Blog gestion passive et ETF | ETF, Trackers, Indices

INDICES MSCI : COMMENT S’Y RETROUVER ? (ACWI, EMERGING MARKETS, EMU…)

Tout investisseur doit avoir une excellente connaissance des indices. MSCI est un des leaders de la création et la gestion d’indices, depuis sa création en 1969. De très nombreux fonds actifs se comparent aux indices de MSCI et la plupart des ETF (Exchange Traded Fund) suivent les indices de MSCI. Ainsi, lors que l’on choisit un fonds actif, et a fortiori un ETF, il est indispensable d’avoir une connaissance approfondie de l’indice (j’explique dans cet article comment choisir un ETF).

Cependant les grands fournisseurs d’indices émettent des milliers d’indice, et MSCI ne fait pas exception. Comment s’y retrouver ?

Il existe de très nombreux indices, mais les trois classifications principales sont la taille de l’entreprise qu’ils suivent, le niveau de développement du pays, et la zone géographique. Si vous désirez avoir des informations sur les fonctionnement des indices au delà de ceux de MSCI, n’hésitez pas à vous référer à cet article du blog.

La classification MSCI en fonction de la taille de l’entreprise

La taille d’une entreprise est mesurée par la capitalisation boursière

La taille est mesurée par la capitalisation boursière, c’est à dire le prix de l’entreprise en bourse (et d’autres indicateurs que pourraient être le chiffre d’affaires ou le nombre d’employés)

Les indices « standard » de MSCI prennent en compte les actions de grandes (« large cap ») et moyenne taille (« mid cap »). Lorsqu’il n’y a pas de précision sur l’indice, il s’agit de l’indice standard.

Ils sont construits de telle manière à ce que la capitalisation boursière de ces actions totalise 85% de la capitalisation de la bourse en question.

Après, les entreprises « standard », il y a les petites entreprises (« small cap »). Les « standard » et « small » composent l’indice « IMI » (Investable Market Index).

En dessous encore, il y a ce que l’on appelle les « micro caps ». Elles pèsent 1% de la capitalisation boursière.

L’exemple de l’indice MSCI France

Prenons l’exemple de la France :

  • Le MSCI France, qui correspond aux « large » et aux « mids », contient 74 entreprises. La capitalisation est de 1,15 milliard d’euros. C’est donc un indice plus diversifié que le CAC 40 qui contient 40 entreprises et pèse 900 millions d’euros.
  • Le MSCI France « Small Cap » contient 92 entreprises. La plus petite capitalisation est de 94 millions d’euros. Vous allez y trouver des entreprises telles que Téléperformance, Rubis ou Faurecia.
  • Le MSCI France « Micro Cap » contient 211 sociétés. La plus petite a une capitalisation de seulement 2 millions € ! Vous allez y trouver des sociétés telles que Soitec ou Thermador groupe.

Comme le classement se fait en fonction d’un pourcentage de la capitalisation boursière, il en résulte que la capitalisation des small caps aux États-Unis est beaucoup plus élevée que celle des small caps en Europe. La capitalisation médiane des small en France est de 450 millions € contre 1 milliard $ aux États-Unis.

La classification MSCI en fonction du niveau de développement

2 grandes régions (pays développés et pays émergents) et une micro région (pays frontière)

Revenons aux zones géographiques. MSCI divise le monde en plusieurs catégories :

  • Le monde développé (MSCI World), qui contient 23 pays, dont Hong Kong et Singapour.
  • Les pays émergents (MSCI Emerging Markets), au nombre de 24 aussi. La Russie, la Grèce, la Corée du Sud et l’Afrique du Sud en font partie.
  • Les pays « fontière » (MSCI Frontier Markets), au nombre de 23. On y trouve notamment l’Argentine, le Liban et le Bangladesh.
MSCI : la classification des pays

Les pays développés représentent 90% de la capitalisation mondiale selon MSCI

La zone des pays développés compte pour 90% de la capitalisation mondiale, les émergents 10% et les frontières 0,2%. Ces répartitions évoluent en fonction de la valorisation des bourses mondiales.

Par ailleurs, l’indice MSCI ACWI (All Country World Index) comprend à la fois les pays développés et les pays émergents. Cet indice suit les actions de plus de 2700 entreprises, réparties dans 47 pays. L’indice ACWI IMI suit lui plus de 8500 entreprises. On peut considérer que ce dernier indice correspond à la capitalisation mondiale totale.

