Blog gestion passive et ETF | ETF, Trackers, Indices | Retraite

SE CRÉER UNE RENTE AVEC DES TRACKERS (ETF)

Le livre et la méthode décrite sur ce blog se focalise principalement sur l’augmentation de son capital. Mais in fine un capital est là pour être transmis ou dépensé. Les trackers peuvent aussi être utilisés pour se créer une rente. C’est d’ailleurs une des raisons que j’ai donnée pour choisir un portefeuille d’ETF plutôt que de s’appuyer sur un unique ETF Monde.

Le niveau de dividende des indices

Les dividendes et le rendement sur une période récente : pas très élevés

Une façon assez intuitive de se créer cette rente est d’utiliser les dividendes issus des actions inclues dans le portefeuille de trackers. Fin 2017, par exemple, avec 100 000 € dans le CAC 40 vous auriez touché 4 800 € de dividendes. Le SP 500 lui a délivré un dividende de 2% du montant du capital et le MSCI World 2,4% (comme je l’explique dans cet article, pour connaître les dividendes d’un indice il faut rechercher la factsheet de l’indice). Pour rappel, le fonds bons fonds en euros rapportent dans les 2,5% par an (mais restent une excellente solution).

Il y a tout de même une petite subtilité : les dividendes issus de sociétés non basées en France subissent une imposition à la source. Le montant est différent en fonction du pays d’origine. Il s’élève tout de même parfois à 30% du montant du dividende. L’épargnant en tracker (hors France) reçoit un dividende net (net return) et non un dividende brut (gross return).

Si on regarde à plus long terme, les rendements sur dividendes ont été très significatifs

Mais regardons ce que cela veut dire sur le long terme. Prenons les données de Robert Schiller pour les Etats-Unis. Le graphique montre le taux de distribution du dividende et le taux de rendement des emprunts américains à 10 ans. Le dividende moyen depuis 1871 a été supérieur à 4%. Ce n’est pas rien. Cependant, on voit que les emprunts d’Etat ont finalement aussi un rendement assez conséquent (naturellement, pour avoir une vue réellement précise, il faudrait retirer l’inflation, mais restons simples dans cet article).

EtatsUnis : dividendes depuis 1870

Quel dividende pour les ETF ?

Les ETF peuvent capitaliser ou distribuer les dividendes

Quand vous investissez dans un ETF vous profitez toujours des dividendes, cependant il existe 2 types d’ETF :

  • Les ETF qui reversent tous les ans ou tous les trimestres des dividendes, c’est ce que l’on appelle les ETF distribuants
  • Les ETF qui réinvestissent les dividendes tout de suite, c’est à dire qui rachètent des actions grâce à des dividendes. Ce sont les ETF capitalisants.

La performance de ces deux types d’ETF sont identiques (à la fiscalité près, nous allons voir cela dans la suite de l’article).

Les dividendes, des actions, et donc des ETF peuvent être très variables

Il faut tout de même faire attention, car ces dividendes peuvent être assez variables. Plaçons nous donc complètement dans la réalité avec le tracker iShares Monde. Il a l’avantage de donner des dividendes trimestriels (cet ETF est éligible au Compte Titre Ordinaire mais pas au PEA). Le graphique ci-dessous montre les flux (en $) suite à un investissement d’à peu près 100 000 $ (iShares fournit des statistiques en $ mais si vous l’achetez sur Euronext le tracker cotera en €). On voit que cela bouge pas mal d’un trimestre à l’autre, mais que la tendance est globalement haussière.

ETF Monde : dividendes

Aux Etats-Unis, les dividendes ont augmenté en valeur (net d’inflation) de 1,3% par an depuis 1871. C’est une excellente performance. Sur le long terme, vos dividendes vont probablement augmenter d’année en année, mais encore une fois avec des variations.

Les ETF à gros dividendes ?

Les ETF dividendes chez iShares

Par ailleurs, je parle de trackers très classiques mais il existe certains trackers qui sont plus orientés dividendes que d’autres. Par exemple, pour les identifier chez iShares il suffit d’aller sur leur site web et de les classer par dividendes. Je présente ici le rendement des dividende des ETF d’iShares fin 2017. Cela peut laisser rêveur :

iShares à dividendes

Les ETF dividendes chez les autres émetteurs tels que Lyxor, Vanguard ou Amundi

Naturellement, iShares n’est pas le seul à proposer des ETF à fort dividende. A titre d’exemple, Vanguard propose un ETF investissant dans les entreprises du monde entier (pays développés et pays émergents) versant un dividende important. Il suit l’indice FTSE All-World High Dividend Yield Index. L’indice a un taux sur dividende de 3,7%, alors que l’indice classique a un taux de rendement des dividendes de 2,4%.

