Blog gestion passive et ETF | ETF, Trackers, Indices

SMALL CAPS : POURQUOI ET COMMENT INVESTIR DANS LES PETITES CAPITALISATIONS ?

Les small caps, c’est-à-dire les petites capitalisations ont eu, selon les chercheurs de la London Business School, depuis 1926 une performance annualisée de 12,1% par an, contre 9,7% pour les grandes capitalisations. (Vous noterez que ces performances incluent des crises boursières profondes telles que le Krach de 29).

Cela signifie que sur 20 ans d’un côté on multiplie son capital par 6, et de l’autre par 10 !

J’imagine que vous souhaitez naturellement avoir la meilleure performance possible. Moi aussi

Mais est-ce aussi simple que cela ? Et surtout comment faire ?

Qu’est-ce qu’une small cap ?

Une small cap est une petite entreprise

Small Caps est le terme américain pour désigner une petite capitalisation, ou encore une petite entreprise cotée en bourse. La taille de l’entreprise est alors mesurée par la valeur totale cotée en bourse, c’est-à-dire le prix d’une action multipliée par le nombre d’actions.

La classification des émetteurs d’indice internationaux

Les grands émetteurs d’indices internationaux tels que MSCI ou FTSE Russell classent les entreprises en fonction de la capitalisation boursière de la manière suivante :

  • Les grandes entreprises, ou “larges caps” en anglais, pèsent 70% de la capitalisation de l’ensemble des entreprises cotées d’un pays
  • Les entreprises de taille moyenne, ou “mid caps” en anglais, pèsent 15% de la capitalisation de l’ensemble des entreprises cotées d’un pays
  • Les entreprises de petite taille moyenne, ou “small caps” en anglais, pèsent 15% de la capitalisation de l’ensemble des entreprises cotées d’un pays

Lorsque dans un indice on n’indique pas la taille des entreprises, il s’agit d’un indice “Standard” qui regroupe les grandes entreprises et les entreprises de taille moyenn.

Il existe aussi des entreprises encore plus petites que les small caps, ce sont les micros caps. Il y a même les nano caps, qui sont encore plus petits. Mais, même prises dans leur ensemble, elles ne pèsent pratiquement rien par rapport à la capitalisation totale de la bourse.

Quelle est la taille des petites capitalisations ?

Étant donné que cette classification est faite par pays, la taille d’une petite société aux États-Unis est différente de celle d’une petite capitalisation en France :

  • Aux États-Unis, la capitalisation médiane des small cap est de 1,2 milliard de dollars (50% des small caps ont une capitalisation boursière supérieure à 1,2 milliard de dollars et 50% ont une capitalisation boursière inférieure)
  • En France, la capitalisation médiane des small cap est de 0,5 milliard de dollars. Les petites capitalisations françaises sont deux fois plus petites que les petites capitalisations américaines.

En France, l’indice MSCI Standard suit 79 entreprises et l’indice Small Cap suit 81 entreprises. Si l’on somme les deux, on obtient l’indice IMI (Investable Market), donc avec 160 entreprises en France.

Comme il existe pratiquement 1000 sociétés cotées à la bourse de Paris Euronext. On voit qu’il existe de très nombreuses toutes petites sociétés.

D’ailleurs, de très nombreuses sociétés éligibles au PEA-PME ne font pas partie de l’indice France Small Cap. Je parle du PEA-PME dans cet article.

Les petites capitalisations ont eu une excellente performance sur le long terme

La performance sur le long terme dans le monde

Je suis remonté aussi loin que possible avec les indices MSCI en utilisant un investissement dans l’ensemble des pays développés. Cela fait débuter l’analyse en l’an 2000, ce qui n’est pas très favorable. L’investissement en actions a souvent été plus performant. En effet, l’indice MSCI World a eu une performance de 4,6% sur cette période, contre pratiquement 10% par an si l’on regarde depuis 1970.

