Labels ISR
Bonnes pratiques investissement

Investissement Socialement Responsable (ISR et ESG)

L’investissement Socialement Responsable (ISR) est une forme d’investissement qui privilégie l’investissement dans des produits financiers avec une valeur sociétale considérée comme positive. De plus en plus d’investisseurs professionnels et particuliers s’y intéressent. L’État favorise son adoption, notamment au travers de l’épargne en entreprise.

Les définitions de la finance responsable et les labels

La finance responsable

On peut parler d’investissement responsable ou de finance responsable

Qu’est-ce que la finance responsable ?

Pour bien comprendre, j’ai cherché dans le dictionnaire le mot responsable ! Le Robert donne plusieurs variantes de la définition :

(du latin responsum, supin de respondere → répondre)

  1. Qui doit rendre compte de sa politique. Gouvernement responsable devant le parlement.
  2. Qui doit réparer les dommages qu’il a causés.
  3. Qui doit répondre de ses actes ou de ceux d’autrui. Être responsable de qqn. Être tenu pour responsable de quelque chose. Qui est la cause volontaire et consciente (de qqch.), en porte la responsabilité. — nom fam. ➙ auteur, coupable. Qui est le responsable de cette plaisanterie ?
  4. Chargé de. Le ministre responsable de la justice.
  5. (D’après l’anglais) Qui mesure les conséquences de ses actes. ➙ raisonnable, réfléchi, sérieux.

Ce serait donc une finance qui se rendrait compte qu’elle a un impact, le prendrait en compte, chercherait à avoir un impact positif et en rendrait compte ?

L’investissement socialement responsable (ISR)

Et lorsque l’on y accole le mot socialement, on peut considérer que c’est une finance dont l’objectif est d’améliorer le sort de la société ! Vaste programme … Mais cela veut tout simplement dire que l’objectif d’un investissement financier n’est plus simplement le profit. Il y a des externalités aussi à gérer et à optimiser.

D’ailleurs vous n’êtes probablement pas sans savoir qu’il existe un débat pour savoir si l’objectif d’une entreprise doit uniquement être le profit. En France, depuis la loi Pacte de 2019, il existe même des entreprises à mission. Pour ces entreprises, les statuts donnent une finalité d’ordre social et/ou environnemental en plus de l’objectif économique.

Mais sans aller jusqu’à devenir une entreprise à mission, une société peut décider de travailler sur ce que l’on appelle la RSE, la responsabilité sociétale d’entreprise. Désormais, bon nombre d’entreprises ont des stratégies RSE. Théoriquement, toutes les entreprises françaises sans exception doivent « prendre en considération » les enjeux environnementaux et sociaux dans la gestion de leurs activités. Les entreprises cotées font du reporting extra financier RSE afin de rendre compte de leur plan en la matière. N’hésitez pas à aller télécharger ce document dans l’espace investisseur sur le site web de ces sociétés.

ISR et ESG, quelle différence ?

Il existe de nombreuses formes d’ISR. L’une d’elles est l’ESG (abréviation de Environnement, social et Gouvernance). Il s’agit de donner une note aux différentes entreprises sur les critères ESG et sélectionner les meilleures.

Prenons quelques critères possibles sur les différents pans de l’ESG :

  • Environnement : émissions de CO2, recyclage des déchets, etc.
  • Social : relations clients fournisseurs, non-discrimination, dialogue social, emploi de personnes handicapées, etc.
  • Gouvernance : transparence de la rémunération des dirigeants, droit des actionnaires, féminisation du conseil d’administration, etc.

C’est ce que l’on appelle aussi l’approche “Best In Class” : on choisit les meilleures sociétés, quel que soit le secteur.

Mais on peut aussi très bien choisir d’exclure certaines sociétés de secteurs controversés tels que le tabac, l’alcool ou les armes.

On peut aussi investir plus particulièrement des thèmes que l’on pourrait qualifier d’écologiques et durables : par exemple, les énergies renouvelables, l’eau, etc.

Enfin on peut se focaliser sur les entreprises à impact, c’est-à-dire celles qui cherchent à mesurer un impact social ou environnemental mesurable.

L’investissement responsable est encadré depuis 2005 par les principes des Nations Unies (connu sur l’acronyme « PRI »), dont l’objectif est d’augmenter le nombre d’investisseurs adoptant les grands principes de l’investissement responsable :

  1. Intégrer les critères ESG dans l’évaluation et la décision d’investissement
  2. Être des investisseurs actifs en matière d’ESG
  3. Contribuer à améliorer la transparence sur les enjeux ESG
  4. Promouvoir les principes du PRI
  5. Rendre plus efficace la mise en œuvre des principes
  6. Communiquer sur les progrès réalisés.

