Coronavirus
Blog gestion passive et ETF | Bonnes pratiques investissement

CORONAVIRUS ET KRACH BOURSIER

Nous sommes en train de vivre une crise sanitaire et boursière exceptionnelle. La crise du Coronavirus est-elle un krach hors norme ? Que devrait faire un épargnant dans ce type de situation ?

Le Coronavirus : oui un krach boursier, mais pas si exceptionnel que cela

Une chute très sévère des actions

La crise sanitaire du coronavirus ou plutôt les mesures pour l’endiguer ont créé des remous importants sur les bourses mondiales. Par exemple, le S&P 500 a baissé de plus de 10 % dans l’unique semaine suivant le 28 février. J’ai calculé que depuis 1929, ce n’est arrivé que 20 fois (soit 0,4 % du nombre de semaine). Cependant, cela arrive de temps en temps. Et parfois même de manière plus brutale encore. Le lundi 19 octobre 1987, que l’on appelle le Lundi Noir, le Dow Jones a perdu plus de 22 %.

Le graphique ci-dessous présente les chutes de la bourse américaine supérieures à 20 % et les hausses.

Les hausses et les baisses des actions américaines
Les hausses et les baisses du marché actions américain

On peut observer qu’il arrive finalement relativement régulièrement que la bourse chute de plus de 20 % et même deux fois de 50 % depuis 1958. Pour être encore plus clair, deux fois son portefeuille boursier a été divisé par deux en seulement à peu près deux ans !

Oui la bourse fait des hauts et des bas. Oui, la bourse peut chuter très sévèrement. Mais c’est probablement l’une des raisons pour lesquelles un investissement boursier a procuré une excellente performance sur le long terme. On ne peut pas espérer de la performance sur le long terme sans prendre de risque sur le court terme !

Une correction qui fait suite à une hausse très importante des actions

Cependant, ce krach est à relativiser. En effet l’indice MSCI World dividende compris est revenu au niveau de début 2019. Il faut tout de même rappeler que la plupart des indices boursiers ont augmenté de près de 30 % l’année dernière. Un investissement en bourse depuis 10 ans aura été plus que fructueux, malgré cette chute.

Qu’ont fait les autres actifs pendant ce temps-là ? Qu’est-ce qui a augmenté pendant la crise du Coronavirus ?

Étant donné qu’il est risqué d’investir en actions, une saine recommandation est de ne pas mettre tous ses œufs dans le même sac. Il faut diversifier !

Nous allons voir que les autres actifs ont évolué pendant la crise du Coronavirus de manière relativement classique, voire même « attendue ».

Point de salut dans la diversification géographique en actions

La plupart des bourses mondiales ont sévèrement chuté. La diversification géographique n’a pas servi à grand-chose. Ce n’est pas étonnant, la diversification géographique en actions ne sert pas à se protéger des grands krachs, mais seulement des corrections localisées (telles que la crise de l’euro en 2011).

Les obligations

Les obligations d’Etat en Europe

Les obligations d’États Européennes ont légèrement augmenté. Par exemple, si l’on regarde l’ETF obligations de Lyxor éligible au PEA, il a légèrement augmenté depuis mi-février. Aussi, il a une performance de 3,5 % depuis le début de l’année. Il est peu probable que l’on puisse trouver des fonds en euros avec cette performance cette année.

Les obligations d’Etat aux Etats-Unis

Les obligations d’État Américaines, que l’on peut suivre par exemple avec l’ETF iShares $ Treasury Bond 7-10yr, ont augmenté de plus de 20 % depuis le 20 février ! Alors, même si le dollar a baissé dans la période par rapport à l’euro, le gain en euro est tout de même substantiel. Il existe d’ailleurs des ETF d’obligations d’État couverts contre le risque de fluctuation des devises.

Une hausse des obligations d’État américaines n’arrive pas chaque fois que la bourse chute. Cependant, c’est un phénomène qui a été relativement fréquent. Pendant les krachs, les investisseurs sortent des actifs risqués pour aller vers ce qu’il y a de plus sûr. Et ce qui reste, du point de vue des investisseurs en tout cas, l’actif le plus sûr au monde est bien la dette d’Etat américaine. On en a encore la preuve, avec cette crise.

À cela s’ajoute le fait que l’on peut s’attendre à ce que les banques centrales baissent les taux pour faire repartir l’économie. Et une baisse des taux signifie une hausse des obligations.

Les obligations d’entreprise

En revanche les obligations d’entreprise à haut rendement (high yield) ont baissé. C’est aussi un comportement attendu, car ce sont des quasi-actions. Un portefeuille d’obligations d’entreprises à finalement peu de chances de vous protéger d’un krach. Certes le rendement est plus attrayant, mais le risque est bien là.

Pour en savoir plus sur les obligations (d’état, d’entreprise, à haut rendement, émergentes, etc.), vous pouvez vous référer à la formation Épargnant 3.0.

L’or

L’or est censé être un actif de protection. Vous pouvez investir dans l’or en achetant des lingots ou des pièces d’or. Vous pouvez aussi acheter de l’or sur les places boursières comme je l’explique dans cet article sur les ETF Or.

Depuis le 20 février, l’or a augmenté de 4 à 5 % en dollars (et un peu moins en euros). Cela a amené un pouvoir diversificateur inférieur à celui des obligations d’État Américaines, mais l’effet est tout de même à prendre en compte.

Le Bitcoin et les Cryptomonnaies : un krach du Bitcoin plus gros que celui de la bourse !

Vous avez sûrement déjà entendu que le Bitcoin et les autres monnaies virtuelles (Ethereum, Dash, etc.) étaient considérées comme certains comme une réserve de valeur, l’or 3.0. A tel point, qu’ils préfèrent parler de Crypto asset (actif crypto) plutôt que de Crypto currency (monnaie crypto).

Certains vont même jusqu’à dire que le Bitcoin, l’Ether et autres monnaies virtuelles ont un bénéfice dans un portefeuille, car nécessairement dé corrélé des autres actifs.

Est-ce que cela a été le cas ? Voyons cela sur ce graphique qui compare le S&P 500 et le Bitcoin (en euros) sur 1 mois. Le S&P 500 est en vert et le Bitcoin est en rouge.

Evolution du Bitcoin et du S&P 500 sur 1 mois

On peut observer que les chutes du Bitcoin vont dans le même sens que les chutes du S&P 500 et de manière bien plus brutale. D’ailleurs, entre mi février et mi mars, le Bitcoin a perdu 50% de sa valeur ! Et -20% dans la seule journée du 12 mars !

Comment se protéger des chutes brutales de la bourse

Vous n’aviez pas vu venir ce krach ? Rassurez-vous moi non plus, et en fait personne ! C’est un peu le principe d’un krach : personne ne sait quand il va arriver.

Il y a bien sûr certaines personnes qui prédisent constamment les krachs, et qui finissent par avoir raison. Comme on a l’habitude de dire, une montre cassée donne 2 fois par jour la bonne heure !

Beaucoup de mauvaises techniques

Il existe de nombreuses techniques pour identifier les meilleurs moments pour sortir et rentrer dans la bourse. Cependant, très peu fonctionnent ! L’art de choisir le meilleur moment pour ses investissements est très difficile. En effet, il faut non seulement avoir raison, mais aussi raison au bon moment. Et il ne faut pas le faire une fois, mais deux fois. Il faut non seulement sortir au bon moment, mais aussi re rentrer en bourse au bon moment. Tout cela est quasiment impossible autrement que par chance.

Dans cet article sur les krachs boursiers, je partage quelques techniques pour mieux vivre les krachs.

L’investissement à long terme

Cependant, la méthode la plus performante et la moins stressante sera probablement de continuer son plan d’investissement, en investissant régulièrement sur le long terme et en faisant son rééquilibrage entre les différentes classes d’actifs au moment où nous l’avions imaginé dans notre politique d’investissement.

Quelle performance de la bourse après un krach ?

