Euro Stoxx 50
Blog gestion passive et ETF | ETF, Trackers, Indices

EURO STOXX 50 : UN INDICE BOURSIER À ÉVITER ?

L’Euro Stoxx 50 est un indice boursier majeur. C’est un petit peu l’équivalent du CAC 40 pour la zone euro. Cependant est-ce réellement une bonne idée d’investir dans un OPC qui suit cet indice ?

Qui publie l’Euro STOXX 50 ?

Les indices peuvent être gérés par des bourses (le CAC 40 est édité par Euronext, par exemple) ou des acteurs spécialisés. Parfois aussi, les bourses créent des acteurs spécialisés dans le domaine.

L’Euro Stoxx 50 est publié par STOXX, et c’est pour cela qu’ Eurostoxx s’écrie en deux mots. STOXX publie plus de 10 000 indices boursiers. L’entreprise créée par plusieurs bourses européennes (dont Euronext) et Dow Jones, en 1997 a publié son premier indice en 1998. Aujourd’hui STOXX fait partie de Qontigo, dans le groupe de Deutsche Börse (la bourse Allemande à Francfort).

Quels sont les composants de cet indice boursier ?

Un indice pour la zone Euro

Comme le CAC 40 suit les 40 plus grandes entreprises en France, l’Euro Stoxx 50 suit la performance des 50 plus grosses entreprises de la zone euro. Cependant, il y a quelques subtilités.

L’indice suit les entreprises de 11 pays de la zone euro. Or, il y a actuellement 19 pays dans la zone euro. Il exclut donc des “petits” pays tels que la Slovénie, la Lituanie ou la Grèce.

La méthode de calcul de la pondération des entreprises

Le poids de chaque entreprise dans l’indice est calculé en fonction de la capitalisation boursière flottante de l’entreprise et non de la capitalisation totale. La capitalisation boursière flottante correspond aux actions que l’on peut échanger en bourse. Par exemple, on ne peut échanger en bourse que 50 % des actions de LVMH, un des tout premiers constituants de cet indice. Les actions de la famille Arnault ne sont pas négociables en bourse. Le poids de LVMH dans l’indice est donc deux fois inférieur au poids total de l’entreprise. Ainsi, la capitalisation totale de l’indice est de 3200 milliards d’euros, mais seulement 2600 milliards de flottant.

C’est le cas de beaucoup d’indices boursiers. D’ailleurs, comme je le montre dans cet article, cela peut avoir un impact lorsque vous décidez de l’allocation géographique de vos investissements en actions.

Un composant ne peut pas dépasser 10 % de l’indice. Actuellement, le plus gros composant est SAP avec 5 % de l’indice. On est donc loin de cette limite. Cependant, il n’est pas impossible que dans le futur, un composant soit limité par son poids dans l’indice.

Les 10 plus grosses capitalisations de l’indice

La liste des sociétés intégrées dans l’Euro Stoxx 50 est revue annuellement. Les dix premières capitalisations de l’indice sont actuellement les suivantes :

  • SAP
  • Total
  • LVMH
  • ASML
  • Linde
  • Sanofi
  • Siemens
  • Allianz
  • Unilever
  • Airbus

Pour en savoir plus, allez sur le site de Stoxx

La page Euro Stoxx 50 de l’émetteur de l’indice donne des informations précises sur la composition actuelle et sur les méthodes de calcul. C’est un bon endroit si vous voulez approfondir ce sujet.

De manière générale, il est toujours important de lire les « factsheets » des indices, quand on investit dans un OPC (actif ou passif) qui se réfère à un indice.

Les inconvénients de l’indice boursier Euro Stoxx 50

Il ne suit que les très grandes entreprises

L’Euro Stoxx 50 est un indice suivant les très grandes entreprises, et non la bourse dans son ensemble. La capitalisation totale de l’indice ne capture que 60 % de la capitalisation totale de la zone euro. Selon la Banque Mondiale, il y a plus de 4600 sociétés cotées dans la zone euro, soit à peu près 100 fois plus que le nombre de constituants de l’Euro Stoxx 50.

Il n’a pas la même représentation géographique et sectorielle que la bourse dans son ensemble

La répartition géographique est celle des très grandes capitalisations et non celle de la bourse dans son ensemble. Par exemple, la France pèse 39 % de l’Euro Stoxx 50, mais uniquement 33 % des bourses de la zone euro (en comptant les moyennes et petites capitalisations). L’Italie pèse 4,7 % de l’indice Euro Stoxx 50, mais 8,5 % des bourses de la zone euro.

La répartition géographique est la suivante :

  • France : 39%
  • Allemagne : 33%
  • Pays-Bas : 11%
  • Espagne : 9%
  • Italie : 5%
  • Belgique : 2%
  • Autres : 1%

Le problème est du même ordre pour la répartition sectorielle. On a une répartition sectorielle liée aux très grandes entreprises et non à la bourse dans son ensemble.

Quels sont les indices alternatifs à l’Euro Stoxx 50 ?

Il existe des indices alternatifs pour investir dans la zone euro qui sont plus représentatifs des bourses européennes.