Chez Lyxor, on peut trouver le Lyxor STOXX Europe Select Dividend 30 (éligible au PEA et avec un encours de 150 millions d’euros) dont voici les caractérisques selont l’émetteur :

Le LYXOR STOXX EUROPE SELECT DIVIDEND 30 UCITS ETF est un ETF conforme à la directive OPCVM qui cherche à reproduire la performance de l’indice de référence STOXX Europe Select Dividends 30 Net Return.
L’indice STOXX® Europe Select Dividends 30 Net Return est consituté de 30 valeurs sélectionnées par Stoxx dans l’univers des 600 valeurs européennes de l’indice DJ Stoxx 600. Choisies parmi celles qui ont connu une croissance non négative de leur dividende par action sur 5 ans, les 30 sociétés retenues sont celles qui offrent les taux de dividende net les plus élevés de leur pays. La pondération des différentes valeurs dans l’indice s’effectue selon les taux de dividende respectifs. En conséquence le taux de dividende de l’indice est particulièrement élevé.

L’émetteur de l’indice annonce un dividende de 4,2%, alors que l’indice Stoxx 600, investissant dans les 600 entreprises européennes, a un rendement sur dividende de 3,1%. Cependant, il faut prendre en compte que l’indice Dividend 30 est largement plus concentré (ce qui est une forme de risque) que le Stoxx 600. Les 30 entreprises du Select 30 pèsent 1000 milliards d’euros contre 10 000 milliards pour celles du Stoxx 600.

Amundi propose notamment l’ETF AMUNDI ETF MSCI EMU HIGH DIVIDEND, mais son encours n’est pas très élevé. L’indice est censé délivrer (sans prendre en compte l’impôt à la source) 4,76%.

Il existe différentes stratégies de dividendes : les hauts dividendes et/ou les dividendes croissants

Les trackers dividendes sont de différentes natures et les stratégies qu’ils suivent ne sont pas identiques. Par exemple, certains suivent les entreprises à hauts dividendes et d’autres les entreprises à dividendes pérennes (ou en tout cas censé persister, car cela reste, malgré tout difficile à prévoir). Je pense que ce sont toutes les deux des stratégies acceptables, mais non optimales. En effet, en plus d’être soit peu diversifiées soit peu optimales fiscalement, elles n’ont pas été « validées » scientifiquement. Je leur préfère des stratégies qui s’appuient sur des « facteurs » validés et en particulier le value.

Cela étant il est tout à fait possible de construire un portefeuille performant et distribuant des dividendes. Cela est même rassurant pour certaines personnes, car ils voient le cours de bourse largement osciller mais leur revenus passifs progressivement augmenter. Ce n’est clairement pas une stratégie à écarter.

ETF à dividendes et fiscalité de la rente

Mais qu’en est-il de la fiscalité ?

La fiscalité des ETF à dividendes dans le cadre du PEA (Plan d’Epargne en Actions) et de l’assurance vie, c’est à dire dans les enveloppes capitalisantes

Dans le cadre du PEA, les dividendes distribués ou capitalisés sont traités de la même façon. Au bout de 5 ans vous n’avez plus d’impôt, mais seulement les prélèvements sociaux.

La dernière loi énomique / fiscale appellée PACTE a même encore assoupli le PEA. Au bout de 5 ans, vous pouvez prélever des sommes dans votre PEA sans avoir à le fermer. Vous pourrez même faire de nouveaux apports sur le PEA.

Dans le cadre d’un PEA choisir des ETF distribuant des dividendes plutôt que des ETF capitalisants n’est d’aucune utilité, en tout cas tant que l’on accumule du patrimoine. Cela peut être utile si l’on compte faire des retraits progessifs afin d’avoir une rente issue de ses ETF.

Dans le cadre de l’assurance vie, les dividendes sont traités exactement de la même façon que les gains en capitaux.

La fiscalité des ETF à dividendes dans le du CTO (Compte Titre Ordinaire)

Dans le cadre du CTO, jusqu’à maintenant l’abattement pour durée de détention rendait plus attractive les gains en capitaux plutôt que les dividendes. En effet, au bout de 2 ans de durée de détention l’imposition sur vos gains est diminuée de 50% (hors prélèvements sociaux), au bout de 8 ans c’est 65%. Le dividende n’avait le droit qu’à un abattement de 40%.

Mais avec la nouvelle fiscalité décidée fin 2017, les gains en capitaux et les dividendes sont assujetis de la même manière à la flat tax de 30%. Cependant, comme je le montre dans cet article, il est plus intéressant de capitaliser (donc de choisir des ETF capitalisant), car les dividendes sont taxés l’année en cours alors que les dividendes capitalisés dans l’ETF ne sont taxés que in fine. L’économie d’impôt différé, grâce au jeu des intérêts composés, produit plus de bénéfices. Prenons l’exemple d’un ETF avec un dividende de 10% dont le cours des actions sous-jacentes ne varient pas. L’ETF capitalisant fait croître de 1,1 puissance 10 soit être multiplié par 2,6. Avec une flat tax de 30%, on arrive à une multiplication nette d’impôt par 2,12. Avec l’ETF distribuant vos gains vont être imposés chaque année, et la performance sera de (1*0,7+1) puissance 10, soit une multiplication par 1,97. Pour l’épargnant l’ETF capitalisant lui aura fourni une performance annualisée de 7,8% et l’ETF distribuant de 7%. Evidemment c’est un cas extrême, car le rendement sur dividende est bien inférieur à 10% dans la réalité. L’écart entre les stratégies sera donc moins important. Cela étant, il me semble que c’est un élément à prendre en compte.