Le résultat en croisant la taille des entreprises et les zones géographique est le suivant :

On s’aperçoit notamment que :

  • l’indice MSCI World représente déjà plus de 75% du marché mondial total.
  • les petites capitalisation de la zone euro ne représentent que 1%.
  • le Japon représente tout de même pratiquement 10% de la capitalisation mondiale, alors qu’il est souvent exclu des portefeuilles d’ETF que j’ai pu observer.

L’exemple du MSCI Emerging Markets

Définition d’un pays développé ou émergent

L’indice suivant les pays émergents s’appelle le MSCI Emerging Markets. Un pays est considéré par MSCI comme développé ou émergent en fonction de trois critères :

  1. du développement économique
  2. la liquidité des valeurs cotées en bourse (le fait que les institutionnels puissent en acheter facilement),
  3. l’accessibilité du marché boursier (il peut y avoir des pays qui restreignent l’accès à la bourse pour les investisseurs internationaux).

Par exemple, la Corée du Sud a un développement économique très important, cependant le pays ne remplit pas les autres critères pour être classé comme pays développé. La Corée du Sud est donc dans l’indice Emerging Markets de MSCI (contrairement à la classification de l’autre grand émetteur d’indice, FTSE Russell).

Constitution du MSCI Emerging Markets

L’indice MSCI Emerging Markets suit 1125 actions dans 24 pays émergents. L’indice est composé à 32% d’actions chinoises, 14% d’actions coréennes, 12 % d’actions taïwanaises, etc. Le secteur le plus représenté est le secteur financier (à 25%), suivi du secteur des technologies de l’information (15%). Aussi les 3 plus grandes capitalisations de cet indice sont : Tencent, Alibaba et Samsung.

Un découpage possible par zone géographique

Naturellement, MSCI a aussi des indices par continents ou par autres regroupements géographiques : Amérique du Nord, Europe, Union Économique européenne, Pacifique, etc. Par exemple, l’indice MSCI EMU (European Monetary Union) couvre 10 pays de l’Union Monétaire Européenne, avec pratiquement 300 grandes et moyennes capitalisation. Mais on peut naturellement croiser : on a le MSCI EMU Small Cap, qui suit les petites capitalisations de l’Union Monétaire Européenne. Ces petites entreprises sont au nombre de 500. Lorsque l’on analyse ces indices MSCI EMU on se rend vite compte qu’il n’y a bien sûr pas le Royaume-Uni, que la France pèse 35% de l’indice, suivit par l’Allemagne avec 27% (oui le poids boursier de l’Allemagne est inférieur à celui de la France).

De nombreux ETF (Exhange Traded Fund) suivent les indices MSCI

Il existe des trackers sur beaucoup de ces indices, mais pas sur tous. Ainsi, on trouve des ETF suivant les capitalisations standards, les petites (mais pas au niveau France), mais pas les micro caps.

Il n’y a pas de trackers ACWI éligible au PEA, mais il y en a sur le CTO (Lyxor, iShares, etc.). Il y a même un tracker de SPDR qui suit le ACWI IMI (frais de gestion de 0,4% par an). Avec ce tracker vous investissez en une fois dans plus de 8500 entreprises dans le monde entier !

Vanguard a aussi un tracker du même type (frais de 0,25%). Mais il suit lui un indice de FTSE, le FTSE All World. Il est composé de 3000 entreprises, il est donc un peu plus large que le MSCI ACWI, qui compte 2500 entreprises, mais moins que le ACWI IMI.