Revenons à l’évolution hebdomadaire du S&P 500 depuis 1929. J’ai calculé ce qu’aurait donné un investissement dans le S&P 500 un an et 5 ans après une chute de la bourse plus de 10 % en une semaine : un an après la bourse montait de 4 à 5 %, et 5 ans après la bourse avait monté en moyenne de 5 % à 6 % par an.

Il n’est pas possible d’avoir des données hebdomadaires du S&P 500 avec les dividendes depuis 1929. Ces calculs sont donc hors dividendes et hors prises en compte de l’inflation. Aussi, cette moyenne n’est faite que sur une vingtaine d’occurrences, ce qui a peu de signification statistique. Aussi une moyenne n’est que l’avant-goût d’une analyse, car les écarts de performances sont très importants.

Cependant, lorsque l’on sait que la bourse américaine a eu une performance de pratiquement 7 % par an en comptant les dividendes et en enlevant l’inflation, on s’aperçoit que l’on est dans les mêmes zones.

Et le krach de 87 ?

Que s’est-il passé après le lundi noir où Wall Street a perdu plus de 20% ? 3 mois de baisse ! Mais après la remontée a été particulièrement rapide. Le S&P 500 a même été légèrement positif sur l’année calendaire de 1987.

Vous pouvez d’ailleurs voir sur le graphique suivant que si l’on analyse la bourse américaine sur la base d’années calendaires, les chutes sont bien moins importantes que si on regardait chaque jour. Les barres grises représentent la performance annuelle, et les points rouges les pertes maximales au cours de l’année.

Chutes de la bourse intra annuel
Les chutes de la bourse au cours d’une année

Même les années très positives ont pu voir des déclins significatifs au cours de l’année. Il est donc très important de garder son sang-froid.

Les ETF et le krach

On entend parfois dire que les ETF n’ont pas été testés dans un environnement boursier de crise. Cela est complètement faux !

Les ETF ont survécu à de nombreuses crises financières

Les premiers ETF sont apparus en 1990 au Canada et en 1993 aux États-Unis. Vous savez bien que l’on a vécu de nombreuses crises depuis ce temps-là. Et les ETF se sont très bien comportés.

De manière intéressante aussi, savez-vous (voir cet article en anglais de Bloomberg) que les ETF sont issus d’une réflexion de la SEC (le gendarme financier américain) qui a imaginé, suite au krach de 87, un produit financier qui limite les krachs ?

Les trackers et la crise du Coronavirus

Et cette fois-ci qu’est-ce que cela a donné ? Pas de problème particulier, voilà tout !

Bien sûr si vous allez chercher des ETF exotiques, à petits encours, sur des classes d’actifs restreintes (par exemple, les obligations hauts rendements des pays émergents ou certains ETF thématiques), il est bien plus probable qu’il se passe quelque chose de bizarre sur votre ETF pendant une crise. Mais, il est probable qu’il se passe aussi quelque chose d’étrange sur l’actif sous-jacent ou sur les OPC classiques.

Conclusion sur le krach boursier du Coronavirus : risques et opportunités

Un krach boursier est pour beaucoup un moment difficile à passer. Mais ces moments sont à la fois un moment de grand danger et un moment de grande opportunité.

C’est un moment où sous le stress vous pouvez prendre des mauvaises décisions, qui peuvent être catastrophiques pour votre performance à long terme.

Etes-vous sur le bon chemin du développement de votre patrimoine ?

C’est aussi un moment pour tester si vous êtes sur la bonne voie. Si vous êtes serein, et que vous arrivez à regarder votre portefeuille dans son ensemble (et non chaque ligne de votre portefeuille), alors vous êtes probablement sur le chemin du succès. Si vous vous inquiétez, cela peut être dû à plusieurs raisons : votre allocation en actions est trop risquée par rapport à ce que vous êtes capable de supporter, vous ne travaillez pas assez votre psychologie, vous n’avez pas investi suffisamment progressivement, vous ne vous êtes pas suffisamment formé pour comprendre les marchés financiers …

Que va-t-il se passer ?

Je n’ai pas de boule de cristal et je n’ai aucune idée si les marchés vont remonter rapidement ou s’ils vont rechuter de 30 %, voire (bien) plus. Je n’ai aussi aucune idée de combien de temps cela va durer, et en combien de temps la hausse suivante comblera cette baisse !
Il me paraît farfelu de croire les gens qui disent savoir ce genre de chose.

En revanche, on a pu observer depuis des décennies que les actions pouvaient monter et baisser violemment, et qu’un investissement boursier avait été fructueux sur le long terme.

Tenir la barre dans ces moments chahutés ne demande pas un quotient intellectuel au-dessus de la moyenne, en revanche cela demande une force de caractère très importante.

Je vous souhaite le meilleur pour votre épargne … et surtout pour tout le reste, et plus spécifiquement la santé pour vous et vos proches, en ces temps chahutés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

76 Comments

  1. Bonjour,

    Pourriez vous éclaircir quelques points s’il vous plait ? Je démarre en bourse. En effet, même si un ETF retrouve son niveau initial après un krach – ne pas se prémunir contre une forte baisse peut fortement entamer le capital et il faudrait un certain temps pour le récupérer.
    Si un ETF baisse de 40% et réaugmente de 40%, le résultat n’est pas nul car les 40% de gains se font sur un capital très rétréci…

    Comment faites vous pour calculer à partir de quand le krach boursier est effacé ?
    Exemple, j’ai investi 10 000E en 2008 dans un ETF MSCI World et je perds 40%. Au bout de combien de temps je deviens rentable ? car pour l’effacer il faut au moins avoir un gain de 80% (soit 10 ans ? si on se base sur une moyenne annuelle de gain de 8% / an ?) je trouve ça énorme et ne suis pas sur d’avoir compris.
    Un article complet mériterait d’être fait sur ce sujet.

    Merci pour votre expertise

    1. Bonjour Pierre,
      vous avez raison si la bourse baisse de 50%, on retrouve son niveau initial en faisant +100% soit X2
      Mais c’est possible ! Ca arrive régulièrement même …
      Bien à vous

  2. Bonjour Mr Petit
    Tout d abord merci pour votre travail.
    Après avoir lu vos 2 ouvrages je me suis décidé à me lancer et j ai ouvert un PEA sur bourse direct et d y investir même si la période est délicate.
    Je m orientais sur ce porte feuille :
    -BNpp easy etf sp500
    – Vanguard FTSE developped Europe
    – amundi msci émerging markets

    Cependant l Etf Vanguard ftse n est plus disponible sur BD apparement.
    J aimerais savoir s il existait un équivalent qui suive a peu près les mêmes indices afin de le remplacer dans mon porte feuille
    Merci d avance pour vos précieux conseils
    Et courage à tous pour cette période.
    Cordialement

  3. Franchement, je ne suis pas d’accord avec toi quand tu dis que personne ne pouvait prévoir ce Krach boursier.
    Oui, personne ne peut anticiper la cause de la crise, mais on se doutait bien que le marché attendrait n’importe quoi pour corriger. Depuis les années 50, le plus long marché haussier c’est 88-2000 147, là on était à 127 mois.

    Et tous les indicateurs (indices / PIB), PEG, analyse graphique avec des plus hauts tous les jours, indiquaient que le krach était proche. Marc Touati le répète depuis plusieurs mois… Profitons en pour acheter progressivement nos ETFs et baisser leur coût de revient.

    A bientôt.

    1. Mehdi,

      Chaque mois, chaque année, tu as toujours quelqu’un qui prédit un krach boursier depuis 1929 !
      Forcément, la prédiction se réalisera tôt ou tard, c’est comme en astrologie … Un des évènements prédits par l’astrologue finira par se produire. N’importe qui peut devenir astrologue.

      Chaque mois, chaque année, les indicateurs techniques nous indiquent que nous sommes toujours avec des plus hauts (par rapport à quoi ??) tous les jours, indiquant depuis 1929 que le krach était proche chaque année.