Les dividendes ne sont pas nécessairement la façon la plus optimale de se créer une rente

Au final, on peut très bien choisir d’avoir des trackers capitalisant et vendre une partie de ses trackers mensuellement pour se créer sa rente. C’est la meilleure solution pour la phase de capitalisation. Pour la phase de rente, elle est largement acceptable voir légèrement meilleure.

Dans mon livre Créer et piloter un portefeuille d’ETF, j’apporte un regard plus détaillé sur les ETF à dividendes et la gestion d’une rente grâce aux ETF. J’explique aussi dans la e-formation comment calculer le niveau de patrimoine qu’il faut atteindre afin de se créer une rente sûr sur le long terme (j’ai même réalisé une démonstration de ces outils afin que ce soit le plus clair possible). En effet, il faut savoir que vendre une partie de son capital est nettement plus performant et rentable que de s’appuyer sur les dividendes. Cependant, on ne peut retirer l’aspect psychologique positif des dividendes. Il faut regarder les avantages et les inconvénients des différentes solutions.

Sur ce je vous souhaite le meilleur pour votre épargne … et surtout pour tout le reste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

54 Comments

  1. Bonjour
    Comment concrètement peut on visualiser les dividendes perçus sur un fond qui fonctionne par capitalisation.
    Car pour un fond distribuant , nous avons l’information du nombre de parts supplémentaire « gagnées » .

    Merci de votre retour

  2. Bonjour,

    Tout d’abord félicitation pour vos articles.

    j’ai bien compris qu’un ETF distribuant verse les dividendes sur le compte en euro tandis qu’un ETF capitalisant réinvesti les dividendes. par contre je n’arrive pas a comprendre comment est-ce possible ?
    je m’explique, si a tire d’exemple je dispose d’un ETF avec un prix d’achat de 300€ et qu’il me genere 10% (30€) de dividendes, comment les 30€ peuvent être reinvestis sachant que leurs valeurs est inferieurs a celles du prix d’achat ?

    1. Bonjour; l’ETF reçoit les dividendes des entreprises et rachète des actions automatiquement (comme le ferait un particulier par exemple)

  3. Intéressant ! Existe t-il des ETFs capitalisant sur des obligations d’états long termes ? Merci

  4. JULIAN ALCARAZ dit :

    Bonjour Edouard,
    Merci pour tous vos conseils, j’ai 25 ans et je suis très content d’être tombé sur vos articles et livres.
    J’ai récemment souscrit à l’AV Darjeeling, et ils ne proposent pas de ETF capitalisants pour les indices MSCI World (FR0010315770) et S&P 500 (LU0496786574). La base pour me créer un PF diversifié géographiquement.
    Si j’ai bien compris, vous dites que les dividendes vont sur le fonds en euros. Cela voudrait-il dire que cela n’aura pas tellement d’impact, car je pourrai effectuer un rééquilibrage manuel (dividendes de l’ETF versés sur le fond en euros -> réinvestissent ETF) sans avoir des frais ?

  5. François dit :

    Bonjour Edouard,
    Excellent article comme tjs…
    Vous dites plus haut que les etf versent systématiquement des dividendes… en fait pas tjs. J’avais investi en assurance vie (boursorama) dans l’ETF ishares core MSCI world pour ses faibles frais et son énorme encours. Voulant connaître le montant du dividende versé, je me suis rendu sur le site Blackrock et là surprise ! Pas de versement de dividendes… Ce qui d’un coup en a fait perdre tout son intérêt…
    Question, est-ce le seul etf de ce genre ou y en a t’il d’autres qui nous réservent ce genre de mauvaise surprise ?

    1. Pourquoi est-ce une mauvaise surprise? Personnellement je préfère les ETFs qui ne versent pas de dividendes. Ce n’est pas comme si les dividendes étaient perdus. Ils sont simplement réinvestis dans l’ETF immédiatement. Ils y a en gros 2 types d’ETF: ceux qui versent des dividendes (‘distributive’ en anglais) et ceux qui les ré-investissent immédiatement. Tout dépend de votre but: est-ce que vous voulez une rente (donc des dividendes) ou est-ce que vous voulez augmenter votre capital investi dans l’ETF?