Il est tout à fait possible de mixer ces différentes formes d’investissement.

En Europe et dans le monde, il existe différentes approches, souvent liées à la culture locale. Par exemple en France, nous privilégions l’aspect social, en Suisse et en Allemagne l’Environnement, en Grande-Bretagne la Gouvernance, dans les pays scandinaves et aux États-Unis, les valeurs éthiques.

ISR et éthique

À partir du moment où l’on définit quelles entreprises ont un impact sociétal et environnemental positif, nous ne sommes pas si loin de définir ce qui est bien et est mal. Cela devient alors une question de croyance.

D’ailleurs, par exemple, il existe des fonds et ETF qui permettent d’investir en respectant les principes de l’Islam ou de la religion chrétienne.

ISR et finance verte ou finance durable

La finance verte cherche à faciliter la transition énergétique vers les énergies renouvelables. Il existe différents outils pour faire cela.

Lorsqu’il s’agit d’un investissement en actions, on se concentre sur des thèmes spécifiques : gestion de l’eau, bas carbone, énergies renouvelables, etc.

Il est aussi possible d’investir en obligations vertes (green bonds). Il s’agit alors d’émissions obligataires d’Etat ou d’Entreprises visant à favoriser la transition énergétique.

GreenFin Label, France Finance Verte

Le label Greenfin a été créé par le Ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer en 2015.Il est attribué aux fonds investissant dans l’économie verte et excluant les entreprises opérant dans le secteur nucléaire et les énergies fossiles. À ce jour, EY France, Novethic et Afnor certifications sont les organismes labellisateurs.

La finance solidaire

La finance solidaire consiste à investir dans des activités pas nécessairement rentables à court ou moyen terme, mais utiles socialement. Il existe des fonds d’investissement de ce type, mais aussi des livrets bancaires.

finansol, label de la finance solidaire

Le label Finansol permet de s’y retrouver un petit peu mieux dans la diversité des possibilités. Fin juillet 2020, 83 OPC avaient obtenu le label.

Les définitions officielles

Il n’existe pas de définition officielle. Cependant, les différents organismes ont donné une définition. Je partage celle de l’Association Française de la Gestion Financière (AFG)

L’ISR (Investissement Socialement Responsable) est un placement qui vise à concilier performance économique et impact social et environnemental en finançant les entreprises et les entités publiques qui contribuent au développement durable, quel que soit leur secteur d’activité. En influençant la gouvernance l’ISR favorise une économie responsable.

AFG

L’ISR est un placement qui vise à concilier performance économique et impact social et environnemental en finançant les entreprises qui contribuent au développement durable dans tous les secteurs d’activité.

Label ISR

L’investissement socialement responsable dans les sociétés de gestion

Les labels

Chaque société de gestion ou investisseur peut choisir la méthode qui lui convient le mieux pour conduire l’analyse extra financière des sociétés (en plus de l’évaluation financière). Mais ils peuvent aussi s’appuyer sur des labels.

Selon Novethic, en 2019, il existe 935 fonds labellisés et plus de 326 milliards d’euros d’encours en Europe. À la fin du premier trimestre, le label ISR occupe la première place en nombre de fonds, mais il est devancé par Towards Sustainability en volume d’encours.

Label ISR

Le Label ISR (précédemment appelé Novethic) a été créé en 2015 par le Ministère de l’Économie et des Finances. Fin 2019, il comptait 514 fonds labellisés pour un encours de 204 milliards d’euros, répartis dans 81 sociétés de gestion.

Les agences de notation extra financières

Il existe des agences de notation extra financières. Ce sont même parfois les mêmes qui évaluent les entreprises sur le plan financier. Par exemple Moodys a racheté le français Vigéo et Standard & Poors a racheté le Britannique Trucost.

Le vote en assemblée générale

Investir de façon responsable, c’est choisir d’investir dans des sociétés qui ont un impact social ou environnemental positif. Ce fléchage de l’épargne doit les favoriser. Elles auront accès à de l’argent à la fois plus abondant et moins cher afin de réaliser leurs projets. Au contraire, les mauvais élèves trouveront de moins en moins d’investisseurs (en actions et en obligations), et la société pourrait moins se développer et potentiellement être moins rentable.