      Je suis un vieux routard de la bourse, et chaque année et chaque mois, tu as toujours quelqu’un pour prédire un krach !
      N’importe qui avec un minimum d’éducation boursière peut prédire un krach !!
      Au final, ça fait une belle jambe à l’épargnant que nous sommes pour gagner de l’argent …

      Par exemple, tu as des anciens fonds vedettes qui soi-disant ont prévu la crise de 2008 (grâce à leur indicateur technique vedette) mais pas la crise de la dette souveraine de 2012 de la zone euro. Il y aura bien un fond qui cette année aura soi-disant prévu la crise du Covid mais n’avait pas prévu 2008 ou 2012 !
      A ma connaissance, je ne connais personne qui ait pu prédire tous les krachs sans se tromper au mois près ;-)

      Je peux faire moi-même une prédiction très facile s’appliquant à tout ceux qui ont une voiture : tu auras un jour un accrochage avec ta voiture, car la probabilité est assez élevée que tôt ou tard ça arrive. C’est pour ça que l’on a une assurance auto qui n’est pas gratuite !!

  4. Emilien Gadbois dit :

    Bonjour Édouard, Bonjour tout le monde,
    J’ai 18 ans et je dispose d’un capital de 24 000€.
    Étant donné mon jeune âge, je vais opter pour un portefeuille assez agressif et majoritairement pondéré en actions. Seulement je ne trouve aucun ETF Small Cap Value chez aucun émetteur dans le cadre d’un PEA. Y en a-t-il dans le cadre d’un CTO ?
    Sur le Long terme et après diverses analyses, ces ETFs délivrent la meilleure performance et je voudrais vraiment en trouver.
    Si quelqu’un pouvait me donner une piste, elle serait reçue avec grand plaisir !
    Mise à part ça, votre blog Édouard est de grande qualité et j’espère que cela perdurera !
    Merci d’avance !!

    1. Bonjour Emilien, c’est super de s’y prendre à votre âge. A ma connaissance, il n’y en a qu’un, chez SPDR, mais très mal référencé, malgré mes relances chez les courtiers et l’émetteur. Essayez de votre côté.

  5. Bonjour Edouard, j’ai enfin, en ces temps de confinement, décidé de me lancer selon vos recommandations. D’un côté les uns indiquant que c’est la catastrophe pour la bourse et de l’autre qu’il faut investir maintenant et acheter les bonnes actions. J’ai curieusement décidé de suivre le second conseil et d’ouvrir un PEA avec les actions que vous recommandé comme AMUNDI ETF MSCI WORLD, LYXOR UCITS ETF MSCI WORLD, LYXOR UCITS ETF PEA MSCI WORLD. J’ai pu lire que l’action Total peut être intéressante également. Ma première question serait combien recommandez vous d’investir en ETF en sachant que mon épargne n’est pas gigantesque et deuxièmement que faire avec l’assurance vie ? J’ai fait mon choix sur Lynxea mais je ne trouve rien sur le fait d’investir pendant notre crise actuelle et également combien placé sur cette enveloppe ?
    J’ai mis le temps, mais votre livre (de très bonne qualité) m’a convaincu. Merci pour ce retour d’expérience et votre blog que je lis maintenant ainsi que d’autres sites de bourse, que je lis avec grand intérêt.

    1. Bonjour Loïc,

      L’action Total n’est probablement pas intéressant dans le contexte actuel.
      De plus avec les ETF que vous avez achetez, vous avez probablement déjà indirectement de l’action Total.

      Nous avons tous le vieux réflexe que le pétrole ne ferait que monter, mais le pétrole évolue en fonction du contexte géopolitique et un jour tôt ou tard, notre civilisation devra passer à d’autres sources d »énergie.
      A l’heure où je vous écris, le prix de certains barils est négatif, alors qu’en 2000, tout le monde pronostiquait une explosion du prix du pétrole entre 2000 et 2030.

      Aujourd’hui, certains producteurs paient les acheteurs pour se débarrasser de leurs barils car leur stockage coûterait trop cher.
      Comment est-on arrivé là ? Le conflit géopolitique entre la Russie et les USA sur le pétrole de schiste est un début de réponse, la Russie n’ayant aucun intérêt à ce que le pétrole de schiste soit rentable !

      Je peux me tromper, mais tous les actifs dits sûrs (obligation, pétrole, or …) ne le sont pas, ces différentes crises successives nous le démontrent à chaque fois.

    2. Bonjour Loïc,

      Commencer en bourse sans faire d »erreurs est assez dur, voire impossible.
      Je pense que l’idée d’ouvrir un compte Lynxea est un très bon début, cette gestion automatisée de votre épargne vous évitera les erreurs émotionnelles que tout le monde fait.
      Pour la répartition de votre enveloppe entre fond, obligation ou action, cela dépend de votre aversion au risque (est ce que sur 24 000 euros, vous acceptez de perdre virtuellement 1 000 euros ou 12 000 euros en temps de crise, le temps que ça remonte ?) et il n’y a que vous qui vous connaissez le mieux ! Personne ne peut vous conseiller …

      Lynxea vous propose normalement un questionnaire au démarrage pour vous proposer une répartition en fonction de votre aversion, vous devriez suivre leur conseil de répartition. Faire simple est parfois le meilleur chemin pour bien commencer en bourse, surtout en ces temps de crise.

      A noter : Vous ne trouveriez rien comme conseil d’investissement, car personne à l’heure actuelle ne sait comment cette crise va évoluer, il y a trop d’inconnus qui dépendront des actions macro-économiques et géopolitiques de l’ensemble des Etats développés du monde entier. Si vous rencontrez quelqu’un qui soi-disant est capable savoir ce qui va se passer dans 6 mois ou un an, fuyez ;-) !!!
      Se replier sur les fondamentaux exposés par Edouard Petit dans son blog et ses livre est à mon sens le meilleur moyen de tenir bon en pleine tempête boursière.

  6. Bonjour,

    Voici encore un article anti-ETF :
    https://www.lerevenu.com/bourse/krach-boursier-la-baisse-amplifiee-par-les-trackers
    Cette fois-ci, les trackers sont accusés d’amplifier la baisse des marchés, alors que c’est la crise inédite du COVID 19 qui a amplifié elle-même la baisse.
    Ce qui est totalement faux.
    L’auteur a l’air d’ignorer qu’il n’y a pas que des ETF indiciels dans la vie ;-), il existe aussi des ETF sectoriels et smart beta …

    Par exemple, on pourrait utiliser cet argument pour expliquer la baisse de -20% dans le secteur médical, car on pourrait penser intuitivement que les entreprises côtés en bourse spécialisées dans la santé auront leur cours qui exploseront ainsi que leur chiffre d’affaire grâce à la crise sanitaire. Mais ce n’est pas vrai. Elles baissent aussi, mais pas à cause des ETF.

    En effet, les sociétés dans la santé ont dû réorienter leur production vers les masques FFP2 et FFP3 ou vers les aspirateurs de réanimation sur réquisition de l’état et même convertir leur chaine de production.
    Ce n’est pas les produits les plus rentables à produire pour ces sociétés, elles perdent en définitif de l’argent car pendant qu’elles produisent des masques FFP ou des aspirateurs de réanimation, elles ne produisent plus leurs autres produits bio-médicaux beaucoup plus rentables en termes de chiffre d’affaires.

    Contre-intuitivement, la crise sanitaire ne fait pas l’affaire des grands groupes spécialisés dans la santé (en déplaisent aux complotistes en tout genre ;-), elle leur permet juste de maintenir leur production à flot et évite le chômage technique à ses employés.

  7. Bonjour M. Petit,

    Suite à la lecture de votre blog et ayant un peu d’économies de côté, j’aimerais ouvrir un PEA avec un investissement de 5000€ et l’approvisionner trimestriellement de 1000€.
    Comme vous le préconisez, je souhaite mettre cette somme sur un ETF World.
    Cet investissement de départ étant une somme relativement importante pour moi, me conseillez-vous d’attendre d’y voir plus clair en cette période de krach boursier et de pandémie de Coronavirus ? Ou alors, puis je investir cette somme de suite étant donné que c’est un investissement sur du long terme et que je souhaite approvisionner mon PEA tous les 3 mois ?