      1. François dit :

        Merci Anthony. Je comprends mieux… le fait de voir qu’il n’y avait pas de distribution m’a fait croire qu’il n’y avait pas non plus de capitalisation
        Subtilité qui n’est d’ailleurs pas précisée…
        Merci de m’avoir éclairé

      1. François dit :

        Blackrock ne précise pas cette subtilité
        Merci Edouard

  6. Bonjour,
    Merci pour votre travail, cependant une question.
    Lorsque l’on compare par exemple l’ETF AIS CAC 40 UCITS ETF DR EUR Cap (LU1681046931) avec l’ETF AIS CAC 40 UCITS ETF DR EUR Dis (LU1681047079), l’un est capitalisant, tandis que l’autre est distribuant et pourtant leur rentabilité est exactement la même et la valeur des parts également.

    Cela veut-il dire qu’en capitalisation, de nouvelles parts d’ETF nous sont attribuées sous forme de scrip dividende au lieu du dividende en numéraire ?

    Cordialement.

  7. Bonjour,

    est-ce que c’est possible non seulement créer une rente mais avoir un versement des dividendes automatique dans le comte bancaire, comme c’est le cas avec la pension de retraite?

    Je ne veux vraiment pas devoir m’occuper chaque mois de vendre des actions ou de faire des retraits. Chez les courtiers anglais on peut acheter des actions, ETFs ou SICAV et faire une fois pour tout la commande de verser le revenue mensuel dans un compte bancaire….

    Mes amis me poussent vers les SCPI mais je ne veux vraiment pas etre investi 100% dans l’immobilier, et en plus les couts d’entrée sont épouvantables

    1. Bonjour, on peut convertir un PEA en rentes dans certaines conditions, et les bonnes assurances vie proposent des retraits programmés.

  8. Bonjour,
    Je suis ravi de voir que des etf capitalisent et d’autres distribuent des dividendes, pourtant les etf suivant :
    AIS CAC 40 UCITS ETF DR EUR CAP – LU1681046931 et
    AIS CAC 40 UCITS ETF DR EUR DIS – LU1681047079
    n’ont pas le même cours, l’un distribue et l’autre capitalise mais leur performance est STRICTEMENT la même sur 6 mois, 1 an , 3 ans, 5 ans
    donc, pas de chance, j’ai celui qui capitalise sur mon Assurance vie, bien sûr pas de versement sur le compte euro
    puisqu’il capitalise.
    C’est quoi cette entourloupe où sont passé mes dividendes puisque la perf est rigoureusement la même?

    1. Bonjour Daniel, il n’y a pas d’entourloupe, les cours dévient (voir le graphique ci-dessous), mais la performance dividendes compris est identique
      ETF CAC 40 capitalisant et distribuant

      1. JUNG Daniel dit :

        Merci Edouard
        Vos courbes sont explicites
        J’ai pigé la performance annoncée même pour ceux qui distribuent, n’est pas seulement la variation du cours
        du fonds, mais elle inclut aussi les dividendes
        Bonne journée

  9. Bonjour, j’aurais 150 K€ de liquidités (suite à succession) dont je ne sais comment les gérer… Enveloppe PEA ouverte depuis + de 5 ans mais primo l’irrationalité des marchés boursiers me rebute, deuxio les gestionnaires d’OPCVM ne me semblent que très rarement créateurs de valeur. Je commence à me renseigner sur des ETF distribuants (ayant déjà investi sur des OPCVM de type Capitalisation des div, mon impression reste que la variation des cours a tendance à perdre l’interet des dividendes perçus par le fonds). Me conseilleriez vous des ETF distribuants sur mon PEA pour les 2-3-4-5 années à venir?

  10. Jean-Paul dit :

    Bonjour Edouard,

    Je voudrai partager une information concernant le paragraphe « La fiscalité des ETF à dividendes dans le cadre du PEA … » de votre article.
    Depuis l’entrée en vigueur de la loi PACTE en mai dernier, concernant les nouveaux PEA détenus depuis au moins 5 ans, il sera possible non seulement de faire des prélèvements partiels mais aussi de continuer à faire des versements dans la limite du plafond autorisé de 150 000 €.
    Au terme de 5 ans de détention, ces changements ont comme avantages:
    – si besoin de liquidités en étant bien sûr dans une période favorable, pouvoir faire un retrait partiel sans bloquer les versements futurs,
    – 3 années gagnées pour dégager une rente,
    – continuer à bénéficier des dividendes versés par des ETF distribuants.

    Je vous laisse apprécier si ces nouveautés doivent être ajoutées à vos explications.

    Comme l’internet raconte tout mais souvent n’importe quoi, je précise que mes affirmations viennent du site « https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F2385 »

    bien cordialement,
    Jean-Paul

    1. Bonjour Jean-Paul,
      merci pour votre retour, c’est tout à fait vrai.
      J’ai prévu de faire un article dédié sur cette réforme, et j’ai mis à jour cet article.
      Bien à vous
      Edouard

  11. alexandre dit :

    Bonjour, si j’ai bien compris sur une assurance vie type linxea prendre un tracker qu’il soit capitalisant ou distribuant n’a aucun impact??