À noter par ailleurs que j’ai mis les performances, mais aussi un indicateur de risque, la volatilité. Mais nous allons en reparler plus tard.

On voit clairement que les petites capitalisations ont été plus performantes que les capitalisations de taille moyenne, elles-mêmes plus performantes que les grandes capitalisations. Et ce malgré le succès depuis une dizaine d’années de mastodontes de la cote que sont Amazon, Apple ou Microsoft.

Si vous voulez en savoir plus sur les indices MSCI, cet article est fait pour vous.

La performance en France

Regardons ce que cela a donné en France depuis 2000.

  • Grandes capitalisations : 3% / an
  • Capitalisations de taille moyenne : 5,6% / an
  • Petites capitalisations : 7,9% / an
Performance des small caps en France

Mais aussi un risque plus grand

Sachez aussi que des chercheurs ont regardé sur le beaucoup plus long terme, et notamment depuis 1900 et dans de nombreux pays. Les petites capitalisations ont effectivement eu une certaine tendance à surperformer.

Quand on voit tous ces chiffres, on a naturellement très envie d’investir en petite capitalisation, voire de mettre tout son portefeuille d’actions en petites capitalisations. Mais attention ! Si les petites capitalisations sont plus performantes, ce n’est pas juste pour faire plaisir aux investisseurs aguerris, qui auraient la connaissance d’un secret bien gardé du grand public ! C’est parce que les petites capitalisations sont plus risquées que les grandes capitalisations.

Si on prend individuellement une petite entreprise, il est clair qu’elle est plus sujette aux évolutions de l’économie, qu’elle est moins diversifiée internationalement, qu’elle a moins de chances de se faire sauver par l’Etat si elle risque de faire faillite, etc. Je pense qu’il paraît clair qu’un investissement dans Coca-Cola ou Microsoft est moins risqué que dans une PME locale.

Si on les prend en groupes, on voit que la volatilité (le fait d’avoir des hauts et des bas tous les mois) d’un investissement même très diversifié dans des petites capitalisations (l’indice MSCI World Small Caps suit plus de 4000 entreprises dans 23 pays) est nettement supérieure à un investissement dans des grandes capitalisations.

Aussi si l’on regarde un investissement purement français, l’indice des petites capitalisations françaises a perdu 27% en 2018 contre “seulement” 8% pour l’indice standard (grandes capitalisations et capitalisations moyennes). Regardez le graphique au-dessus.

Le débat sur la performance des petites capitalisations

Sachez qu’il existe un certain nombre de débats sur les Small Caps :

  • Premièrement, ce n’est pas parce que les Small Caps ont été plus performantes par le passé que cela devrait continuer.
  • Deuxièmement, selon la façon dont on compte les petites capitalisations produirait des performantes plus ou moins bonnes.
  • Troisièmement, il peut être opportun d’investir dans les Small Caps, mais il est surtout intéressant de choisir les actions les plus intéressantes au sein de cet univers.

Ce sont des sujets qui méritent réflexion. Je les ai notamment approfondis dans mon livre créer et piloter un Portefeuille d’ETF.

L’intérêt de la diversification dans les small caps

Au-delà de ces débats, il faut bien savoir que les petites capitalisations peuvent sous-performer les grandes capitalisations, tout en ayant un risque plus élevé. Et cela peut durer de nombreuses années de suite !

Mais au-delà de la performance, l’épargnant avisé a intérêt à s’intéresser aux small caps, car elles peuvent être (légèrement) décorrélées des autres grandes capitalisations.

Comment acheter des small caps ? Achat en direct, OPCVM classiques ou ETF ?

L’investissement en direct dans les actions

L’investissement en direct en actions est souvent compliqué et cela demande du temps. Cela étant, comme je le disais dans un précédent article, l’investissement dans les petites ou micro capitalisations peut être intéressant.