STOXX la société qui publie l’indice Euro Stoxx 50 publie aussi l’indice Euro Stoxx Total Market qui couvre 95 % de la capitalisation de la zone euro avec un peu plus de 600 sociétés. Il publie aussi le STOXX 600 Europe qui permet de couvrir 90 % de la capitalisation boursière de 17 pays européens (dont certains en dehors de la zone euro, tel que le Royaume-Uni).

MSCI publie des indices sur toutes les capitalisations sur la zone qu’il nomme EMU (European Monetary Union). À titre d’exemple, l’indice MSCI EMU IMI couvre les grandes, moyennes et petites capitalisations de la zone euro. Vous pouvez lire cet article du blog sur MSCI afin d’en savoir plus.

FTSE publie aussi le même type d’indice. Nous pouvons citer le FTSE developed Europe (600 constituants) ou FTSE Eurozone (300 constituants).

Quelle a été la performance de l’Euro Stoxx 50 ?

La performance depuis 1998 de l’Euro Stoxx 50 par rapport à d’autres indices

Regardons la performance et la volatilité de différents indices, afin de comparer l’Euro Stoxx 50. Les calculs sont faits de fin 1998 à fin 2019. Tous les calculs prennent en compte les dividendes en net return (impôt à la source déduit) et sont en euros.

  • Euro Stoxx 50 : 2,9 % par an avec une volatilité de l’ordre de 20 %
  • MSCI EMU : 3,7 % par an avec une volatilité de l’ordre de 17 %
  • MSCI EMU IMI : 3,9 % par an avec une volatilité de l’ordre de 17 %
  • MSCI USA : 6,2 % par an avec une volatilité de l’ordre de 15 %
  • MSCI World : 5,6 % par an avec une volatilité de l’ordre de 14 %

Quelle analyse ?

Les performances passées, surtout sur uniquement 21 ans, ne préjugent pas de performances futures, cependant nous pouvons observer certaines choses :

  1. L’Euro Stoxx 50 a eu une mauvaise performance par rapport aux petites capitalisations. En effet, l’indice EMU IMI qui comprend des capitalisations de toutes tailles (hors micro capitalisations) a eu une performance supérieure et un risque inférieur. Selon la théorie financière, il est normal qu’un investissement en petites capitalisations ait une meilleure performance qu’un investissement en grandes capitalisations.
  2. Les actions de la zone euro et en particulier celles de l’Euro Stoxx 50 ont eu une moins bonne performance que les actions américaines, et donc qu’un indice monde (qui comprend à peu près 50 % d’actions américaines). La théorie ne dit pas que les actions américaines doivent surperformer les actions européennes. Cela pourrait très bien être le contraire dans les 20 prochaines années.
  3. Les indices diversifiés que ce soit en nombre d’entreprises, en zone géographique (et même en monnaie) ont permis de très nettement réduire le risque (mesuré ici par la volatilité).

Comment investir sur l’Euro Stoxx 50 ?

Fonds actifs ou fonds passifs ?

Vous pouvez choisir d’investir directement dans les actions de l’indice Euro Stoxx 50 (notamment au sein de votre PEA), utiliser des fonds actifs ou encore des ETF (Exchange Traded Funds). J’ai comparé ces 3 solutions dans l’article Comment investir en bourse ?

Les ETF Euro STOXX 50

La solution la plus adéquate est probablement les ETF. Grâce au sélectionneur d’ETF Trackinsight, j’ai pu compter plus de 20 ETF disponibles en Europe pour suivre cet indice, avec un encours total de plus de 30 milliards d’euros.

  • Le Lyxor Euro Stoxx 50 a le plus gros encours avec plus de 5 milliards d’euros. Les frais sont de 0,2 %. Lyxor a récemment mis sur le marché un ETF Core sur l’Euro Stoxx 50, avec un encours bien inférieur, mais des frais de 0,07 % par an.
  • iShares gère un ETF Euro Stoxx 50 avec un encours de 4 milliards d’euros et des frais de 0,1 % par an. Il est coté (notamment) sur Euronext Amsterdam.
  • HSBC a un ETF Euro Stoxx 50 avec un encours supérieur à 100 millions d’euros, des frais de 0,05 % par an et coté à la bourse de Paris.
  • L’ETF Euro Stoxx 50 d’Amundi pèse plus de 2 milliards d’euros et a des frais de 0,15 % par an.
  • L’ETF de BNP Paribas a un encours de 360 millions d’euros et des frais de 0,18 % par an.

Sur les 5 dernières années, le tracker d’iShares a été le plus performant. Cela étant rappelons que ce n’est pas l’unique critère pour choisir un tracker.

Conclusion pour l’Épargnant 3.0 : un rapport performance sur risque non optimal

Pour être direct, investir dans l’Euro Stoxx 50 n’a pas été une bonne solution. Certes, la performance sur les 5 dernières années a été de 30%. On pourrait s’en contenter. Mais c’est moins bien que ce que l’on aurait pu faire :

  • La performance du Stoxx USA 50 a été de 100% et avec une volatilité (sans se couvrir du risque de change) légèrement inférieure à celle de l’Euro Stoxx 50.
  • La performance du Stoxx Europe Small 200 a été de 55% et avec une volatilité inférieure à celle de l’Euro Stoxx 50.