Cependant, on peut aller plus loin. Pourquoi ne pas voter en assemblée générale des actionnaires pour les résolutions éco responsable ?

D’ailleurs, on peut se poser la question de savoir s’il vaut mieux voter responsable dans toutes les entreprises, ou investir dans les entreprises qui ont déjà fait le choix d’être des bons élèves !

Les grandes sociétés de gestion telles que Vanguard ou Blackrock (qui émet les trackers iShares) ont mis en place un vrai programme de fonds pour voter ESG aux assemblées. Tout cela est très documenté sur leur site web.

Le sujet du vote des actionnaires que l’on soit un investisseur actif ou passif est un sujet extrêmement important. 

Les Français et l’investissement responsable

Le marché de l’investissement responsable est en plein boom

Selon l’AFG (mai 2020), à fin 2019, l’encours des fonds d’investissement responsables en France est estimé à 1 861 milliards d’euros (+ 28 % par rapport à fin 2018), 29 % en ISR et 71 % dans d’autres approches liées aux thématiques du développement durable, dites « ESG » (critères environnementaux, sociaux, de gouvernance). Les encours des fonds ISR et ceux des ESG représentent respectivement près de 15 % et 36 % des encours globaux gérés en France.

Parmi les capitaux gérés de façon ISR, les fonds souscrits par les particuliers représentent environ 80 milliards d’euros (65 milliards en 2018), essentiellement via l’assurance-vie, les compte-titres et les PEA.

La société Novethic suit l’offre de fonds « durables » ouverts au public sur le marché français (ISR, éthique, durable, responsable, ODD, à impact. Elle évalue, å fin 2019, l’encours de ces fonds (704 fonds recensés) à 278 milliards d’euros. La moitié de cet encours est constituée par des fonds d’actions et 28 % de fonds monétaires. Enfin, 25 % des fonds durables sont des fonds thématiques.

L’enquête de l’AMF (Autorité des Marchés Financiers)

L’AMF a réalisé une étude sur la perception de la finance durable par les Français. On y apprend que ce sont surtout les jeunes qui sont intéressés par ce sujet.

Un français sur deux déclare prendre en compte les enjeux du développement durable dans ses choix d’épargne. Ils sont en revanche moins d’un quart à connaître les placements ISR, solidaires, ESG, durables ou verts.

55% des moins de 35 ans trouvent les placements responsables intéressants, contre 31% chez les 65 ans et plus.

Les plus jeunes se déclarent plus fréquemment être prêts à privilégier un placement responsable plutôt qu’un placement classique même s’il a un rendement moindre (52 % le refusent chez les 65 ans et plus, contre 33 % chez les 18-24 ans).

L’AMF montre aussi, dans une étude complémentaire, que globalement, l’investissement ISR est tout de même mal compris et surtout les termes comme gouvernance et analyse extra financière. Les Français sont en demande d’une information plus simple et plus transparente.

Vous pouvez retrouver l’étude ici sur le site de l’AMF.

Investir en ISR dans son assurance vie

La loi Pacte pousse les assureurs à proposer des fonds ISR dans leur assurance vie. On trouve donc des fonds ISR dans toutes les assurances vie. Cependant l’offre peut être très différente. Focalisons-nous sur les meilleures assurances vie sans frais d’entrée.

Les assurances vie en ligne : Linxea Avenir et Darjeeling de Placement-Direct.fr

Linxea Avenir est une excellente assurance vie, notamment grâce à ses frais contenus et son très bons fonds en euros Suravenir Opportunités (2,4% en 2019). Il est possible de filtrer les Unités de Comptes ISR. J’ai compté 152 unités de comptes ISR sur les 652 UC du contrat ! Mais les frais de gestions moyens sont de 1,6% par an. On pourra noter que 19 de ces fonds ISR sont obligataires, la grande majorité est donc des fonds investis en actions.

Aussi, 3 ETF sont classés ISR :

  • Lyxor Global Gender Equality
  • Lyxor Euro Corporate Bond
  • Lyxor Euro Corporate Bond Ex Financials

Sur l’autre excellente assurance vie, Darjeeling de Placement-Direct.fr, on peut trouver 218 fonds référencés ISR par Quantalys (frais annuels moyens de 1,86%).

Nalo : la gestion automatisée ETF et ISR

Nalo est un robo advisor, c’est-à-dire que votre épargne est en pilotage automatique. Ils ont une offre ISR qui a rencontré un grand succès. En effet, 40% des investisseurs chez Nalo ont choisi un portefeuille éco responsable.