Pour mieux comprendre les indices boursiers, il faut aller regarder dans ce que l’on appelle la factsheet de l’indice, comme je le décris dans cet article du blog. Aussi sachez, que dans ma formation en ligne, je fais un focus particulier sur les indices, car il faut absolument bien comprendre comment ils fonctionnent pour pouvoir investir en ETF.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

15 Comments

  1. Bonjoue Mr Petit,
    Je viens de terminer votre livre « Créer…. » fort instructif, complet et très bien détaillé sur le pourquoi du comment.
    Pour éviter un déséquilibre lié à des erreurs d’assemblages, pour éviter des complications de gestion sur le rééquilibrage et l’investissement progressif et pour diversifier au maximum mon épargne, je souhaitais faire ceci :
    Pour la partie action (50% action et 50% fonds euros linxea), prendre 3 ETF World (même %) avec des spécificités différentes (émergeant / REIT / small cap ou même PIB / BETA si il le faut…..)
    Le tout avec une réplication physique au travers un CTO (choix du CTO dans mon cas : trop long à expliquer….).
    Cela permettra en plus de mixer par la même occasion les sociétés de gestion et les indices.
    Pensez-vous que cela est judicieux ou bien à bannir?
    Si cette hypothèse est judicieuse, parmi la jungle des ETF, avec vous à votre connaissance 3 ETF world complémentaires à réplication physique avec des encours suffisant, des coûts modérés, disponible sur « boursedirect » sur euronext paris, amsterdam…. à me soumettre?
    Je vous remercie par avance de votre réponse et votre disponibilité.
    Cordialement

    1. Bonjour,
      Oui la diversification a du bon. Vous pouvez partir sur les gamme Core d’iShares et Lyxor, qui sont vraiment peu chères.

      1. Et bien sur la page http://www.lyxoretf.fr/fr/retail/produits/etf-actions/lyxor-msci-emerging-markets-ucits-etf-capi/eur dans l’onglet « Composition » je lis :
        France 59.54%
        Japon 16.62%
        Allemagne 7.54%
        Espagne 4.58%
        Mais je constate que sur la fiche technique, on a les bonnes valeurs. Pas bien pratique…

        Et sur https://bourse.boursorama.com/bourse/trackers/cours/composition/1rTLEM/ onglet « Composition » je lis :
        Chine 29,43%
        Corée du Sud 15,33%
        Taiwan 11,27%
        Inde 8,77%

        Désolé pour le dérangement.

  2. Bonjour,

    N’y a-t-il pas une erreur dans le second tableau ?
    WORLD : 52 + 11 + 8 + 6 + 14 = 91 %
    EMERGING: 12 %
    Total = 103 %

    A moins d’avoir mal interprété le tableau, j’imagine que le « autres » ne serait que de 11% en fait … Et non 14.

    Merci d’avance
    Florent

    1. Bonsoir,
      Vous avez raison, merci pour la lecture attentive. J’avais trituré un peu les choses et finalement, j’ai fait une erreur :
      – US : 52% (ok)
      – UK : 6% (ok)
      – Japon : 8% (ok)
      – Emerging : 12% (ok)
      – EMU : 11% (ok)
      => Autre = 11%
      Ah je me souviens, je pense que j’ai basé autre sur le world (et non le all world). Je ne sais pas pourquoi.
      Il faudrait que je retrouve le fichier source de l’image maintenant …

      1. Merci beaucoup pour votre confirmation.
        Du coup nous avons 88% de World + 12% d’emergent pour les mid-large cap… Soit 75% de la capitalisation mondiale.
        Ce qui signifie que l’indice MSCI World represente plus que les 2/3 annonces dans vos remarques, mais bien plutot 75% !

        Je construis en fait mon portefeuilles de trackers apres avoir lu votre dernier livre (super d’ailleurs…!!!) pour essayer de coller au mieux au marche mondial.

        Je pars sur 3 trackers:

        Monde (75% de la capitalisation mondiale comme mentionne d’apres ci-dessus)
        Emergents (12% la capitalisation mondiale)
        Small caps US (7%)

        Soit un portefeuilles qui represente 94% du monde, en 3 trackers.
        Suis-je bien correct ?
        Comme vous le mentionnez si souvent, il faut faire simple !

        J’ai omis le tracker small EU pour 2 raisons:
        1) ce n’est qu’1% de la capitalisation mondiale
        2) le tracker coute 300 euros ++ ce qui complique le bon equilibre de l’allocation cible. Car tres vite ce tracker representera une part importante du portefeuilles…

        Merci encore pour tout !

        Bien a vous
        Florent

        1. Correction pour la 3eme phrase:

          Merci beaucoup pour votre confirmation.
          Du coup nous avons 88% de World + 12% d’emergent pour les mid-large cap… Soit 85% de la capitalisation mondiale.
          Ce qui signifie que l’indice MSCI World represente plus que les 2/3 annonces dans vos remarques, mais bien plutot 75% (88% des 85%) !