    Je vous remercie par avance pour votre réponse.

    Cordialement.

    1. Bonjour, je pense qu’il faut un plan d’actions qui suit les bonnes pratiques et s’y tenir. C’est plus important que d’investir au meilleur moment.

      1. Bonjour, je dispose d’un pee et un perco pour lesquels j’ai perdu environ 1%. J’ai la possibilité de vendre l’ensemble maintenant pour cause d’invalidité avec, paraît-il, une fiscalité plus intéressante ? Mais à perte ? De plus, est il plus opportun d’indiquer des taux planchers alors que je n’y connais rien ? Ou vendre sans plancher au risque de perdre plus ? Merci de m’éclairer, cordialement

  8. On parle maintenant de faillite bancaire avec la prochain crise.

    Comment s’en prémunir ? Que se passe t’il si la banque qui emet l’ETF fait faillite ?

    1. Bonjour Bessos,

      C’est la question à 1 millions que tout le monde se pose ?
      Après sur quelle banque voulez vous achetez vos ETFS ?
      Vous pouvez misez sur le fameux dicton « Too big to fail », c’est-à-dire que si la banque fait faillite, toutes les autres banques françaises feront faillite, l’Etat sera donc obligé d’intervenir pour racheter une des banques.
      Le phénomène est déjà arrivé en 2009, l’Espagne, l’Italie, la France dans une moindre mesure ont du s’endetter pour sauver leur système bancaire national. Ce n’est pas du flanc lorsque les journaux prédisaient la disparition de l’Euro, ça a failli arriver s’il n’y avait pas eu intervention des Etats.

      L’Allemagne, qui était protégée jusqu’à maintenant et qui donnait des leçons budgétaires aux autres pays pour s’être endettés pour sauver leurs banques, risque de devoir faire la même chose cette année avec la Deutsche Bank en quasi-faillite, mais si Deutsche Bank tombe, c’est l’Euro qui tombe et toutes les banques de l’Europe qui feront faillite dans l’heure par effet de domino.

      Donc le scénario de la banque qui fait faillite (sauf éventuellement une petite banque) me paraît peu probable et si cela arrivait, je crois que votre souci premier ne sera plus votre épargne à ce moment-là (sauf si vous êtes millionnaire ;-), mais conserver votre travail, continuer à payer votre loyer ou votre crédit maison, vous nourrir etc.

      1. Bryan Aranguez dit :

        Bonjour,
        Je suis un jeune de 20 an plein d’ambitions et je veux commencer à investir au plus tôt et au mieux. Je viens de dévorer Épargnant 3.0 et je crois comprendre que le contexte est propice à l’action mais je ne sais pas comment m’y prendre. J’ai actuellement un capital que je peux investir de 1000€ et si tout se passe bien dès la fin de la crise je pourrais y faire des apports de 100€ par mois.
        J’ai sans trop me renseigner ouvert un Pea au CIC et je compte me faire un compte chez B for Bank pour profiter des avantages de la banque en ligne.
        Voilà mes questions: devrais-je transférer mon pea tout de suite ou je risque de trop y perdre (j’ai 200€ dessus, rien encore achète)? Que faire de mes 1000€ sachant que je suis prêt à prendre des risques étant donné que c’est à long terme que je veux les placer, ouvrir une assurance vie lixea ou plutôt pea avec des trackers? L’assurance vie la prendre pilotée ou c’est assez intuitif de base pour pouvoir se débrouiller avec les bases? Et enfin, je comptais ouvrir 2 assurances vie, une ambitieuse plus risquée vraiment à long terme et une plus safe pour avoir des liquidités dispos si besoin tout en faisant que ça monte doucement, quels assurances vies me conseilleriez vous pour chaque cas?

        Merci beaucoup d’avance pour vos reponses, Bryan.

        1. Bonjour Bryan,

          Le transfert de PEA est rapide en temps normal (compter 7 jours), mais étant donné la crise du coronavirus, les délais techniques de transfert PEA risquent de durer très longtemps, voire le transfert impossible actuellement.

          Durant toute la durée du transfert administratif, vous n’avez plus la possibilité de vendre ou d’acheter des positions, il vaut mieux le savoir, surtout en ces périodes tourmentées.

          Les titres déjà acquis dans un PEA sont transférés d’une banque à l’autre, vous n’avez pas à les vendre avant le transfert. Il faut par contre vous renseigner sur les frais de transfert de titre avant de vous lancer dans les opérations, généralement, les opérateurs discount comme Bourse Direct ou B for Bank vous offrent les frais de transfert pour attirer de nouveaux clients mais pas toujours.

          Que ferai-je actuellement si j’étais à votre place ? Je ferai très simple, j’achèterai un tracker monde ou un tracker sur Nasdaq ou sur Dow Jones, pour démarrer. Après je prendrai tout mon temps pour me documenter sur les autres trackers. Quand je dis tout mon temps, je parle en mois car la culture boursière prend du temps à s’acquérir.

        2. Pour répondre à vos 2 autres questions :
          1- Assurance vie versus PEA :
          Linxea a le mérite de proposer un robo advisor qui gère le rééquilibrage de votre portefeuille pour vous en fonction de vos objectifs.
          Le PEA demande un minimum de gestion de votre part et de fixer vous-mêmes vos objectifs.
          Je prendrai un PEA si vous savez exactement ce que vous souhaitez et suivre vos objectifs car vous gagnerez sur les frais de gestion (puisque le gestionnaire c’est vous).
          Je prendrai linxea si je ne sens pas sûr de moi, ça évitera de réaliser des erreurs. Personnellement quand j’ai commencé à investir en bourse, nous n’avions pas tous ces outils, et j’ai commis de grosses erreurs regrettables.
          Avec le recul, je serai parti sur linxea pour démarrer en bourse pour éviter ces erreurs qui m’ont coûté cher.

          2- Ouvrir 2 assurances vies :
          Dans la 2ème assurance vie, si vous avez besoin de liquidités à disposition à tout moment, il ne faut pas investir cet argent sur une assurance vie, vous risquez de perdre et vous allez payer beaucoup d’impôt si vous ne tenez pas 8 ans minimum.
          Mettez cet argent sur un livret A pour vous constituer une épargne de précaution pour faire face aux imprévus de la vie (chômage, voiture à racheter, maison à acheter etc.), vous avez toute la vie devant vous.

          J’ai personnellement un livret A que j’alimente régulièrement et je suis content de l’avoir car j’ai eu par le passé à faire face à des grosses dépenses imprévues, ce livret A m’ayant évité de casser mon compte titre ordinaire ou mon PEA.

        3. Bonjour,

          Débutant en bourse depuis peu j’aimerais investir afin de profiter de la crise comme porte d’entrée mais plusieurs de mes questions ne trouvent pas de réponse.

          – Il y a-t-il un intérêt d’acheter des ETF (S&P500 ou World par exemple) sur un PEA lorsque ces indices sont au plus bas ? Il me semble en effet opportun de les acheter à ce moment afin de profiter sur le moyen/long terme de la remontée de ces indices, mon raisonnement est-il bon ?

          – Aussi afin de profiter de la baisse spectaculaire de certain actifs, serait-il propice d’acheter en plus des ETF, des actifs afin de profiter de la crise actuelle sur du court/moyen terme ? Afin de les revendre à court/moyen terme pour renforcer mes ETF ou investir dans des ETF d’obligation pour sécuriser l’épargne ?

          -Enfin dernièrement, concernant l’assurance vie, souscrire à une assurance vie en cette période de crise permet également de « profiter de la crise » ? Ou au contraire est-ce inutile du fait que les fonds en euros risquent de baisser encore ? Ou peut être en privilégiant les UC ?

          Merci d’avance pour toute l’aide qu’apporte un tel site.