Ils s’appuient en particulier sur les ETF suivants :

  • iShares MSCI Europe SRI
  • Lyxor MSCI EM ESG Trend Leaders
  • Lyxor MSCI World ESG Trend Leaders
  • Lyxor MSCI USA ESG Trend Leaders
  • iShares Global Clean Energy
  • Lyxor World Water
  • Lyxor Green Bond

N’hésitez pas vous renseigner sur ce robo advisor à travers ce lien, si l’investissement socialement responsable automatisé vous intéresse.

ISR et épargne entreprise

De nombreux fonds proposés dans le cadre de l’épargne salariale (PEE, PERCO, etc.) sont ISR voire solidaires.

Selon l’AFG, fin 2019, sur les 145 milliards des plans d’épargne salariale et des plans d’épargne retraite collective, 23 milliards sont en ISR et 10 milliards en solidaire.

Tous les PEE (Plan d’Épargne Entreprise) doivent intégrer au moins un fonds solidaire. Les fonds solidaires sont placés à hauteur de 5 % à 10 % dans les titres d’entreprises non cotées et agréées solidaires, c’est-à-dire dont l’activité favorise notamment l’insertion par l’emploi et le logement des personnes exclues, le développement d’activités écologiques.

D’ailleurs, si vous voulez en savoir plus sur les bonnes pratiques en épargne salariale vous pouvez vous référer à cet article.

Label CIES – Comité Intersyndical de l’Épargne Salariale

Il existe aussi un label dans le domaine de l’ISR d’épargne entreprise, c’est le CIES. Il est géré par les syndicats de salariés CFDT, CFE-CGC, CFTC et CGT.

Pour aller plus loin

L’ISR est en train de se développer à grands pas. Et c’est tant mieux, car les investisseurs tant institutionnels que particuliers sont nombreux à vouloir investir avec du sens. Ils cherchent à améliorer le monde dans lequel nous vivons.

L’offre est abondante, mais riche et difficile à comprendre. Et comme pour tout placement financier, il faut comprendre comment il fonctionne. Ce n’est pas seulement parce que les mots ISR ou ESG sont collés à un nom de fonds qu’il va correspondre à vos besoins.

Ce sujet étant à la fois très riche et très important, j’ai créé des modules spécifiques dans la formation Épargnant 3.0. Ces modules permettent de mieux sélectionner les fonds et ETF ISR, et traitent aussi, notamment, de la performance de l’investissement responsable.

Je vous souhaite le meilleur pour votre épargne et pour tout le reste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 Comments

  1. Complètement contradictoire ces labels sur l’environnement, on sait que les gaz à effet de serre est le danger environnemental numéro 1. Et ils excluent l’énergie nucléaire alors que c’est une énergie très peu émettrice de CO2… Mais par contre total a le label isr alors que la combustion de l’essence émet du CO2…
    On voit bien que ce ne sont pas des spécialistes du climat qui ont construit ces labels.

  2. Bonjour Edouard,

    Merci pour ce nouvel article.
    Ayant lu vos 2 livres, je sais que les termes ESG/ISR peuvent être des fourre-tout. Je fais partie des clients Nalo ayant un portefeuille ISR, qui resiste vraiment très bien en ces périodes de marché spéciales, mais je sais que l’engouement fait monter le prix de ces actifs et a pour conséquence de réduire la performance attendue.
    Je maintiens ce portefeuille ISR, et je verrai bien avec les années ce que ça donne !

    1. Bonjour David,

      Personne ne sachant à cet instant ce qui superformera dans le futur, un seul conseil, il vaut mieux maintenir ce portefeuille ISR et ne pas changer de stratégie en cours de route.
      Comme vous le soulignez, il y a un engouement pour ce type de produits, ça peut créer un biais haussier très important par rapport à d’autres portefeuilles d’ETF, qui sait ?
      En tout cas, en jouant sur du long terme, vous serez forcément gagnant ;-)

  3. Hummmm. L’ISR c’est devenu l’arlésienne de la bourse, c’est comme le commerce équitable qui n’a d’équitable que le nom.
    En tout cas je n’investis pas sur ce critère car j’ai l’impression que c’est une façon de vous vendre cher un produit que l’on pourrait avoir moins cher, tout en étant aussi écologique ;-)

    Édouard je suis en train de relire une 2ème fois votre livre pour revoir si je ne me suis pas écarté des principes de base. En tout cas j’ai été très serein avec mes etf pour affronter le krach boursier du covid.