    Merci d’avance

    1. Les dividendes vont sur le fonds en euros. Je trouve que ça donne un avantage aux capitalisant.

  12. Julien764 dit :

    Je préfère les dividende car si l’on a déjà un patrimoine tel qu’un héritage ou un gain du loto (si si c’est possible) les dvidendes sont du cash flow.
    Si vous achetez une action ou un ETF qui verse un dividende, alors, tant que vous la possédez, elle vous rapportera de l’argent sous la forme d’un dividende. C’est ce qu’on appelle du cash flow, que l’action baisse ou non vous aurez une rentrée d’argent.
    Pour gagner de l’argent dans l’immobilier, vous pouvez acheter une maison ou un appartement, au lieu de la réparer et de la vendre, vous la louez. Chaque mois, vous collectez le loyer et payez les dépenses, y compris l’empreint. Si vous l’avez acheté à un bon prix et que vous gérez bien la propriété, vous obtiendrez un bénéfice ou un cash flow positif.

  13. Sebastien dit :

    Bonjour, je suis complétement néophyte sur le sujet. Ceci dit, je me suis un peu documenté.

    Pour faire simple (c’est important) j’ai une somme de 100 K euros à investir. Est-ce que je dois me diriger sur ce type d’investissement et gagner au final je ne sais pas combien ou alors investir dans un studio et le mettre en location pour être sûr de gagner un peu.

    J’ai l’impression que les ETF et tout cela est bien casse tête pour un rendement pas certain alors que l’immobilier reste beaucoup plus simple et toujours rémunérateur.

    I need your advice !

    Merci de vos retours et bien cordialement,

  14. Merci pour votre réponse Edouard.
    Mais alors cela fait un avantage au CTO par rapport au PEA : sur CTO on peut faire les deux en même temps. Acheter des ETF régulièrement, recevoir les dividendes régulièrement et les retirer sans problème si l’on souhaite.
    Est-on d’accord ?

    Aussi, vous conseillez souvent le PEA et je comprends très bien pourquoi.
    Mais quand vous parlez d’investir sur CTO, c’est souvent en supposant que le PEA est plein, par exemple dans l’article Quelle stratégie pour vos ETF sur CTO ? où vous dites « il pourrait être intéressant dans certains cas, pour les personnes ayant une imposition sur le revenu faible et/ou ayant leur PEA plein ».

    Je pense qu’il y a un autre cas où le CTO est utile… Celui où l’on peut avoir besoin de retirer son argent (en urgence), par exemple si l’on est jeune (mon cas)

    Et c’est justement ça selon moi le problème avec le PEA ! Comme dès lors qu’on a retiré de l’argent on ne peut plus y faire d’apport, je le vois comme une option qui sera utile pour les « vieux » et/ou « riches ». Car on peut considérer que faire un retrait avant qu’il soit plein est du gâchis (manque d’optimisation) et donc que pour en faire (bon) usage il faut avoir épargné 150 000 euros (ce qui signifie selon moi être plutôt riche et probablement pas jeune haha).
    Plus simplement, on commence à profiter de l’argent gagné sur PEA lorsqu’on est déjà riche mais il ne permet pas de le devenir. Et en plus de riche, probablement vieux car les 150 000 euros continuent de fructifier donc on n’a pas envie d’y toucher… Du coup la question : quand retirer l’argent du PEA ?

    En bref, je ne trouve pas le PEA très flexible et pas adapté aux jeunes/pauvres/personnes qui ont envie de gagner avec la bourse mais plutôt aux personnes qui veulent littéralement « épargner » pour les vieux jours…

    Enfin ce n’est pas un problème, juste qu’il est adapté à un (non-) usage particulier.

    Partagez-vous ou comprenez-vous mon point de vue (de jeune) ?

    PS : je ne pratique pas la stratégie des dividendes de toute façon, je vous écoute et achète des ETF capitalisants (sur CTO donc).

    PPS : Merci pour vos deux livres que j’ai lus (entièrement), ils sont très rigoureux, j’aime ça !

  15. Bonjour Edouard,

    Je ne comprends pas bien. Quand vous dites qu’on peut se créer une rente en vendant des trackers vous pensez avec un PEA ? Si on retire de l’argent du PEA, on ne peut plus y faire d’apport donc ce n’est franchement pas pratique… Non ?

    1. Bonjour Michel,
      Ce qu’il faut comprendre c’est qu’il y a deux phases : une phase d’accumulation et une phase de rente. Si vous êtes passé en phase de rente vous ne faîtes plus d’apport !
      Si vous êtes à la retraite et que vous avez besoin de 1000 euros par mois en plus de votre retraite d’Etat … vous avez besoin de ces 1000 euros, et vous ne pouvez pas épargner. Si un jour vous avez besoin de moins, vous retirez moins. Vous ne faites pas un retrait et un apport.