En effet, comme les professionnels gèrent des très grosses sommes d’argent, ils vont moins ou pas sur les petites capitalisations. On se retrouve donc “contre” d’autres investisseurs particuliers.

Et autant on n’a pas beaucoup de chances contre Goldman Sachs sur les grandes capitalisations américaines, autant on peut peut-être arriver à faire quelque chose en se battant contre d’autres investisseurs particuliers.

Il y a de nombreuses méthodes, mais ma préférée, car je pense malgré tout la plus accessible, est l’investissement quantitatif. Je donne des pistes sur ce sujet dans mon livre et dans cet article du blog.

Les fonds classiques

Les OPCVM classiques en small caps n’ont pas eu des performances excellentes par rapport au marché des petites capitalisations

On entend parfois que l’univers des petites capitalisations est adapté au fonds actif. En effet, les petites capitalisations étant un marché moins efficient que les grandes capitalisations, ils pourraient tirer leur épingle du jeu.

Ce n’est tout de même pas complètement vrai.

La performance des fonds actifs small caps aux Etats-Unis

Je partage avec vous le pourcentage de fonds actifs battus par leur indice de référence aux États-Unis (Étude SPIVA fin 2018), sur des périodes roulantes de 3 ans

SPIVA Small Cap 2018

Vous pouvez voir que les fonds en petites capitalisations n’ont pas vraiment mieux performé que les indices petites capitalisations. Le taux est proche de 100% et cela ne va pas en s’améliorant. 

Sur une période de 15 ans, seuls 7% des fonds actifs petites capitalisations américaines ont eu une meilleure performance que leur indice de référence !

Les fonds actifs n’ont pas de mauvaises performances uniquement sur le S&P 500 ou sur le Dow Jones.

La performance des fonds actifs in en Europe

La France serait-elle une exception ?

Pour l’Europe et la France, on peut utiliser une étude de Lyxor. Seulement 18% des fonds en petites capitalisations européennes ont battu leur indice de référence sur 10 ans.

Il n’est pas facile de faire mieux que le CAC 40 lorsque l’on investit dans les grandes capitalisations, mais c’est le même sujet sur le petites capitalisations.

Des pistes pour identifier les fonds performants … à l’avenir

Je n’ai naturellement pas dit qu’aucune fonds small caps ne pouvait battre un ETF, mais ils sont plutôt rares et il n’est pas facile de les identifier à l’avance. Dans tous les cas, regarder la performance passée me semble largement insuffisant. Il faut réellement comprendre comment le gérant fonctionne et avoir un avis critique sur sa stratégie. Pas évident …

Les ETF (Exchange Traded Funds) Small Caps

Si l’on veut se tourner vers la performance et la simplicité, il est donc naturel de s’orienter vers les ETF (aussi appelés trackers).

Le cas du PEA (Plan d’Épargne en Actions)

Dans le cadre du PEA, il n’existe malheureusement pas d’ETF suivant un indice très large small cap tel que les MSCI World Small Caps. Il faut donc se tourner vers des indices géographiques.

Sur l’Europe on a notamment les ETF suivants :

  • Lyxor MSCI EMU Small Caps
  • Amundi Euro STOXX Small Cap
  • BNP Paribas Easy MSCI Europe Small Cap ex Controversial Weapons
  • SPDR MSCI Europe Small Cap Value Weighted

Je trouve l’ETF de BNP Paribas intéressant notamment parce qu’il a un encours correct autour de 100 millions d’euros, et des frais aussi corrects de 0,25% par an.

Pour ceux qui maîtrisent l’ “art” du smart bêta, le tracker de SPDR est réellement intéressant. Mais attention il n’est pas coté sur Euronext et pas nécessairement éligible au PEA du point de vue de votre courtier.

Cependant, il faut garder à l’esprit que les petites capitalisations européennes représentent une part minuscule de la capitalisation boursière mondiale et donc probablement aussi de votre portefeuille financier.