Que l’on regarde sur le moyen terme ou à plus long terme, la performance n’est pas exceptionnelle et investir dans des très grosses capitalisations n’a pas permis de contenir le risque.

Il me paraît donc sage de choisir dans la mesure du possible des indices boursiers plus larges et plus diversifiés. Pour en savoir plus sur les meilleures pratiques pour piloter son épargne grâce à gestion passive, n’hésitez pas à vous renseigner sur la formation on line Epargnant 3.0.

Sur ce, je vous souhaite le meilleur pour votre épargne et surtout pour tout le reste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

9 Comments

  1. Bonjour, c’est interessant de parler de l’EURO STOXX 50 car justement la banquepostale propose en ce moment ce qu’ils appellent des offres de produits structurés : capital versé garanti à, 80% ou 90% au bout de 8 ans si ça chute, investi sur l’euro stoxx 50….
    https://www.labanquepostale.fr/particulier/produits/epargne/placements_financiers/protection_capital.html

    est ce que ça rend l’euro stoxx 50 plus interessant ou non ? que penser d’une telle opportunité en cette période basse (qui justifie je suppose l’apparition de ces 2 offres)
    cordialement

  2. Bonjour Mr. Petit

    Après avoir lu votre livre, j’ai ouvert un PEA et décide de créer une portefeuille d’ETF’s avec:
    70% USA – BNP Paribas Easy S&P 500 UCITS EUR ACC / FR0011550185
    30% EUROPE – j’ai 3 options et chaque une presente un problème différent:

    1 – BNP Paribas Easy STOXX Europe 600 UCITS EUR ACC / FR0011550193
    2 – iShares Core MSCI EMU UCITS EUR ACC / IE00B53QG562
    3 – Lyxor Core EURO STOXX 300 UCITS EUR ACC / LU0908501058

    1 – Le premier est synthétique et j’ai dejá un ETF synthétique et en plus de BNP Paribas (je voudrais éviter d’avoir 100% de mon portefeuille chez le même emeteur)
    2 – Le deuxième, physique, est domicilié en Irlande (il y a un problème en terme de fiscalité? Je verrai mon rendement diminué à cause des impôts a payer en Irlande?)
    3 – Le troisième, physique, est domicilié au Luxembourg (ça pose aussi un problème de fiscalité?), il est aussi un peu plus chère et avec un petit encours.

    Je voudrais savoir votre avis sur lequel des 3 je doit choisir pour compléter mon portefeuille de seulement 2 ETF.
    Le but c’est d’avoir une stratégie passive a très long terme (15 ans), avec mensualités de 1000 euros.

    Merci beaucoup pour votre aide,
    Cordialement,
    Pedro,

  3. Bonjour à tous, Edouard

    Je souhaite compléter mon portefeuille que j’ai sur Bourse direct.
    Jusqu’à présent, ce n’était pas trop prolifique (+34euros).

    Du au changement de certains ETF Amundi, j’ai du retirer 3 de mes ETF (amundi emergents, sp500 et europe).

    Actuellement, il me reste plus que :

    – Amundi Russel 2000
    – Lyxor PEA Japan toxic

    Mon objectif est d’atteindre les 30-40%

    Quels ETF me conseilleriez-vous de rajouter mon portefeuille pour le booster ?????

    Merci d’avance

  4. super article,et tres instructif.merci pour cette analyse.

  5. Bonsoir,

    Merci pour ce bon article : bien étayé et bien clair, comme toujours. Bravo !

    J’aurai une question connexe à vous poser, SVP : je m’aperçois que j’ai dans mon PEA 3 ETF que je voulais diversifiés : un Lyxor Stoxx 600, un Lyxor monde et un Lyxor S&P 500. Je pense que vous voyez la question arriver : y a-t-il un risque (de concentration, de contrepartie, etc.) à n’avoir que du Lyxor ? Ou bien est-ce que le fait que mes 3 ETF suivent des indices décorrélés se suffit à lui-même ?

    Question subsidiaire : si je dois en vendre un des 3, je penche pour l’ETF monde. Sauriez-vous me dire où aller, pour reprendre un ETF monde dans le PEA qui serait cette fois non-Lyxor, SVP ?

    Merci de vos lumières et à bientôt,

    Alien

    1. Bonsoir,

      Question intéressante. J’écris pour me souvenir de lire l’éventuelle réponse.

      Merci.

      JS

    2. Bonsoir,
      à mon avis le risque d’avoir un seul émetteur n’est pas un risque de contrepartie, de faillite ou autre … mais qu’il arrête une certaine politique commerciale ou de produit. Donc pourquoi pas diversifier.
      Si vous refaites un portefeuille, effectivement laisser de côté l’ETF world pourrait faire sens car c’est probablement celui avec les frais le plus élevé.
      L’autre ETF Monde est celui d’Amundi (CW8)

      1. D’accord, je vois. Merci à nouveau !