  16. Bonjour Edouard,
    Je viens de finir vos 2 livres qui m’ont beaucoup appris :) Merci
    Le courtier DE GIRO, auprès du quel je me suis renseigné, m’informe que les ETF n’ayant pas de documentation en français ne sont pas négociables suite à la mise en place de MIFID par exemple VANGARD.
    Quelle est la parade?

    1. Bonjour,
      Il n’y a pas trop de solutions … à part prendre un courtier qui n’est pas soumis à MIFID (Interactive Broker, par exemple). Est-ce que le jeux en vaut vraiment la chandelle ? Surtout qu’il y a encore quelques ETF cotés aux Etats-Unis que l’on peut encore acheter (mais je ne sais pas combien de temps).

  17. Bonjour,

    En phase de rente, vous conseillez d’acheter des ETFs capitalisant et d’en revendre une partie tout les mois pour se verser une rente. Il me semble que le défaut de cette méthode c’est que l’on prend le risque de devoir vendre des ETFs à un moment ou leur cours est très bas (juste après un krash boursier par exemple). Au contraire, les ETFs distribuant permettraient de continuer à toucher des dividendes après les krachs, et donc de conserver une rente, certes amoindrie, sans devoir vendre ses ETFs au pire moment. Est-ce que quelque-chose m’échappe ?

    1. Bonjour,

      oui, quelque vous échappe ;-) Comment fonctionne un dividende …
      Une action vaut 100€, elle fait un bénéfice de 10€ (imaginons qu’elle reçoive cet argent d’un coup et que ce n’était pas prévu par le marché), elle vaut alors 110€. Elle décide de reverser 50% de son bénéfice aux actionnaires. Elle verse 5€ en dividende. L’action vaut alors 105€ et l’actionnaire 5€ en cash.
      Et si elle verse en dividende 100% de ses bénéfices, l’action vaut 100€ et l’actionnaire a 10€ en cash.
      Et si elle verse 0% de ses bénéfices (assimilable à un ETF capitalisant), l’action vaut 110€ et l’actionnaire n’a pas de cache.

      Comme vous le voyez, l’actionnaire a toujours un « patrimoine » de 110€ quelque soit la politique de distribution du dividende. Un dividende c’est uniquement une écriture comptable, ça n’a pas vraiment d’impact.

  18. Nuleneconomie dit :

    Bonjour,

    Pouvez-vous m’aider à comprendre :
    Si j’ai un 1 ETF capitalisant, les dividendes vont racheter des ETF supplémentaires au bout d’un certain temps c’est bien ça ?
    Je vais donc avoir 2 ETF dans mon portefeuille au bout d’un certains temps ?
    Alors que si j’ai un distribuant, il va falloir que j’achète moi même d’autres ETF supplémentaires avec l’argent que j’aurais reçu des dividendes ?

    Cdt

    1. Bonjour,

      Sur un ETF capitalisant dès que l’ETF reçoit un dividende il rachète des actions avec et celà augmente la valeur de l’ETF. Il y a donc un seul ETF, c’est très facile à gérer.
      Si vous achetez un ETF distribuant il faut racheter une part d’ETF vous même.

  19. Je vous remercie pour votre réponse. Je ne suis pas résident français donc je ne peux pas avoir de PEA de toutes façons mais seulement un compte-titre.

    1. Bonjour Anthony,
      Quel intérêt pour un non résident fiscal d’avoir un CTO ?
      Merci pour votre réponse

      1. Il n’y a pas d’intérêt particulier. La seule façon pour moi d’investir en bourse une partie des économies que j’ai en France c’est par l’intermédiaire d’un CTO car ne peux pas ouvrir de PEA n’étant pas résident français. L’autre solution serait de transférer cet argent dans mon pays de résidence puis de l’investir en bourse mais comme je ne vis pas dans un pays européen, ca compliquerait les choses.

  20. Bonjour,

    En me renseignant j’ai vu que les trackers monde ne traquaient pas en réalité le monde entier mais plutôt les pays développés. Si on veut réellement suivre le monde entier, mieux vaut-il suivre un tracker monde et suivre un tracker pour les pays développés ou prendre un tracker du style FTSE All World / ACWI?

    De plus, en pratique, quel site conseilleriez-vous pour investir (boursedirect.fr, fortuneo, etc) dans un tracker (buy and hold). Boursedirect me parait le moins cher. Qu’en pensez-vous?

    Codialement,

    Anthony

    1. Edouard Petit dit :

      Bonjour Anthony,

      Il vaut mieux théoriquement mieux un ETF ACWI, car c’est plus simple … mais il n’y a pas d’éligible au PEA. Il suffit d’ajouter un ETF emerging (ou de se contenter du monde développé).
      Bourse Direct a un excellent rapport qualité prix pour du Buy & Hold.