        4. Bonjour Anthony,

          Vous pouvez commencer à investir en DCA (c’est-à-dire mensuellement), car personne ne sait si les marchés ont déjà atteint leur plus bas avec la crise sur mars, ou si les plus bas seront atteints dans 1 mois, 6 mois ou 1 an.
          Qu’appelez vous moyen terme ?
          Si vous entrez maintenant sur le marché, votre horizon d’investissement doit être de 5 ans minimum pour tirer profit de votre investissement initial.

          La répartition de vos actifs entre actions, obligations ou fond euro dépend de votre aversion au risque.
          Certains seront à 100% actions, d’autres à x% actions, y% obligations et z% en fond euros.
          Je ne peux pas donc vous conseiller sur votre répartition car c’est une affaire personnelle, certains vivront très bien une chute de 40% de leur portefeuille, d’autres ne pourront pas supporter une baisse de 15%.
          Votre meilleur ennemi est vous-même, et ça j’ai pu le vérifier personnellement ;-)

          Si vous êtes totalement perdu, je ne peux que vous conseiller le 2ème livre d’Edouard Petit détaillant le fonctionnement des trackers avec beaucoup de détails et pas mal d’exemples de portefeuilles types (il y en a beaucoup pour différents types de profils), ou de suivre sa formation. La somme à investir sur son livre est extrêmement ridicule par rapport à vos investissements boursiers. Pour le moment, dans la littérature boursière, ce 2ème livre d’Edouard Petit est le plus complet que j’ai pu lire en matière de trackets ETF.

          Je tiens à préciser que je n’ai aucune action sur le site épargnant 3.0 ;-).

  9. Bonjour,
    Ayant dévoré les deux premiers livres de notre hôte je passe dorénavant à la pratique.
    La période à l’air d’être propice à une entrée sur le marché mais comment faire?
    Je dispose d’un capital à faire fructifier de 10 000 euros que je souhaiterais investir sur un etf world dans mon pea.
    J’ai déjà investi 30% en fonds euros (en plus de ces 10 000 euros) pour suivre mon allocation cible 30% fonds 70% world.
    Comment rentrer sur le marché en plusieurs fois et sur quel montant, périodicité…?
    Merci de votre lecture et de vos avis

    1. Bonjour Sweap,

      Un article rédigé sur ce blog devrait vous donner des éléments de réponse avec le lien suivant :
      https://www.epargnant30.fr/investir-somme-importante-argent/

      En résumé : Lorsqu’on a une somme importante a investir (relativement à notre patrimoine) 2 stratégies sont proposées :

      – Le DCA : Dolar Cost Averaging qui permet de lisser son investissement sur 6 à 12 mois (par exemple). Cette méthode est la moins éprouvante psychologiquement car elle permet de lisser le risque surtout en cette période de forte volatilité.

      – L’investissement en une fois qui est statistiquement la plus efficace (notamment sur une baisse importante des marchés) mais qui est psychologiquement plus éprouvante. Posez vous la question suivante : Comment vais-je vivre le fait de voir mon investissement de 10 000 euros, réduit potentiellement de -20 à -30 % par rapport à aujourd’hui ? Si cela vous fait ni chaud ni froid vous pouvez privilégier cette solution.

      En dernier lieu, un mixte des 2 me semble aussi intéressant : 50 % investi en une fois et 50 % étaler sur 6 à 12 mois.

    2. Bonjour,
      Est-ce que vous pouvez SVP faire une article sur l’avenir d’économie mondiale et français. On aura la nouvelle crise économique? Baisse de pouvoir d’achat? Combient temps on aura besoins pour revenir au niveau avant les événements actuels?

      Merci bcp

      1. Bonjour Olena,

        Personne ne peut vous répondre. La crise peut durer encore 1 mois, 1 an, 2 ans ou 3 ans etc. avant de retrouver le niveau d’avant. Tout va dépendre des actions macro-économiques et des décisions géopolitiques de chaque Etat, si les états de la zone Euro se concertent ou partent en ordre dispersé pour relancer la machine économique, etc.
        Par exemple, la Russie, en décidant de se retirer des négociations de l’OPEP, a provoqué un krach pétrolier en plein coronavirus. La Russie n’a pas pris cette décision pour casser les pieds des investisseurs et leur faire perdre de l’argent mais pour des raisons géostratégiques afin de protéger les intérêts géopolitiques Russes sur le gaz naturel et le pétrole face au gaz de schiste de Trump (c’est un résumé très superficiel, c’est plus complexe que cela), que leur décision fasse perdre ou gagner les investisseurs, c’est un épiphénomène pour ces derniers, ou un dommage collatéral.

        C’est juste pour souligner que cet exercice prédictif est impossible à cause du nombre trop important d’acteurs influençant le marché.
        Les travaux mathématiques de Mandelbrot (le père des fractales) sur les cours boursiers indiquent qu’il devient impossible de prédire des cours boursiers à partir de 3 intervenants (n acheteur et x vendeur) car les 3 intervenants ont tous les 3 des intérêts divergents (l’un cherchant à vendre au prix le plus cher, l’autre à acheter le moins cher possible et le 3ème cherchant à tirer parti de l’inefficience des 2 autres intervenants pour s’enrichir).
        Je peux donc seulement vous conseiller « wait and see ».

        1. Bonjour, je dispose d’un pee et un perco pour lesquels j’ai perdu environ 1%. J’ai la possibilité de vendre l’ensemble maintenant pour cause d’invalidité avec, paraît-il, une fiscalité plus intéressante ? Mais à perte ? De plus, est il plus opportun d’indiquer des taux planchers alors que je n’y connais rien ? Ou vendre sans plancher au risque de perdre plus ? Merci de m’éclairer, cordialement

  10. Bonjour, je suis lecteur de vos livres, sur quel type d’ETF conseillez vous d’investir dans cette période troublé ?

    1. Bonjour,

      Il n’y a pas de bonnes réponses.
      Il vaut mieux que vous suiviez la stratégie que vous vous êtes fixés par rapport aux risques que vous êtes capables de prendre pour déterminer le pourcentage des actifs à allouer (x%en obligation, y% en fond euro et z% en actions).
      Réfléchir aussi si vous investisserez en une fois ou en plusieurs fois ou si vous partirez sur une méthode DCA.

  11. Bonjour,

    Etant un habitué depuis 3 ans de la méthode DCA décrite par les livres d’Edouard, j’ai pris certaines libertés sur la partie « rebalancing ». J’ai mis a profit cette crise pour augmenter mon allocation en actif. Je souhaite passer de 40% à 60% selon la valeur de l’ETF World EWLD. Mon raisonnement est le suivant : je suis jeune (30 ans), je n’ai encore que peu d’épargne et mon hésitation à augmenter ma part en action était due uniquement a une impression de chêreté du marché lorsque le CAC était à 6000 points (ou EWLD à 20,10 EUR)… Maintenant nous somme à – 30% par rapport à ce niveau et je sens que je suis psychologiquement prêt à augmenter ma poche risqué sur le très long terme. Je précise que je suis à 90% sur du World et 10% sur du small caps Europe Ex CW (ETF BNP). Bien sûr il s’agit uniquement que d’une poche d’actif dont je N »ai pas besoin à court ou moyen terme.

    Bonne journée

    1. Bonjour,

      Tout d’abord merci pour l’ensemble de vos conseils !
      Je m’interroge car il y’a une information que je n’arrive pas à retrouver : quel est le bon timing pour commencer à investir sur les ETF ? Est-ce aujourd’hui trop « risqué » au vu de la volatilité des marchés où cela importe peu car, sur du long terme, cela sera plus ou moins lissé ?

      Merci d’avance.