Pour les petites capitalisations américaines, on a un seul tracker :

  • Amundi Russell 2000

Le cas de l’assurance vie

Chaque assurance vie propose une liste différente d’ETF. Voyons ce que cela donne sur une des meilleures assurances vie du marché : Linxea Avenir.

Cette assurance vie donne accès à 81 ETF. On trouvera :

  • Lyxor MSCI EMU Small Cap (DR.) UCITS ETF Dist
  • Amundi Index Solutions – Amundi Russell 2000 ETF-C EUR

J’ai réalisé un comparatif des meilleures assurances vie, n’hésitez pas à jeter un œil si ce sujet vous intéresse … et il devrait vous intéresser.

Le cas du CTO (Compte Titre ordinaire)

Le CTO permet d’investir sur tous les ETF cotés en Europe, et surtout ceux sur Euronext (Paris et Amsterdam)

  • Amundi Index Solutions – Amundi Russell 2000 ETF-C EUR
  • Lyxor MSCI EMU Small Cap (DR.) UCITS ETF Dist
  • Lyxor Russell 2000 UCITS ETF C-USD
  • Amundi Russell 2000 UCITS ETF – EUR ©
  • SPDR Russell 2000 US Small Cap UCITS ETF
  • SPDR MSCI Europe Small Cap UCITS ETF
  • MSCI Emerging Markets Small Cap UCITS ETF
  • UBS ETF (LU) MSCI EMU Small Cap UCITS ETF (EUR) A-dis
  • Lyxor MSCI EMU Small Cap UCITS ETF D-EUR
  • SPDR® Russell 2000 U.S. Small Cap UCITS ETF (AC)

Malheureusement, les ETF d’iShares sur les petites capitalisations ne sont pas cotés sur Euronext. Vanguard ne propose pas d’ETF Small Cap en Europe.

En conclusion : faut-il investir dans les small caps ?

Les petites entreprises prises dans leur ensemble ne sont pas si risquées

Les petites capitalisations ont eu une excellente performance historique dans la plupart des pays. Cette performance va avec un plus grand risque. Cela étant ce plus grand risque est surtout élevé lorsque l’on prend ces actions individuellement ou en petit nombre. Par exemple, l’indice des petites capitalisations mondiales a baissé comme les grandes capitalisations de 40% en 2008.

Mais le fait qu’il soit possible ainsi de réduire le risque va dans le sens d’une probable moindre surperformance des petites capitalisations à l’avenir.

Les ETF : le moyen le plus simple et le plus performant de s’exposer aux petites capitalisations

Avec les ETF on peut diversifier facilement et à faible coût dans de nombreux pays et en investissant dans de très nombreuses entreprises.

C’est vrai qu’il n’est pas si évident que cela d’avoir un portefeuille de petites réellement diversifié avec l’offre de trackers que l’on a aujourd’hui. Mais l’offre des ETF est vouée à se développer.

Il est tout de même possible de faire des choses intéressantes, car pour rappel, les petites capitalisations américaines pèsent pour plus de la moitié de la capitalisation mondiale en petites capitalisations.

Les plus audacieux et connaisseurs pourront se tourner vers les ETF Smart Beta

Sur ce, je vous souhaite le meilleur pour votre épargne et surtout pour tout le reste …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

23 Commentaires

  1. Bonjour Edouard,
    Merci pour votre article.
    En regardant de plus près les indices que je suis sur mon portefeuille je me suis rendu compte d’un « détail » qui me fait douter sur mon allocation. Je couvre la partie Europe avec 2 etf suivant les indices EuroStoxx 600 et MSCI Europe Small Cap.
    A priori cela me permet de couvrir un spectre très large du marché européen, cependant j’ai remarqué que le constituant plus grand du MSCI pèse 7,5 Mds alors que le constituant plus petit du Stoxx600 pèse 1,5 Mds.
    En suivant ces deux indices il y aurait toute une partie de Small-Mid Caps qui seraient surpondérés car représentés sur les deux indices. A votre avis, est-ce que cela peut faire dévier mon portefeuille d’une façon significative ?