      Bien à vous

  21. André DUCAMP dit :

    Bonjour,
    Je me pose la même question que jmdev
    quelqu’un a t-il une idée ? :)

    Merci bien

  22. Bonjour,

    J’ai fait une simulation sur SmartPortfolio pour un PEA, voici le résultat :

    – Amundi SP500 20% 37€
    – Amundi Russel 2000 12% 178€
    – Vanguard FTS Developed Europe 16% 24€
    – Amundi MSCI Europe Value 8% 206€
    – SPDR MSCI Europe Small Cap 8% 201€
    – Amundi EPRA/NAREIT Developed Europe 8% 320€
    – Amundi MSCI Emerging Markets 8% 3€

    – Assurance Vie Linxea 20%

    Comment gère-t-on ce portefeuille pour un versement mensuel de 200 à 300 € étant donné la valeur des parts sans déséquilibrer le portefeuille ?

    D’autre part, si le nombre de part acheté est faible compte-tenu de leurs valeurs, qu’en est-il des dividendes, puisque les dividendes versés dépendent entre autre, du nombre de part ?

    Note : si je souhaite avoir 1 part de chaque ETF, cela représente 969 € !

    Merci pour votre réponse

  23. Jérémy dit :

    Si vous avez des exemples de bons trackers distribuants éligibles PEA, je suis preneur.
    Je trouve cette information peu accessible, ça mériterait un filtre sur Boursorama. :)

    1. Edouard Petit dit :

      Disons qu’il n’y a pas beaucoup d’offre car il n’y a pas beaucoup d’utilité (et de marché).
      A ma connaissance seuls les trackers sur indices européens sont potentiellement avec dividendes:
      – Vous pouvez aller filtrer sur le site de Lyxor (mais il y a une erreur le tracker SP5 n’est pas éligible au PEA)
      – Les trackers Vanguards sont tous distribuants

      1. Jérémy dit :

        Je vais aller voir ce que propose Vanguard.
        Merci pour votre réponse et pour vos articles plus qu’instructifs ! :)

  24. Bonjour, voila j’ai effectuer une recherche sur le site de ishare et viens de me faire une petite liste d’ETF.

    Quand pensez vous ? Je souhaite des dividend distribuant en cto car je veux de l’argent suplementaire par trimestre.

    USA : QDIV (iShares MSCI USA Dividend IQ UCITS ETF) TER 0,35%

    EUROPE : IDVY ( iShares EURO Dividend UCITS ETF) TER 0,40%

    ASIA : IAPD (iShares Asia Pacific Dividend UCITS ETF) TER 0,59%

    EMERGEANT : SEDY (iShares Emerging Markets Dividend UCITS ETF) TER 0,65%

    Le ratio serai le suivant :

    30 % USA
    25 % Europe
    15% ASIA
    15% Emergeant

    Cependant je trouve leur frais de gestion assez énorme. Pouvez vous m’indiquer d’autre ETF avec distribution de dividende dans la meme idée que USA EUROPE ASIA EMERGEANT ? ou bien pensez vous que deux ETF Monde et Emergeant soit plus correct ?

    Avez vous des idées de portefeuille dividende autre ?

    Merci de vos réponses

    1. Edouard Petit dit :

      OK, c’est sûr que si vous voulez de l’argent supplémentaire le CTO est plus simple. Mais n’hésitez pas à prendre un PEA pour prendre date, vous pourriez mettre des trackers distribuant dedans un jour.

      Vous pouvez regarder du côté de Vanguard aussi :
      Vous avez notamment FTSE All-World High Dividend Yield UCITS ETF (VHYL), qui pour 0,29%, vous expose en une fois au monde entier y compris émergents.
      L’encours est correct et le dividende actuel de 3,3% pre csg, pre impôts.

      Ils ont plein d’autres ETF distribuants peu chers, mais pas vraiment à haut dividendes.

      Mais encore une fois réfléchissez bien à votre stratégie “dividendes élevés”, pour 30 000 €, cela fera moins de 70€ par mois.

      1. Merci de vos réponses. Effectivement 70 euros n’est pas terrible, je ne m’attendais pas à si peu……Au vu de votre experience pour un montant comme celui la vous partiriez sur quel ETF ? sur le long terme ?

        1. Edouard Petit dit :

          Oui, contrairement à ce que l’on entend souvent dans les média, la bourse ne rend pas immédiatement riche.
          D’ailleurs la preuve finalement peu de gens s’y risque.

          Le mieux serait que vous fassiez des économies pour accumuler un capital qui un jour sera suffisant pour vous donner une rente significative.
          Mais sinon l’ETF Vanguard dont je vous ai parlé me paraît intéressant et a le mérite de la simplicité.

      2. Bonsoir et merci, J’ai deux références différentes pour l’etf. Dans la bourse directe j’ai VHYL et IVHYL
        L’un est Francais et l’autre non . L’un est VHYL EURONEXT – EURONEXT Amsterdam et l’autre IVHYL est Euronext- EURONEXT Paris ? Lequelle prendre ?

        Pouvons nous aborder la partie Imposition également de l’ETF ?