  12. Bonjour Edouard,
    vous écrivez « Et une baisse des taux signifie une hausse des obligations. » Je ne comprends pas cette affirmation, ne devrait-on pas voir baisser le rendement des obligations lorsque le taux directeur est abaissé? Baisser les taux permet d’emprunter à moins coût (pour le débiteur), ce qui correspond à un moindre profit pour le détenteur de l’obligation non? De plus je dirais que le risque est fondamentalement le même donc le delta devrait être le même entre les taux sans risques et le taux des obligations…
    Je raconte probablement des bêtises, mais je voudrais bien des éclaircissements si c’est le cas :)
    Cordialement

  13. Mathieu FIGUERES dit :

    Bonjour Edouard, avec la chute progressive des fonds euros, est-ce que vous recommandez toujours d’y investir une partie de son capital? Est-ce qu’il y a un risque que leur rémunération passe en dessous de l’inflation?

    Merci

    Mathieu

    1. Une ancienne obligation prend de la valeur lorsque les taux directeurs baissent, puisque les nouvelles obligations sont en effet à taux d’autant plus réduit.
      Ainsi, les investisseurs « s’arrachent » ces anciennes obligations plus rémunératrices donc leur valeur monte sur le marché…
      Tout ça est réciproque !
      Je ne sais pas si je suis clair ?!

  14. Bonjour à Tous,

    Merci pour vos échanges très intéressant.
    Pour ma part, j’avais une somme assez important à placé (25 K€) et je suis donc rentré progressivement, tous les 1er du mois, depuis sur septembre sur l’ETF Amundi World (LU1681043599).
    J’étais en PV de +10% jusqu’à la baisse (ou Krach) de ces derniers jours…
    Il me reste plus qu’un seul achat à faire, le moins prochain, normalement le 1er avril.
    Cette somme est placée pour du très long terme, il s’agit d’argent dont « je n’e ai pas besoin ».
    Je vis la baisse plutôt assez bien (je ne regarde pas mon portefeuille mais je sais il est à supérieur à 10% de perte) . Je crois au fait que sur du LT ou TLT , je récupérerai ma mise…Il n’est pas agréable de ce dire que potentiellement j’ai perdu de l’argent…

  15. Perso, je suis sorti lundi, en limitant les dégâts: perte de 4% sur les quelques ETF que j’avais achetés l’année dernière. Donc je m’en sors bien, j’ai juste perdu quelques euros.
    Vu que j’ai commencé la bourse l’année dernière avec une petite somme et que j’ai l’impression que ça va descendre très bas dans les semaines à venir, j’ai préféré tout vendre maintenant et attendre pour entrer à nouveau à un moment plus propice en renforçant un max (pas très difficile vu que ma première entrée était assez haute). Encore -5% ce matin sur le CW8 et -7% sur le Cac40, ce qui conforte ma décision: pour l’instant, je préfère être en dehors et observer la débâcle…

    1. Bonjour Nono.

      Ce krach vous permet de mieux vous connaître dans vos investissements et ce que vous acceptez de subir en termes de perte.
      Votre souci sera de ŕéentrer dans le marché sans louper le redémarrage haussier.
      Le mieux serait de réinvestir progressivement en sachant que personne ne peut prédire la fin d’un marché baissier.
      À cette occasion il faudrait revoir vos allocations d’actifs entre actions, obligation et fond en euro.
      Bonne chance pour la suite.

  16. Diego Pereira dit :

    Bonjour
    ça vaut le coup de faire un PEA maintenant?

  17. Diego Pereira dit :

    ça vaut le coup de faire un PEA maintenant?

    1. Oui, si vous prévoyez de réaliser des investissements réguliers sur le long terme et si vous avez la mentalité solide (face à des éventuelles baisses qui risquent d’avoir encore lieu), ce krach est un bon point d’entrée.
      Personnellement, si je n’avais pas encore de PEA, je serai entré à ce moment là.

  18. Cher Edouard,

    Merci pour votre article.
    Comment sécuriser ses gains en LT ?
    Mes ordres stops m’ont fait vendre toutes mes positions successivement ces dernières semaines. Faut-il racheter mes positions ?
    Ou finalement ne pas mettre de stop pour le LT ?

    Bonne soirée,

    1. Bonjour Jordan,

      La sécurisation des gains se fait en général en rééquilibrant son portefeuille action vers un fond en euro ou un etf en obligation
      Voir le cours d’Edouard à ce sujet.
      De mon côté avec ou sans ordre stop, dans mes backtests Je n’ai pas constaté de différence de performances. Ce choix d’un ordre stop dépend de votre tempérament . Est-ce qu’actuellement vous seriez capable de suivre un mouvement baissier d’une telle ampleur de 20 à 30 % ?

      Ensuite si vous réentrer sur le marché actuel avec des stop vous risquez d’en sortir rapidement et peut être juste avant que les cours finissent par remonter finalement…

      Peut être la meilleure solution serait de réentrer progressivement sur le marché sur x mois en rachetant au fur et à mesure vos positions tout en lissant votre pru sur un marché qui pourrait rester baissier sur plusieurs mois.

  19. Et bien moi j’ai commencé les ETFs juste avant le coronavirus en ayant fait la grosse erreur de rentrer rapidement, et je ne peux aujourd’hui plus lisser mes investissements. Oui grosse erreur de ma part de ne pas avoir espacé mes rentrées sur plusieurs mois… Le pire c’est que le savais, mais j’ai lu le mauvais conseil qu’une 2 fois sur 3 il valait mieux investir une somme en une seule fois. Erreur. J’en suis à -20%. j’avoue être un peu dégouté de tout cela. J’ai encore une petite enveloppe à investir (pour le coup suite à de la revente d’or physique qui lui à monté), sur cette enveloppe je vais mensualisé mes rentrées cette fois ci.

    Je suis donc rentré au plus haut … et maintenant à -20%. Combien de temps faudra-t-il pour retrouver le même niveau qu’a ma rentré ? 6 mois ? 1 an ? je n’en sais rien. Mais une fois retrouvé (si je retrouve le niveau de départ) j’allègerai surement mon enveloppe ETF pour augmenter celle de mon fond euros…

    1. Vous êtes rentré en une fois et à 100% en actions ?!! Bon effectivement c’est contraire à tout ce que j’écris … mais bon, le bon côté (il faut toujours en voir un), vous vous connaissez désormais bien mieux. Et cela a une énorme valeur. Bon courage !

      1. Bonjour Renaud,

        Je peux vous conseiller de ne pas paniquer.
        La perte de 20% est purement virtuelle tant que vous ne vendez pas.
        J’investis régulièrement tous les mois et cela ne m’a pas empêché d’être à -10%.
        Que faire pour la suite ?
        Patience et patience on finit après chaque crise à retrouver son niveau d’entrée., surtout si vous êtes investi en ETF
        Personnellement, j’ai déjà vécu il y a plusieurs années de grosses pertes sur des actions (je n’étais pas encore sur les ETF) et j’ai fini par récupérer au bout de 2 ans et avoir ensuite des bonnes plus values !
        Quand on dit que la bourse est un investissement Long Terme, c’est parce que vous pouvez investir au plus haut avant juste un krach et il faut alors attendre que le krach se résorbe pour revenir à son point de départ et faire ensuite des plus-values;

      2. Je suis rentré en plusieurs fois mais sur une période beaucoup trop courte. Non pas 100% en action. 30% fond euros, 45% action et 25% obligation d’états et obligation d’entreprises.

        1. Bonjour Renaud Ce portefeuille me semble parfait pour affronter ce krach boursier sereinement . Personnellement je suis à 70 en action et à 30 en obligation d’etat et j’ai donc virtuellement perdu plus de plumes, je reste très serein.
          Car par expérience en étant très patient ça va finir par remonter car les banques centrales vont agir peu à peu pour relancer l’économie
          , le seul conseil que je peux vous donner est de ne pas toucher à votre portefeuille et de vous montrer patient, la patience paie en bourse

    2. A mon sens, ce n’est vraiment pas grave si :
      – d’une part vous ne vendez pas !!
      – d’autre part vous continuez à investir régulièrement, ce qui va automatiquement abaisser votre prix de revient unitaire et donc « limiter » au fur et à mesure votre moins-value.
      J’ai commencé à investir il y a 6 mois de façon régulière, j’étais en plus-value de 14%, et d’un coup je me retrouve en moins-value de 10%, and so what ?!
      Je vais au contraire investir plus pendant cette phase de baisse, acheter plus d’ETF, et lors de la remontée (car ça arrivera un jour… demain, dans 1 mois, dans 5 ans) et bien la plus-value n’en sera que décuplée.
      Il est impossible de timer le marché, c’est le Maître Buffet lui-même qui le dit.
      Mais sur le long terme, on ne peut statistiquement que gagner, sauf fin du capitalisme mondial !!!