          Je construis en fait mon portefeuilles de trackers apres avoir lu votre dernier livre (super d’ailleurs…!!!) pour essayer de coller au mieux au marche mondial.

          Je pars sur 3 trackers:

          Monde (75% de la capitalisation mondiale comme mentionne d’apres ci-dessus)
          Emergents (12% la capitalisation mondiale)
          Small caps US (7%)

          Soit un portefeuilles qui represente 94% du monde, en 3 trackers.
          Suis-je bien correct ?
          Comme vous le mentionnez si souvent, il faut faire simple !

          J’ai omis le tracker small EU pour 2 raisons:
          1) ce n’est qu’1% de la capitalisation mondiale
          2) le tracker coute 300 euros ++ ce qui complique le bon equilibre de l’allocation cible. Car tres vite ce tracker representera une part importante du portefeuilles…

          Merci encore pour tout !

          Bien a vous
          Florent

        2. Vous avez raison, je ne sais pas où j’avais la tête lorsque j’ai écrit cet article. Je me souviens que j’avais trouvé le chiffre de 66% très bas, et ça m’est sorti de la tête…

          Votre allocation est très bien avec juste 3 ETF. Mais en fait les 12% de l’emerging c’est par rapport à l’ACWI et pas l’ACWI IMI. Il faut donc plutôt compter 10% donc. Vous arrivez tout de même à 92%. C’est pas mal !

          Un ETF small EMU n’est pas indispensable, mais ce n’est pas une façon absurde de s’exposer aux smalls.

  3. Bonjour,
    C’est vraiment dur de comparer et de choisir le bon tracker MSCI !
    Je comprends qu’il faut privilegier l’encours et l’indice suivi, mais également les frais.

    Je souhaite un ETF non distribuant car je suis dans une phase de capitalisation.

    Privilégieriez-vous un ETF World en Dollars avec des frais faibles (0.20%) et un gros encours ou bien un ETF World en Euros mais avec des frais un peu plus élevés (0.38%) ?
    On perd forcément un petit peu avec la conversion Dollar vers Euro, mais quelle est vraiment la différence ?
    Mais du coup, pas évident pour en trouver un qui rentre également dans un PEA …

    Merci beaucoup pour votre aide.

  4. Bonjour,
    le tracker SPDR qui suit le MSCI ACWI IMI, IE00B44Z5B48, a un TER de 0.5% et non 0.4% comme vous semblez l’indiquer. Cela le rend peu compétitif. Je l’envisageais comme one-stop shop dans mon CTO mais il vaut mieux reconstituer l’indice en additionnant des trackers moins chers.

    1. Edouard Petit dit :

      Bonjour,

      ce n’est pas ce que je lis sur le site de SPDR SPDR® MSCI ACWI IMI UCITS ETF (ni sur morningstar).
      Mais de toutes les façons, oui il est souvent moins cher de reconstruire un tracker world plutôt que de prendre un unique tracker world. Mais ça fait multiplier les ETF (potentiellement beaucoup même); c’est donc moins pratique.
      Mais les deux approches sont valables.

      Par ailleurs, faîtes attention à la fiscalité du CTO et surtout au traitement des ETF. Je viens d’écrire un article dessus. Je trouve cela assez « dangereux » dans de nombreux cas.

      1. Bonjour,
        désolé, j’ai raconté n’importe quoi. D’abord, le SPDR qui suit MSCI ACWI IMI est bien IE00B3YLTY66, que vous avez cité, et non IE00B44Z5B48 qui ne suit que MSCI ACWI (bien moins intéressant à mon avis car on perd l’aspect one-stop shop).
        Dans les deux cas, j’avais regardé les TER sur etf360 qui ment en parlant de 0.5% ! Le site de l’émetteur mentionne bien 0.4%. Moralité on ne peut pas faire confiance à toutes les sources… et à 0.4% ça n’est pas forcément intéressant de s’embêter à recréer l’indice (à mon avis). Ça fait effectivement beaucoup de lignes.

        Je dois effectivement finir de réfléchir à la fiscalité entre CTO et AV … je commenterai votre récent article après avoir repris quelques calculs. Vous soulevez des points intéressants.