        1. Edouard Petit dit :

          IVHYL n’est pas une valeur achetable, c’est une sorte d’indice, l’ETF est VHYL sur Amsterdam (Code ISIN: IE00B8GKDB10).

          La fiscalité sur CTO est complexe et peu avantageuse dans pas mal de cas.
          Pour les dividendes c’est la CSG-CRDS (15,15%) + l’impôt sur le revenu (votre TMI) avec un abattement de 40% si ce sont des actions.
          Par exemple, si vous avez un TMI de 14%, ça fait une imposition de 20 à 25%.

          Il y a un prélevement forfaitaire de 21% (retenu à la source) et l’année suivante vous récupérez la différence.
          Vous pouvez être dispensé de ce prélèvement forfaitaire sous conditions de ressources. Il y a un document à remplir.

          Mais tous les ETF actions n’ont pas le droit à cet abattement de 40%. A priori ce sont uniquement les trackers synthétiques. Mais on ne peut jamais être sûr et il y a des surprises.

          Le PEA c’est, au bout de plusieurs années, uniquement la CSG-CRDS et pas du surprises (et rien à déclarer sur votre feuille d’impôt, ça simplifie les choses, surtout quand on est Lazy).

  25. Bonjour,

    Après avoir lu votre article, je me suis demandé quels types de trackers étaient le mieux (distribuant ou capitalisant) dans l’optique d’une rente entre 25k€ et 30k€ annuels.
    Votre conclusion est assez ambigüe je trouve. Autant utiliser des capitalisant dans la phase de construction me semble assez évident, autant en phase de rente je me dit que vendre une partie des ses trackers chaque année entame forcément une partie du capital non ?
    Si c’est bien le cas, une fois le PEA plein de capitalisant (150k€), ne vaut-il pas mieux acheter des distribuant via un CTO ? Ou vaut-il mieux continuer à acheter des capitalisant au sein d’un CTO ?
    Il y a aussi une autre option qui consisterait à vendre toutes ses lignes de capitalisant pour les réinvestir dans des distribuant.

    Qu’en pensez-vous Édouard ?

    1. Edouard Petit dit :

      Bonjour Belette,
      La conclusion est ambiguë parce que c’est kif kif sur un PEA :

        Dans la phase de capitalisation, vous allez avoir plus de frais de trading avec les trackers distribuants car il faut racheter votre dividende (encore que vu qu’on fait des apports réguliers ca se voit pas trop, mais il y a un temps de latence où le dividende ne travaille pas)
        Dans la phase suivante, il y aura plus de coûts de trading avec les ETF capitalisant car il faudra en vendre des bouts pour créer une rente. Mais si vous avez une rente inférieure au dividendes de l’indice vous ne mangez pas le capital (c’est la même chose pour les trackers distribuants)

      Si vous voulez, à la retraite vous pouvez aussi vendre tous vos trackers capitalisant pour acheter des trackers distribuants.
      Mais encore une fois, tout ceci n’a pas beaucoup d’impact. Votre plus gros risque c’est de tout vendre lors d’un krach !

      En revanche, il faut garder ses trackers dans le PEA. En effet, sur le PEA vous pouvez retirer votre rente en ne payant que la CSG-CRDS. Vous ne pourrez plus remettre d’argent, mais dans le cas dont on parle ce n’est pas grave.
      En revanche sur le CTO, vous allez payer des impôts et la CSG CRDS (que ce soit sur le dividende ou le capital).

  26. Bonsoir !
    J’aimerais revenir sur vos dernières phrases :  » l’abattement pour durée de détention rend plus attractive les gains en capitaux plutôt que les dividendes. En effet, au bout de 2 ans de durée de détention l’imposition sur vos gains est diminuée de 50% (hors prélèvements sociaux), au bout de 8 ans c’est 65%.

    Au final, on peut très bien choisir d’avoir des trackers capitalisant et vendre une partie de ses trackers mensuellement pour se créer sa rente. C’est la meilleure solution pour la phase de capitalisation. Pour la phase de rente, elle est largement acceptable voir légèrement meilleure. »
    Ce ne serait pas l’inverse ? Les ETF distribuant seraient plus utiles dans un CTO qui favorise des durées de détention élevées ?
    De même, lors de la phase de rente des ETF distribuants ne seraient ils pas plus efficaces ?
    Bonne soirée !

    1. Bonjour Édouard,
      J’aimerais acquérir un ETF comme le S&P 500 en dividendes par capitalisation. Mais j’ai une question comment au bout de 20 ans récupérer mes gains ? Dois-je revendre mes actions ? Et si je choisis le s&p500, ai-je des taxes forfaitaire d’impôt comme de 15% au état unis ?

      Merci d’avance pour votre réponse.
      PS : continuez ce que vous faites, c’est très enrichissant.

      1. Bonjour Fred,
        au bout de 20 ans vous pouvez vendre une partie du capital accumulé sur votre ETF. Avec la fiscalité d’aujourd’hui cela engendre une taxation de 30% (flat tax) sur les gains