  2. Bonjour,

    Merci pour votre article. Je suis étudiante en Master 2 spécialité ”Gestion des risques financiers” et je travaille sur un sujet de mémoire portant sur les petites capitalisations françaises. J’ai récupéré les cours boursiers des indices CacSmall 90, CacMid 100 et Cac4O mais je n’ai pas eu la même évolution que vous dans votre graphique. Chez mois c’est les moyennes entreprises qui surperforment. Pourriez vous me donner plus de détails sur les indices que vous avez choisi, svp ?

    Merci d’avance de votre réponse.

    1. Bonjour Nariné,
      j’utilise plutôt MSCI en général.
      Mais c’est vrai qu’en france les Mid on souvent très bien performé.

      1. Bonjour Edouard,
        Merci beaucoup pour votre réponse.

  3. Bonjour Édouard,

    Ou est-ce qu’on peut trouver la description et la composition de l’indice MSCI Europe Small Cap ex Controversial Weapons ?

    Je ne l’ai pas trouvé sur le site MSCI.

    Je pense passer dessus en lieu et place de MMS.

    Merci

    1. Bonjour Benjamin,
      Non c’est un indice de niche, mais il n’y a pas énormément de différence entre le ex Controversial Weapons et le classique. Regardez sur le World par exemple.

      1. Benjamin dit :

        Merci beaucoup pour votre retour. Effectivement, c’est plus plus simple de trouver de l’information sur MSCI EUROPE SMALL CAP INDEX (EUR). Il semble plus diversifié (1004 sociétés) comparé à EMU small cap (459 sociétés).
        Du coup, je pense partir sur un mix ETF SP500 (35 %) ; ETF Emergent (25%) et ETF EUROPE SMALL CAP ex cont; celui de BNP (40%) pour la partie ETF de mon portefeuille.

  4. Bonjour Edouard,
    Sujet passionnant que vous abordez là.
    Je suis activement à la recherche d’un ETF pour les US small caps en CTO.
    J’ai actuellement du AMUNDI RUSSELL 2000 UCITS ETF (RS2K) en portefeuille. Si je devais faire de nouveaux apports je prendrai LYXOR RUSSEL 2000 UCITS ETF. Mais j’hésite à renforcer car je n’aime pas trop l’indice Russel 2000, dont on suppose qu’il pourrait être victime d’arbitrages lors d’entrée/sortie de nouvelles sociétés.

    Ne peut-on vraiment rien faire de mieux que SP500+Russell 2000 (quitte à faire du smart beta sur les small) ?
    C’est quand même fou qu’on ait pas plus de choix que cela. Les US small caps doivent avoir une capitalisation supérieure à celle de la France !

    1. Bonjour Black. Oui pas beaucoup de choix. Mais je crois que les problèmes d’arbitrage sur le RS2K ont été résolu il y a quelques années. A vérifier …

      On est pas nombreux à savoir que la Cali des small américaines est supérieure à celle du CAC 40. J’aurais du le mettre dans l’article. C’est une comparaison super intéressante.

  5. Benjamin dit :

    Bonjour Édouard,

    Superbe article.

    Pour du long terme et en apports réguliers, pourquoi ne pas investir uniquement sur les smalls si elles surperforment depuis toujours ?

    Merci

    1. Bonjour Benjamin,
      Pour plusieurs raison :
      – On est pas du tout sûr que cela continue comme cela, il faut donc diversifier
      – Le marché a évalué que le bon niveau de diversification est de 15%
      – Si c’était si simple tout le monde investirait à 100% en small caps, ce qui n’est pas le cas

  6. Quel article complet et bien documenté ! 2018 a été une année catastrophique pour les small caps européennes : pensez-vous que c’est le bon moment de se renforcer et qu’on va vers un nouveau cycle haussier ?