      1. Ou sauf chute de météorites….
        Oui je suis d’accord il faut continuer, malgré les différentes krach, la bourse remonte.
        La bourse fera l’éternel yoyo, comme il y aura toujours des tremblements de terre et pourtant beaucoup de gens continuent toujours à habiter dans des zones sismiques

      2. Bonjour,

        Vous étiez vous fixer une limite?

        De mon coté, j’avais 30 k€ à placer.

        J’ai commencé à rentrer en juillet par tranches du 3000 euros sur amundi World….Mon PU est de 297 €…j’ai un perte de -18% !

        et il me reste plus que 2800€ à placer au bon moment pour reduire mon PU…

        Des conseils ?

        1. La bourse est remontée 2 fois de suite sur 2 jours consécutifs (hausses spectaculaires de +11% et +4%, après des baisses spectaculaires), au moment où je vous écris.
          Trouver le bon moment pour placer vos 2 800 euros est impossible à prévoir.
          C’est peut être aujourd’hui ou demain le bon moment où dans un mois ou un an !
          Si vous investissez maintenant, vous ne saurez que dans quelques mois si c’était le bon moment.

          Après, pour éviter de vous mettre la rate au court bouillon, quel que soit le moment que vous choisirez, les études montrent que vous finirez tôt ou tard à revenir à votre point d’entrée d’ici x mois (le x n’est pas estimable).

          Par exemple, je suis presque revenu à mon point d’entrée sur l’ETF Dow Jones que j’ai, en revanche, sur mes ETF smart beta, je suis toujours entre -20 et -30% ….

    3. Bonjour Renaud,
      C’est bon d’avoir des camarades de tempête !
      Je suis entré il y a un mois aussi, quasi d’un coup vu que c’est statistiquement plus efficace. J’ai mis 80% en etf world, ça fait du -18% ce matin avec la fermeture des états-unis. En ce moment j’essaie de me réfréner d’investir le reste à bon prix car le chômage technique pointe le bout de son nez donc il faut un plus gros coussin de sécurité.
      Bon pour la partie psychologique, ça change rien au quotidien…
      Belle journée à tous et merci pour ce blog!

      1. Merci Roger, oui très très dur en ce moment la tempète.
        J’ai des ETFS ou je suis à -30% et d’autres qui était plus risqué à -46%.
        Je suis écœuré, de plus maintenant mon activité est dans l’obligation de fermer (commerçant/producteur). Je vais attendre, je ne bouge pas mais je n’arrête pas de me taper le front en me répétant « mais quel con je suis » !

        1. On appelle ça le « hindsight bias », on trouve plein d’articles à ce sujet. A l’époque nous avons pris la meilleure décision avec les infos disponibles… aucun regret à avoir :)

        2. On appelle ça le « hindsight bias », on trouve plein d’articles à ce sujet. A l’époque nous avons pris la meilleure décision avec les infos disponibles… aucun regret à avoir :))

  20. Francois Audiat dit :

    Bonjour. Moi, j’ai tout vendu la semaine dernière le jour ou le cac a fait 5600. Le raisonnement est le suivant: tout a monté très vite ses derniers temps, on était déjà en zone de risque. Le coronavirus est encore inconnu, mais entraîne, sur cette situation risquée une crainte de risque économique. Je ne vois donc pas la bourse repartir de plus belle dans le court terme.
    En ayant vendu je me retrouve devant 2 possibilités:
    – soit ça remonte, ou ça se stabilise, et je réinvestis, en ayant peut être perdu 5 ou 10% le temps que je réagisse
    – Soit ça continue à descendre et j’attends, au moins un trimestre, en suivant les informations.

    Donc j’ai un risque de perdre 5 ou 10%, mais je suis protégé si ça baisse encore fortement, et je suis en position potentielle de rachats à bon compte. En plus, je ne m’inquiète pas pour mon portefeuille, ce qui est confortable actuellement.

    Cordialement

    1. Très bien vous êtes dehors. Maintenant il vous reste à timer votre retour. La hausse pourrait être aussi brutale que la baisse et vous auriez de bonnes chances de la manquer. Vous pourriez aussi interpréter un rebond temporaire comme un signal de reprise et investir avant une nouvelle chute. Bref, bonne chance à vous.

      1. François dit :

        Bonjour Boscavo
        Quand je lis votre « bonne chance à vous », je ne suis pas sûr de bien l’interpréter. S’il est bienveillant, je vous en remercie, mais j’ai quand même l’impression, peut être à tort, qu’il est ironique. Si c’est le cas, sachez que je ne cherchais pas à faire de la provocation dans ce blog.

        Dans les choix d’investissements en entreprise, on compare l’espérance de gain multiplié par sa probabilité, au risque de perte multiplié par sa probabilité. C’est très théorique, mais ça a du sens.
        Ici, l’espérance de gain est faible : même si tout revient à la normale, la bourse était déjà très chère. Le risque de perte est par contre élevé, et sa probabilité non négligeable : en début d’année le ratio Schiller était de 31, montant qui n’a été atteint que 2 fois (en 1929 et en 2000…) par rapport à une moyenne de 19 habituellement. Par ailleurs l’Italie peut plonger et entraîner avec elle l’Europe etc etc.

        Je voulais simplement dire (mal, je suppose), qu’à circonstances exceptionnelles, décisions exceptionnelles. J’ai encore le souvenir, à mes dépens, de la crise de l’an 2000. Je n’ai pas vendu, suivant les conseils habituels (on croyait avoir atteint un « cercle vertueux » avec l’arrivée des NTIC (Internet et autres) et je m’en suis mordu les doigts. Le CAC a perdu 50 % et a mis 20 ans pour retrouver le niveau d’avant la crise, et encore, avec l’aide des banques centrales.

        Alors, je considère qu’on n’est plus vraiment dans une situation d’équilibre stable, ce qui est le cas général et qui donne toute sa justification à la gestion passive, que je suis, habituellement. Je pense qu’on est dans uns situation d’équilibre instable exceptionnelle. De même qu’il est usuel de dire : « regardez le passé, mais ça ne présage pas de l’avenir » une théorie, qui a raison dans la plupart des cas, peut ne pas répondre à une situation exceptionnelle.

        Je ne peux qu’espérer que vous ayez raison : que ça remonte vite. Cela évitera pas mal de chômage, des conditions de vie difficiles et autres. Et sur le plan personnel, si je réinvestis avant que le CAC ne touche 5600, je serai encore gagnant… Mais si la chute se prolonge, je suis en grande partie assuré. D’où ma décision, que j’ai proposé dans ce blog, en espérant participer à la réflexion.

        PS: Merci à Franck pour votre conseil, que je pensais déjà appliquer: j’attend 2 ou 3 mois, j’observe ce qui se passe, et je reviens, régulièrement.

        1. Bonjour François,
          Avec mon message, je souhaitais juste mettre en évidence la difficulté à faire du market timing et le peu de chance que cette stratégie soit efficace sur le long terme. Il faut gagner à deux reprises. La première lorsqu’on fait le choix de sortir du marché. La seconde lorsqu’on y revient. Les points d’entrée et sortie sont bien difficiles à définir. Et les informations auxquelles vous faites référence dans votre premier message ne sont pas d’une grande aide pour faire un choix éclairé.
          Par contre vous dites que la liquidation de vos actifs vous permet de ne pas être inquiet au quotidien. Ca me parait tout à fait important et c’est sans doute le meilleur argument à la vente de votre portefeuille.
          Bonne continuation dans vos investissements.

