ; et je rappelle que ce n’est pas nécessairement le cas.
      Un investissement dans le top 10 mis à jour chaque année sera certainement meilleur que le top 10 qu’on laisse figé. Cela étant, historiquement les grandes capitalisations ont moins bien performé que les petites capitalisations.
      Il faudrait trouver un moyen de calculer avec le top 10; mais là je n’en ai pas sous la main.

      1. Bonjour à nouveau,
        j’ai regardé ce sujet et je trouve que le top 10 rééquilibré (équipondéré) a bien sous-performé le S&P 500 (depuis 2003) : 8% pour le top 10% contre 11% pour le S&P 500
        Performance des 10 plus grosses capitalisations
        Sur une période plus récente, ce n’est pas vrai (pour les raisons citées dans l’article)

  8. Excellent résumé qui remet les pendules à l’heure.
    Merci