  7. Bonjour Edouard, merci pour ce nouvel article encore une fois très intéressant. Est-ce que les Small caps ont une place quand on ne peut investir que 500 à 700 euros par trimestre en ETF, soit 50 à 70 potentiellement sur les small caps. Est-ce que les frais de courtage ne sont pas rédhibitoires, même dans une démarche long terme ?

    1. Bonjour Jeremy,
      les petites capitalisations ne sont pas indispensables mais utiles. Effectivement, pas indispensable pour un investissement de 50 euros par trimestre. Même en passant par un broker bon marché (tel que Binck ou Bourse Direct) cela va se faire ressentir.

  8. Bonjour, je suis en train de réfléchir à une stratégie d’investissement mensuel sur plusieurs ETF, dont un ETF small US (RUSSELL 2000) et un Small Cap Europe (SPDR MSCI Europe Small Cap UCITS ETF ou BNP Paribas Easy MSCI Europe Small Cap ex Controversial Weapons). Ces 3 ETF ont cependant des cours supérieurs à 200€ ce qui n’est pas adapté à ma stratégie en dollar cost averaging, connaissez-vous d’autres alternatives?
    Il est dommage de ne pas avoir d’ETF basés sur l’indice MSCI World Small Cap Index et éligibles au PEA.

  9. Encore une fois, merci Edouard de votre article on ne peut plus complet et intéressant.

    D’une part, celui-ci me conforte, je m’étais également arrêté sur cet ETF SC BNPP pour mon PEA.

    Je trouve toutefois que dans un PF à 4/5 ETF, dont classiquement deux en small caps (US et EUR), pour un maximum de 15% du PF, le rebalancing n’est pas si évident, il y a tout de même des années à très grande volatilité où les sc n’apportent pas un grand bénéfice, tout dépend de l’horizon de placement.

    Et comme le dit Gilbert plus haut, l’intérêt serait peut être de développer une gamme dédiée en PEA PME, très très pauvre en offres que ce soit en ETF comme en fonds, il est dommage que les émetteurs ne s’y intéressent pas davantage.

  10. Bonjour,

    Pourquoi pensez-vous que basculer de l’etf de lyxor à celui de BNP n’est pas intéressant ? J’ai l’impression qu’il est moins cher, plus diversifié? Vous pensez qu’à long terme, l’indice isr sous-performe l’indice small cap ému?

    Merci

    1. Non, l’indice est pratiquement identique … je suis juste très lazy ;)
      Est-ce que la différence de performance sur le long terme vaut le coup par rapport au coût sur le court terme (coût du broker, + spread) ? Peut-être oui, probablement même.
      D’ailleurs étonnamment Trackinsight m’indique une tracking difference positive (+1% sur 3 ans) pour le BNPP et négative (-0,75% sur 3 ans) pour le Lyxor
      Aussi le BNPP est capitalisant (l’ETF de Lyxor est distribuant)

      Donc à la réflexion probablement une bonne idée, mais tout de même pas absolument indispensable et …

  11. Bonjour Edouard,

    Quid du PEA PME pour y loger des trackers small caps?

    Merci

  12. Bonjour Édouard,

    Merci pour votre article. J’ai lu votre deuxième livre qui parlait plus de l’etf de Lyxor (MMS) qui investit en zone euro donc UK, suisse exclue. Je n’avais pas vu l’etf de BNP ex controversial weapons. Pensez-vous que c’est intéressant de basculer sur l’etf de BNP qui investit sur toute la zone Europe je crois, qui est isr, et a moins de frais de gestion? Y a t’il un risque de voir l’etf de BNP delisté du pea suite au brexit?

    Merci

    1. Bonjour,
      L’ETF de BNPP semble vraiment pas mal, mais … de là à basculer, ce n’est pas sûr
      Comme c’est un ETF à réplication indirecte il est peu probable qu’il soit délisté du PEA