    2. Bonjour François,

      Personnellement, il est impossible de dire qu’elle est la meilleure stratégie pour réentrer dans le marché.
      En effet les krach sont du la plupart du temps à des chocs exogènes indépendants du marché financier , ici coronavirus suivi de la décision géopolitique de la Russie de sortir des négociations de l’opep.
      Il se peut très bien que dans un trimestre ça remonte, vous investissez à ce moment là et un nouvel évènement exogène provoque à nouveau une chute de 10 ou 20 pour cent.
      Le mieux serait de réinvestir en réentrant progressivement sur le marché. Vous pouvez aussi investir en obligation en attendant

  21. Pour un investisseur LT qui suit une méthode DCA depuis plusieurs années, à quel moment peut/doit il profiter de la baisse pour faire des achats ponctuels en complément de son achat mensuel ? Jamais ? Quand ça a baissé de plus X% par rapport au plus haut ? Quand le cours est en dessous de son PRU ? Et pour quel % de son montant mensuel ?

    Y a t il de la littérature ou des études pour ce genre de cas ?

    Merci

    1. Oui question que je me pose aussi. J’ai pour ma part programmé un achat ponctuel au cas où la valeur du cours passe en dessous de mon PRU (j’ai encore un peu de marge). Merci de vos retours/suggestion.

    2. Diane Chhun dit :

      Moi aussi j’ai tendance à en racheter pour renforcer mes positions quand le cours est plus bas que mon pru mais je ne revends pas.
      Hâte de lire la réponse aussi .

      1. Pareil, j’ai tendance à freiner mes placements mensuels en ce moment en me disant que je pourrais rachetr plus bas dans 1 mois. Cela ne correspond pas à la méthode d’Edouard mais est-ce une erreur ?

      2. Bonjour Diane,

        Sur du LT, toutes les méthodes se valent, et votre renforcement régulier de vos positions dans un marché baissier devraient fonctionner si vous restez investis sur 5 ou 8 ans.
        Dans beaucoup de backtest que j’ai pu réalisé, je n’ai jamais constaté de bonne stratégie pour timer le marché qui soit statistiquement valable et meilleure qu’une autre.

  22. Pour un investisseur LT qui suit une méthode DCA depuis plusieurs années, à quel moment peut/doit il profiter de la baisse pour faire des achats ponctuels en complément de son achat mensuel ? Jamais ? Quand ça a baissé de plus X% par rapport au plus haut ? Quand le cours est en dessous de son PRU ?

    Et pour quel montant ? X% de son montant mensuel ?

    1. Cédric, c’est impossible à dire. Sinon, tout le monde attendrait ces fameux X% pour s’enrichir en bourse.
      Il est impossible de prédire les plus bas et même très vain.
      Pour vous en convaincre, je peux vous renvoyer vers le livre du mathématicien Mandelbrot sur son approche fractale des marchés boursiers.
      Le marché n’est pas efficient.
      Vous ne savez jamais (sauf après coup) si vous êtes entrés au plus bas et au plus haut d’un marché financier quel que soit le type d’actifs (or, actions, obligations, céréales etc.);
      La meilleure méthode serait d’investir à la date à laquelle vous avez programmé votre investissement régulier !

      1. Bonjour Franck,

        Je ne cherche pas à rentrer au plus bas (je sais que ce n’est pas possible) mais je cherche à savoir si c’est pertinent de surinvestir dans ces périodes ou si il faut se tenir strictement à son plan d’investissement mensuel comme les autres mois.

        Merci pour ton retour.

        1. Bonjour Cédric,
          L’idée n’est pas mauvaise en soi.

          Impossible à dire ça peut très bien marcher ou pas. On ne le saura malheureusement à postériori
          Ca dépend sur combien de temps vous pouvez surinvestir.
          En effet on ne sait pas pour le moment si la baisse va s’étaler sur un créneau de plusieurs semaines ou de plusieurs mois.
          Avec une strategie de surinvestissement si la durée de la baisse est courte vous aurez alors raison, si la période est longue àlors suivre son plan d’investissement sera plus que gagnant.

          Autre point à ne pas négliger : le coronavirus et le krach pétrolier viennent de mettre à genou la deutsche bank et des banques italiennes . On n’en parle pas mais il se peut que dans un mois ou 2 il y ait un nouveau mouvement de panique.
          Deuxièmement il y a un fort risque de krach immobilier en vue car une partie non négligeable de l’immobilier locatif est désormais destiné à de la location saisonnière via airbnb. Avec le coronavirus beaucoup de propriétaires se retrouvent avec des logements vides et auroent de grosse difficulté à payer leur crédit si l’épidémie déborde sur l’été.
          D’ailleurs le gouvernement italien réfléchit à la suspension temporaire des crédits immobiliers pendant quelques mois.

          À mon avis si le coronavirus dure la baisse risque de perdurer sur de longs mois.
          D’un point de vue personnel je serai en position wait and see car nous ne sommes peut être qu’au début de la tempête

    2. Très bonne question que je me suis déjà posée…
      Perso, je pense investir mensuellement lorsque je suis au-dessus de mon PRU et à l’invesre bi-mensuellement en-dessous de ce dernier, en mobilisant le supplément à partir du fond euros.
      N’oublions pas que les fonds euros se remplissent d’obligations à taux négatifs depuis quelques temps, donc quid de son rendement dans 1, 2 voire 5 ans ?!

      1. Bonjour Jojo,

        J’aime bien ton idée de salve bi mensuel si le cours est < à mon pru. C'est systématique comme règle et dans l'esprit du dca.
        Avec la baisse d'aujourd"ui, je viens de passer sous mon pru donc je vais envoyer une salve lundi matin (si toujours < à mon pru)

        Cdt,
        Cedric

      2. Bonjour Jojo

        L’idée est intéressante mais investir 2 fois au lieu d’une fois peut avoir l’inconvénient d’augmenter vos frais de courtage et vous faire perdre l’éventuel gain du double investissement dans certains cas, entre autres si le cours remonte entre temps

        1. Pour les frais de courtage, chez BD un ordre c’est moins d’1 euros pour 500e de titres achetés, donc si par exemple vous passez 1000e en 1 fois ou en 2 fois c’est le même prix.
          Le cours peut remonter et faire perdre le gain… mais il peut descendre également, comme actuellement.
          On ne saura jamais qd ça remontera

  23. Bonjour Édouard,

    J’en ai profité pour renforcer mes positions sur l’EWLD.

    Le volume des échanges était assez importants la semaine dernière, un vrai sapin de noel le carnet d’ordres.

    Ce qui est positif avec ce krach, c’est le fait de nous rappeler le fonctionnement de la bourse et l’importance de l’investissement régulier et long terme. (Méthode DCA).

    Bonne journée.

  24. Marc Antoine dit :

    Une seule ligne sur mon PEA, l’EWLD.
    J’accuse une perte de -16.9% à l’heure actuelle par rapport à mon PRU car mon PEA n’a que 3 mois j’ai donc acheté lorsque les actions étaient hautes. Pour autant cela ne m’affecte pas plus que ça, je suis même content que ce krash se produise maintenant c’est à dire au tout début de mon investissement en bourse car j’y vois une opportunité dès lors que les marchés reprendrons leurs esprits, et ça me permet de voir ma réaction face à des pertes réelles. Je dois dire que je suis content de moi sur ce point.
    Je n’ai pas l »intention de vendre mes titres, peu importe comment se comportera la bourse dans les jours à venir. Au contraire je continue d’acheter des titres comme je le fait tous les mois depuis l’ouverture de mon PEA car j’ai une vision long terme ce qui me permet de passer outre. Actuellement mon PEA seul représente 10% de mon patrimoine financier, et j’ai 15% également en actions via mon PEG ce qui représente 25% de mon patrimoine en action. Ma cible étant d’arriver à 35% d’actions je compte bien y parvenir en majorité avec mon PEA.
    Bonne soirée.
    Cordialement.